« Ce n’était qu’un début. Là on l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes »

Ce n’était qu’un début.
Là on l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes.

Almansor de HEINRICH HEINE (1797-1856)

Notre curé, l’abbé Jean-Marc Ista, nous fait part de ses réflexions
devant les atrocités commises par DAESH ou l’Etat islamiste

Voici le communiqué qui a fait réagir notre curé :

En Egypte, un monastère copte de l’oasis de Fayoum, à 100 kilomètres au sud-ouest du Caire, est menacé par la construction d’une route. Les moines ont formé un bouclier humain pour empêcher les bulldozers d’avancer plus avant dans l’enceinte du monastère antique. De notre correspondant au Caire, Le tracé de la route remonte à 2012, quand les Frères musulmans étaient au pouvoir. Une route joignant le fief islamiste de Fayoum aux oasis du sud-ouest et qui, comme si l’espace manquait en plein désert, passait par hasard en plein monastère de Saint-Macaire l’Alexandrin. Malgré les protestations des moines et du ministère des Antiquités, la construction de la route s’est poursuivie même après que les Frères musulmans aient été décrétés « organisation terroriste » par le nouveau pouvoir. Résultat, une église du IVe siècle et un cimetière du Xe, ainsi que les vestiges d’un temple pharaonique devraient être rasés si les moines dégageaient la voie aux bulldozers. Communauté copte en colère, silence du côté des autorités Les coptes estiment que c’est tout le monachisme, inventé en Egypte, qui est visé. Le monastère de Saint-Macaire n’est pas le seul à subir les agressions de l’Etat, des promoteurs ou des bédouins, de la mer Rouge à la Méditerranée. C’est le cas de la plupart des 32 monastères où près de 2 000 moines et de moniales se recueillent, cultivent aussi la terre et accueillent des dizaines de milliers de pèlerins. Les coptes n’ont pas non plus oublié la soixantaine d’églises brûlées ou détruites par les islamistes en août 2013 et dont seules quelques-unes ont été reconstruites ou restaurées. Les autorités n’ont pas réagi pour le moment. Le gouvernement est trop préoccupé par les élections législatives qui doivent commencer dans moins d’un mois. Donner gain de cause aux moines et détourner la route pourrait renforcer les partis salafistes qui cherchent à devenir la plus grande formation politique du Parlement. Les coptes en sont donc à espérer une intervention directe du président Abdel Fattah al-Sissi en leur faveur.

RFI – RFI – ‎vendredi‎ ‎27‎ ‎février‎ ‎2015 – http://a.msn.com/r/2/BBi34wJ?a=1&m=fr-be

Et voici l’analyse de notre curé :

En cette veille du premier mars 2015, comme passionné d’histoire, je suis outré de la vision des images de destruction d’œuvres antiques par DAESH à Moussoul. Comme humaniste, j’étais déjà écœuré de leurs mises en scène macabres et scandaleuses d’exécutions d’otages et de prisonniers.

À plus de cinquante ans, en la deuxième dizaine du troisième millénaire, je croyais ne jamais voir la résurgence de la bête noire : le nazisme !

Pour moi, les autodafés en Allemagne des années trente (1900) contenaient une telle force prémonitoire des horreurs qu’ils annonçaient qu’ils ne pouvaient se reproduire. La force de la leçon se trouvait dans la simple connaissance des faits. Quelle naïveté de ma part ! La bête immonde du totalitarisme ressurgit 80 ans plus tard. Avec quelle fureur : des hommes ont été annihilés de façon innommable avant des œuvres d’art, participants du patrimoine commun ! Où le monstre s’est-il enraciné ? Une fois encore, dans un terrain culturel remarquable de beauté et unique de création originale : l’islam… Ce n’est sûrement pas une consolation que, cette fois, ce ne soit plus en terre de chrétienté occidentale ou de shintoïsme extrême oriental… Tel un cancer, comme jadis, l’animal se donne des allures nationalistes, humanitaires et utilise tant qu’il peut des voies légales. Mais il reste égal à lui-même…

Le Fayoum : qui n’a croisé un jour, fût-ce par hasard, une admirable image d’une mosaïque antique ou paléochrétienne de cet oasis du delta du Nil ? Eh bien, de façon vicieuse, l’ex-pouvoir égyptien démocratiquement élu avait trouvé le moyen de s’attaquer à ce berceau de l’humanité notamment du monachisme chrétien (voir article annexe.) Comme le régime nazi allemand (et japonais ne l’oublions jamais) a eu ses satellites  en Roumanie, en Hongrie ou ailleurs, ainsi de nos jours, son abominable descendant !

L’humaniste démocrate et chrétien que je suis ne peut manquer de remarquer que l’injustice socio-économique et culturelle est une fois encore le catalyseur de la renaissance de ce fascisme démoniaque. Depuis les attentats de septembre 2001, une grande photo des deux tours du World Trade Center me sert à domicile de rappel symbolique. Nous ne sommes pas dans une guerre de civilisation mais dans un processus où la déshumanisation engendre sa propre croissance à force de blessures, d’exclusions et de rancœurs répétées et minimisées. Maintenir des individus et des peuples continuellement en crise produit la crise ! DAESH ou l’Etat islamique n’est pas un épi-phénomène mais la tête d’une gorgone dont Boko Haram en Afrique n’est que la queue. Queue empoisonnée de l’anarchie et du brigandage engendrés par la misère et le pillage organisés par les puissances du profit et de l’exploitation à tout prix !

Que faire ? Que dire ? Se battre sans baisser les  bras. Être et vivre à tout va…

Développer et défendre notre culture et notre système politique. Surtout en y donnant priorité à la justice, au respect, à la solidarité… la liberté ne peut servir à faire n’importe quoi !

Soutenir les autres cultures millénaires et tout régime politique qui, sans être calqués entièrement sur le nôtre, visent au respect et au développement de ses populations sans corruption ni autre forme de violence. La perfection de ce monde et la morale font rarement bon ménage avec la politique. Ce n’est pas pour autant que l’éthique ne doit pas être réfléchie et promue. J’ose le dire car je le pense : les lois du marché sans régulation sont totalitaires. Au mythe de promouvoir la rencontre des besoins de tous, elles aboutissent à une confiscation inacceptable des richesses et à une détérioration grave de l’environnement qui grève notre avenir à tous…

Promouvoir toutes les formes de dialogue, de religion, de spiritualité et de conviction non violentes…

Comme disciple du Christ, je veux crier notre désarroi à la face de celui qui peut tout entendre et continuer d’espérer activement que la puissance de la Parole créatrice s’opposera au démon du mal radical ! Bien qu’objecteur de conscience, je suis reconnaissant à nos soldats qui ne sont pas des mercenaires mais les combattants de première ligne de sauvegarde d’une civilisation qui, si elle fait œuvre d’humilité et de fermeté, rendra un avenir commun possible. Merci à toutes leurs familles qui, souvent dans l’indifférence, assument au quotidien l’absence et la peur.

Je suis reconnaissant à tous ces hommes et femmes, partout, qui sont en « carême quotidien ». Ils sont convertis à l’essentiel comme enseignants, agents socio-culturels, entrepreneurs, cadres, artisans ou fonctionnaires, poètes ou employés. En assumant leurs responsabilités avec le plus de compétences possibles, en allant souvent au-delà de ce qui leur est demandé de donner ou de produire,  ils se font éveilleurs d’humanité ! Il n’y a pas de petits boulots, il n’y a pas de condition humaine inutile (parents, aînés, personnes malades ou handicapées). Là où chacun se trouve, il n’y a que des occasions de vivre et de faire vivre par la rencontre et le respect de soi et des autres.

Je termine en revenant au Christ, prince de la paix. Que sa présence fidèle et son esprit de réconciliation donnent à nos pauvres efforts limités, à nos faibles souhaits et à nos rêves les plus fous, le corps d’une paix juste et durable toujours et partout.

Votre curé,
Jean-Marc Ista

JMIgrave-PF 

 

 

 

 

 

 

Cet article, publié dans Actualité, Réflexion spirituelle, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Ce n’était qu’un début. Là on l’on brûle des livres, on finit par brûler des hommes »

  1. Delvenne Anne Marie dit :

    Pourquoi ne pas tenir compte l’expérience du passé et recommencer les mêmes polémiques…

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.