Il élève les humblesJe suis la Vierge des Pauvres – 15 août 2020

Ce samedi 15 août, l’église Saint-Augustin de Juslenville, particulièrement bien fleurie et décorée, accueillait de nombreux paroissiens venus fêter Marie en son Assomption.

M. le Curé et l’abbé François-Xavier Jacques concélébraient la messe, ce dernier présidant. Dans son homélie, l’abbé Jacques a mis en relation le verset du Magnificat Il élève les humbles, et l’appellation Vierge des Pauvres, que Marie s’est donnée lors de ses apparitions à Banneux. Il nous a ouvert les yeux sur la misère spirituelle que connaissent bon nombre de nos contemporains, notamment après ce temps de confinement, où beaucoup de petits, d’humbles, de discrets auraient tant eu besoin de réconfort.

Évoquant le sanctuaire de Banneux complètement désert, voire même fermé en ce 15 août, lieu qui attire généralement une foule de personnes humbles et simples, il nous a demandé de méditer le message de Marie, afin de garder courage, et de rester attentifs aux pauvretés qui nous entourent, et notamment aux personnes secouées, malmenées, pauvres dans leur foi. Et il nous a invités à joindre le geste à la parole, via la collecte de l’Assomption pour Caritas, et, pourquoi pas, par un pèlerinage à Banneux.

Lire la suite « Il élève les humblesJe suis la Vierge des Pauvres – 15 août 2020″

Jeudi saint – Célébration à la maison

Cette célébration pour Dieu a été préparée par l’équipe liturgique de Juslenville, que nous remercions. Elle fait partie du parcours La foi… une aventure – Cinq semaines pour prendre un nouveau chemin – Et Pâques au bout de la route…

Télécharger cette Méditation pour le Jeudi saint 2020 en format pdf 


Cette célébration domestique a été spécialement pensée pour ce temps étrange où, invités à vivre la Semaine sainte avec foi, nous sommes pourtant confinés en nos maisons, sans pouvoir rejoindre la communauté. La présente proposition s’offre comme une possibilité parmi d’autres de vivre cela. Elle n’entre pas en concurrence avec d’autres propositions et ne prétend pas remplacer les Offices auxquels nous sommes invités à nous associer par les médias (Télévisons, Radio, Internet).

Bien sûr, l’idéal serait de lire les différentes lectures bibliques directement dans la Bible, mais pour ce faire, il vous faudra, avant le temps de méditation, les situer dans votre Bible.

Pour la plupart des chants proposés, un lien hypertexte est prévu. Positionnez-vous sous le titre du chant (Ctrl+clic pour suivre le lien) et YouTube s’ouvrira automatiquement. Pour chaque chant, vous choisissez le nombre de couplets que vous souhaitez.

A  tous, nous souhaitons, malgré les conditions inédites où nous sommes, une bonne Semaine sainte et une fête de Pâques vivifiante et féconde.

Viviane et Michel, sur base d’un texte proposé par Olivier Windels

Lire la suite « Jeudi saint – Célébration à la maison »

Mercredi saint – Pause pour Dieu

Trahison

1ère Lecture : Is 50, 4-9a

Dieu mon Seigneur m’a donné le langage d’un homme qui se laisse instruire, pour que je sache à mon tour réconforter celui qui n’en peut plus. La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j’écoute comme celui qui se laisse instruire.

Le Seigneur Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas protégé mon visage des outrages et des crachats. Le Seigneur Dieu vient à mon secours : c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu mon visage dur comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.

Il est proche, celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble. Quelqu’un a-t-il une accusation à porter contre moi ? Qu’il s’avance ! Voici le Seigneur Dieu qui vient prendre ma défense : qui donc me condamnera ?

Évangile : Mt 26, 14-25

Alors, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? Ils lui proposèrent trente pièces d’argent.

Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.

Lire la suite « Mercredi saint – Pause pour Dieu »

Mardi saint – Pause pour Dieu

Cocorico !

1ère Lecture : Is 49, 1-6

Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs ! J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi sa flèche préférée, il m’a serré dans son carquois. Il m’a dit : Tu es mon serviteur, Israël, en toi je me glorifierai. Et moi, je disais : Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. Et pourtant, mon droit subsistait aux yeux du Seigneur, ma récompense auprès de mon Dieu.

Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a formé dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob et que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai du prix aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Il parle ainsi : C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les rescapés d’Israël : je vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre.

Évangile : Jn 13, 21-33.36-38

Pierre lui dit : Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! 

Jésus réplique : Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, Amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois.

Lire la suite « Mardi saint – Pause pour Dieu »

Lundi saint – Pause pour Dieu

Main dans la main

1ère Lecture : Is 42, 1-7

Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice, je t’ai pris par la main, je t’ai mis à part, j’ai fait de toi mon Alliance avec le peuple et la lumière des nations ; tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et de leur cachot ceux qui habitent les ténèbres.

Évangile : Jn 12, 1-11

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives.

Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie par l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? Il parla ainsi, non parce qu’il se préoccupait des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait pour lui ce que l’on y mettait.

Jésus lui dit : Laisse-la ! Il fallait qu’elle garde ce parfum pour le jour de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.

Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait ressuscité d’entre les morts. Les chefs des prêtres décidèrent alors de faire mourir aussi Lazare parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.

Lire la suite « Lundi saint – Pause pour Dieu »