Saint-Nicolas à Marché

Saint-Nicolas Marché

Saint-Nicolas

Le village de Marché est créé au XIIème siècle à un carrefour de voies importantes. Installé au pied du château de Franchimont, il sert de marché –d’où son nom– aux habitants et gardiens de la forteresse. Afin d’attirer la population, le prince-évêque lui accorde des privilèges fiscaux et politiques : le village forme jusqu’en 1712 une communauté indépendante de celle de Theux. Le plan en est très rationnel : une grande place rectangulaire libre et bordée de maisons (1).

Une chapelle –qui n’est pas au centre du village mais plus haut sur la colline– est construite pour assurer le culte. Elle est placée sous l’autorité du prince-évêque, qui en désigne le desservant. Au Concordat, la chapelle est reconnue comme annexe de la paroisse succursale de Theux (2).

Mais la proximité du ru l’Évêque cause bien des dégâts lors des crues et la chapelle doit, à plusieurs reprises, être remise en état. Finalement, on décide de la reconstruire, avec les matériaux de l’ancienne, au milieu de la place, à l’abri des crues. Les habitants édifient le nouveau bâtiment, achevé en 1739.

marché


En 1933, la chapelle est agrandie : on ajoute une travée et la façade est minutieusement reconstruite dans son aspect précédent (2) avec son clocheton hexagonal surmontant l’entrée.

La chapelle de Marché est dédiée à saint Nicolas (260-345) dont on sait que le culte se répand en Occident au XIIème siècle. Évêque de Myre, au sud de la Turquie, il aurait connu la prison lors de la persécution de Dioclétien (303-311). Les Sarrasins s’emparent de Myre au XIème siècle, mais les reliques du saint sont transférées à Bari qui devient lieu de pèlerinage. Patron des enfants, car il en aurait ressuscité trois qu’un aubergiste aurait assassinés et cachés dans un saloir. Dans la chapelle de Marché, une statue de saint Nicolas du XVIIème siècle le représente avec les attributs d’un évêque et, à ses pieds, trois enfants dans une cuve.

Que saint Nicolas nous conforte dans le respect de la dignité de tout enfant !

Abbé Marcel Villers

(1) A. Doms, La Communauté de Marché, dans Terre de Franchimont, n°37 à 43.
(2) P. Bertholet, Trésors d’art religieux au marquisat de Franchimont, Theux, 1971, p.113-114.

Publicités