Clés pour lire l’évangile de Luc. 38. L’insensé

Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, Lc 12, 13-21 du 18e dimanche ordinaire.

38. L’insensé

La vie de quelqu’un, même dans l’abondance,
ne dépend pas de ce qu’il possède. (Lc 12,15)

« Tu es fou », nous crie Dieu. La mort t’attend. Alors « ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (12, 20) Jésus ne brandit pas la mort comme un épouvantail. Il rappelle avec réalisme que le sens de la vie, le secret du bonheur est ailleurs. Même si l’argent peut y contribuer, « la vie de l’homme ne dépend pas de ce qu’il possède ».

La sagesse que propose Jésus, c’est l’appréciation correcte de la fragilité, de l’éphémère de notre vie. Comme le dit l’Ecclésiaste, « que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ? » Pourquoi passer notre temps, si court, à faire des réserves pour demain ? C’est aujourd’hui qu’il faut vivre et que nos richesses doivent porter du fruit pour nos frères.

Le chrétien et la richesse

« La richesse est tentation chaque fois que l’espoir mis en elle devient concurrent de ce l’on ne peut recevoir que de Dieu, en particulier l’assurance, la sécurité. L’abondance matérielle, en particulier, est propre à éveiller en l’homme l’idée de pouvoir se passer de Dieu. La tentation qui frappe à la porte de l’homme qui est dans l’abondance, c’est d’ignorer qui est l’Eternel, de se satisfaire de ce qu’il possède et de ne plus voir ce que Dieu vient faire dans sa vie, c’est de s’emparer de ce que Dieu donne et d’en faire sa chose, au lieu de rendre grâce et de rendre gloire. Ce qui séduit l’homme au travers de l’argent, c’est l’ambition de l’indépendance, l’idée d’une forme de sécurité autarcique, la pensée de l’autonomie vis-à-vis de Dieu. » (Michel JOHNER, Le chrétien à l’épreuve de l’argent, 2001)

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Luc. 37. Seigneur, apprends-nous à prier

Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, Lc 11, 1-13 du 17e dimanche ordinaire.

37. Seigneur, apprends-nous à prier

Quand vous priez, dites : Père. (Lc 11, 2)

Prier, c’est entrer dans une expérience de Dieu, celle que fait Jésus. Prier, c’est vivre notre rapport à Dieu comme à un père. Prier, c’est avoir vis-à-vis de Dieu la même confiance que celle du petit enfant à l’égard de son papa. C’est ainsi précisément que Jésus appelait Dieu : Abba en araméen. Prier, c’est tout simplement s’abandonner – s’abandonner dans les bras de Dieu avec la même confiance, la même foi que le petit enfant dans les bras de ses parents.

Prier, c’est aussi demander. Pour demander, il faut avoir confiance, confiance en Dieu comme un ami qui sait pouvoir compter sur son ami. Car, « même s’il ne se lève pas pour donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut. » (11,8)

La prière du Seigneur

Nous avons deux versions de cette prière. La version dont Luc a hérité est plus brève que celle de Mt 6, 9-13. Elle comprend une invocation, deux vœux adressés à Dieu et trois requêtes pour nous

Les disciples sont d’abord autorisés à s’adresser à Dieu en reprenant le même terme que Jésus dans sa propre prière : Père (11,2), sans qualificatif.

Viennent ensuite deux vœux : la sanctification du Nom (Que Dieu se fasse reconnaître pour ce qu’il est !) et la venue du Règne (Que Dieu manifeste sa présence !).

Dans un second temps, trois requêtes : le pain pour chaque jour (11, 3), le pardon des péchés (11, 4) et ne pas entrer en tentation (11, 5). (Hugues COUSIN, L’évangile de Luc, 1993)

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Luc. 36. Les deux sœurs

Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, Lc 10, 38-42 du 16e dimanche ordinaire.

36. Les deux sœurs

Marthe, tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire.
(Lc 10, 41-42)

« Ma sœur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider » (10, 40). Marthe installe ainsi une concurrence entre deux manières d’être disciple. Elle cherche à ramener l’écouter au servir, l’écoute de la Parole au service fraternel. Jésus refuse qu’on enlève sa part à Marie. L’écoute du Maître, la méditation de sa Parole est inaliénable. L’écoute, l’intériorité, la prière, l’étude sont indispensables à la vie de l’Église et des communautés. On ne peut les sacrifier au servir.

Mais Jésus ne condamne pas pour autant l’action, le rendre service, l’engagement de Marthe. Dans l’Église, le service des frères, le soutien des pauvres, l’exercice concret de la charité sont des impératifs. Pas question que Marthe disparaisse au profit de Marie. Mais pas question non plus de mettre Marie au service de Marthe. Ainsi l’écoute et le service sont comme deux sœurs, distincts mais unis.

Marthe et Marie

Selon les évangiles, Marthe est la sœur de Marie et de Lazare. « Lors de la visite du Christ chez les deux sœurs, Marthe s’active, tandis que Marie écoute le visiteur (Lc 10, 38-42). Marthe et Marie, assistent à la résurrection de leur frère Lazare (Jn 11, 1-44). Lors d’un repas en l’honneur de Jésus organisé chez Lazare à Béthanie, Marthe sert pendant que Marie oint de parfum les pieds de Jésus (Jn 12, 1-8). Une légende provençale la fait arriver à Marseille avec son frère et sa sœur Marie (identifiée à Marie-Madeleine) après l’Ascension. Marthe vainc la Tarasque, dragon fluvial, à l’aide de la croix et d’eau bénite. Elle est enterrée à Tarascon et vénérée en Provence ainsi qu’en Toscane. Elle est la patronne des ménagères et des cuisinières. Elle incarne la vie active, et Marie la vie contemplative. Marie se serait retirée du monde dans une grotte de la Sainte-Baume et mourut à Aix-en-Provence. » (Michel PASTOUREAU et Gaston DUCHET-SUCHAUX, La Bible et les saints, 2017)

Abbé Marcel Villers