Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, nous reprenons la lecture continue de Luc : Lc 7, 1-10.

26. Jésus en admiration

Dis une parole, et que mon serviteur soit guéri ! (Lc 7,7) 

Jésus ne peut qu’admirer la foi de ce centurion, un païen méprisé par les Juifs. Il croit en Jésus sur parole. Pas besoin que ce dernier se déplace pour guérir, qu’il dise seulement un mot et le serviteur sera guéri. Sa parole est efficace comme celle de l’officier qui commande à ses hommes et ils obéissent. « J’ai des soldats sous mes ordres ; à l’un, je dis : « Va », et il va. » (7,8) De même, « Dis une parole, et que mon serviteur soit guéri ! » (7,7) Alors, Jésus s’exclame : « Même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! » (7,9)

Comme nous, les destinataires de l’évangile de Luc n’ont pas connu Jésus selon la chair. Reste sa parole, une parole qui peut guérir. Aujourd’hui, le Seigneur nous visite par sa parole. C’est ce que Luc veut enseigner à ses lecteurs qui sont, comme le centurion, des païens d’origine attirés par le judaïsme et qui ont trouvé leur bien dans la foi chrétienne. C’est avec eux qu’avant de communier, nous prions : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir ; mais dis seulement une parole et je serai guéri. »

Juifs et païens

Le centurion est peut-être romain ou issu de Syrie et engagé dans l’armée romaine. De toute façon, il n’est pas Juif ; il est donc païen car on ne peut être que l’un ou l’autre. Mais une troisième catégorie se dessine alors chez les Juifs hellénisés, celle des « craignant-Dieu ». Ce sont des païens attirés par la religion juive, mais qui ne passent pas de fait au judaïsme. Le centurion est dans ce cas. Au dire des notables juifs, ce soldat « aime notre nation, c’est lui qui nous a construit la synagogue. » (7,5)

Le centurion connaît les usages et les interdits que la Loi juive impose. Ainsi il sait qu’un Juif ne peut entrer en contact et encore moins dans la maison d’un païen au risque de se rendre impur. C’est pourquoi il ne vient pas lui-même trouver Jésus, il envoie des notables intercéder en sa faveur. Ensuite, il ne lui demande pas d’entrer dans sa maison, mais de guérir à distance, sans devoir se souiller.

Abbé Marcel Villers

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.