Clés pour lire l’évangile de Marc : 27. Un bâton, des sandales

Clé pour lire l’évangile de Marc

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Marc. Cette semaine : Mc 6,7-13 du 15e dimanche du temps ordinaire.

27. Un bâton, des sandales

Il commença à les envoyer en mission deux par deux. (Mc 6,7)

« Deux par deux ». Ce choix correspond à la pratique de l’Église primitive qui envoie Pierre et Jean en Samarie (Ac 8,14), Barnabé et Paul à Chypre (Ac 13,2). C’est qu’il fait bon marcher à deux, car cela favorise l’entraide et la sécurité. Et puis, on ne peut porter seul la nouveauté de l’Évangile. Lorsque l’un des deux dira le message, on regardera l’autre car on ne rend témoignage qu’ensemble.

« Il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton… Mettez des sandales. » (6,8-9) C’est le minimum pour voyager, mais surtout le bâton et les sandales sont à relier « avec la symbolique de la pâque juive, qu’on doit manger « reins ceints, sandales au pied et bâton à la main » (Ex 12,11), c’est-à-dire en toute hâte, prêt pour le départ. Dans la tradition rabbinique, on retrouve cette manière de s’équiper pour se préparer à la venue du Messie. » (Camille FOCANT, L’évangile selon Marc, 2010, p.229)

Le radicalisme itinérant

Parmi les divers mouvements nés de l’action de Jésus, le christianisme itinérant se caractérise par l’accent mis sur le caractère radical de l’appel à suivre Jésus : « Va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres. Puis viens et suis-moi. » (Mc 10,21) C’est le cas des Douze qui ont tout quitté, maison, famille, profession pour répondre à l’appel de Jésus. (Mc 10,28-30)
Pour une partie des premiers chrétiens, vivre à la suite de Jésus, c’est poursuivre son œuvre de prédication itinérante sur le modèle du Jésus galiléen qui annonçait la venue du Règne de Dieu sur les chemins et dans les villages. De même, ces chrétiens radicaux sont allés dans les rues et sur les places, proclamant le Royaume, publiant le récit des actes que Jésus avait accomplis, guérissant les malades et chassant eux-mêmes les démons. (François VOUGA, A l’aube du christianisme, 1986) Ce type de christianisme est la source de la figure du missionnaire.

Abbé Marcel Villers

 

Cet article, publié dans Année liturgique, Clés pour lire l'évangile de Marc, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.