ART ET FOI Saint Denis Fêté le 9 octobre

DENIS DE PARIS (IIIe s.)

Évêque et martyr. Fêté le 9 octobre.

Description du panneau
Revêtu des insignes épiscopaux : mitre, crosse et chape, Denis tient devant lui sa propre tête mitrée car, selon la légende, il aurait ramassé sa tête, après sa décapitation, et l’aurait ainsi transportée jusqu’au lieu de sa sépulture.

« Denis naquit probablement en Italie où il fut ordonné prêtre et consacré évêque. Selon la tradition, le pape l’envoya prêcher dans les Gaules ainsi que cinq autres évêques. Denis entreprit sa tâche avec deux compagnons, un prêtre appelé Rustique et un diacre du nom d’Éleuthère. A son arrivée à Lutèce, sa prédication fut si efficace qu’il organisa un centre chrétien sur la future île de la Cité. Cette activité lui valut, ainsi qu’à ses deux compagnons, d’être persécuté, emprisonné et décapité vers 250. On pense qu’il subit le martyre sous la persécution de Dèce (250) ou de Valérien (258). » (Rosa GIORGI, Comment reconnaître les saints, 2003, p.103)

Diverses légendes, reprises dans la Légende dorée (XIIIe s.), vont amplifier ces quelques faits. Ainsi, jeté en prison, alors qu’il célébrait la messe pour les chrétiens enfermés avec lui, Denis vit le Christ lui apparaître et lui porter la communion.
Après avoir été décapité, Denis s’est relevé, a pris sa tête coupée entre ses mains et a parcouru ainsi quelques kilomètres jusqu’au lieu de son tombeau. Il est ainsi le plus célèbre des saints « céphalophores ».
C’est sainte Geneviève (420-500) qui fit construire une église sur sa tombe, huit kilomètres au nord de la Seine, l’actuelle basilique Saint-Denis. « Les rois de France ont fait de ce saint évêque le patron du royaume et de leurs dynasties successives. C’est en 639 que le roi Dagobert fait transporter les reliques du saint dans l’église de Saint-Denis qui devient progressivement le sanctuaire de la monarchie française et_le siège d’une importante abbaye fondée au VIIe s. » (Michel PASTOUREAU et Gaston DUCHET-SUCHAUX, La Bible et les saints, Paris, 2017, p. 219).

Abbé Marcel Villers
Illustration : panneau du plafond de la nef de l’église de Theux (1630)

ART ET FOI. Saint Corneille le 16 septembre.

CORNEILLE (IIIe s.)

Pape de 251 à 253. Martyr. La tradition unit Corneille et Cyprien dans une même fête, le 16 septembre.
Le saint est représenté en habits épiscopaux ou pontificaux et avec les insignes propres au pape comme la tiare et la croix à trois branches. Par assonance avec son nom, l’attribut principal du saint est une corne, soit de chasse, soit de bovin, animal avec lequel il est souvent représenté.

Saint Corneille est invoqué par les agriculteurs et éleveurs, contre les convulsions que ce soient des bovins et bêtes à cornes, mais aussi, selon les régions, d’autres animaux de ferme. Il est aussi prié au profit des humains contre des formes de convulsions comme le « mal caduc » (ergotisme convulsif) ou « le haut mal » (épilepsie) qui seront désignés sous le nom de « mal de saint Corneille ».

Corneille, descendant probable de la gens Cornelia, fut élu pape en 251, après une vacance de quinze mois due à l’hostilité de l’empereur Dèce (248-251) qui ne supportait pas un évêque à Rome. Après la persécution de 250, la question importante fut de savoir comment traiter les apostats. Cyprien, évêque de Carthage, mit son influence au service de Corneille qui, comme lui, accordait le pardon aux coupables repentants, refusant au nom de l’accueil universel, une Église de purs. De ce fait, Corneille et Cyprien se lièrent d’une étroite amitié.
Fin 252, une terrible peste s’abattit sur l’empire et les païens en accusèrent les chrétiens. L’empereur Gallus (251-253) rouvrit les persécutions et le pape Corneille fut le premier arrêté, ce qui provoqua la manifestation de nombreux chrétiens. Du coup, on se contenta de l’exiler à Civitavecchia où il mourut l’année suivante (253). Mort en exil, il fut considéré comme martyr.

La dévotion à Saint-Corneille se répandit dans nos régions depuis l’antique abbaye de Kornelimünster (en français : monastère de Corneille). Fondée vers 814 par les Carolingiens dans les environs d’Aix-la-Chapelle, cette abbaye développa, à partir du XIIe s., pèlerinage et vénération des reliques de saint Corneille dont elle possédait le crâne depuis le IXe s. On connaît les relations et échanges de reliques entre Kornelimünster et Stavelot, comme entre Stavelot et Theux qui pourrait avoir reçu, dans ce cadre, une relique de saint Corneille.

Des reliques sont vénérées à Theux après la messe lors d’un triduum annuel, dont on trouve mention fin XIXe s. (1894 avec le curé Corneille Petit) jusqu’au premier tiers du XXe s. où la fête de saint Lambert (17/09) semble réduire celle de saint Corneille, la veille, à une messe en mémoire du curé Corneille Petit.

Abbé Marcel Villers
Illustration : panneau du plafond de la nef de l’église de Theux (1630)

ART ET FOI. Saint Augustin. 28 août

SAINT AUGUSTIN (354-430)
Évêque d’Hippone, proclamé docteur de l’Église par le pape Boniface VIII (1294-1303), en même temps que Jérôme, Ambroise de Milan et Grégoire le Grand.

Fêté le 28 août. Saint patron de l’église de Juslenville. Patron des imprimeurs et des théologiens.

Attributs
Mitre, crosse, gants, anneau, chape de l’évêque. A partir de fin XVe s., il est représenté tenant un cœur enflammé ou percé de deux ou trois flèches, qui rappellent qu’il est le « docteur de la grâce et de l’amour »

Augustin est né en 354 à Thagaste (Souk-Ahras, Algérie). Après une jeunesse mouvementée, un enseignement de la philosophie à Carthage, puis à Rome et Milan, il découvre le Dieu chrétien et reçoit, à 32 ans, le baptême à Milan des mains de saint Ambroise. Il a raconté son itinéraire et sa quête spirituelle dans les Confessions.
Après la mort de sa mère, sainte Monique, en 388, il rentre en Afrique du Nord, donne ses biens aux pauvres et consacre sa vie à Dieu entouré de quelques amis avec qui il vit en communauté de type monastique. Bientôt, il est ordonné prêtre, en 391, à Hippone (Bône ou Annaba, Algérie). Il se met au service direct de l’évêque à qui il succèdera en 395.
Il prêche chaque jour, enseigne et produit une quantité d’écrits qui demeurent une des sources de la théologie et font d’Augustin un des piliers de la pensée chrétienne en Occident. On peut citer les Confessions et la Cité de Dieu. Brillant exégète, surtout de saint Jean, il sera un adversaire résolu de Pélage et de Donat contre qui il défendra le primat de la grâce. Il produira aussi une des théologies les plus subtiles de la Trinité.
Il vécut une vie communautaire avec ses prêtres pour qui il rédigea une règle qui met au centre la charité et une forme de démocratie. La règle de saint Augustin servit de base, au Moyen-Âge à l’ordre des chanoines de saint Augustin, puis à de nombreux ordres nés à cette époque comme les Prémontrés, Croisiers, Dominicains, etc. Il meurt le 28 août 430 alors que les Vandales assiègent la cité.

Abbé Marcel Villers
Illustration : panneau peint, plafond de la nef de l’église de Theux (1630)

ART ET FOI : Sainte Marie-Madeleine 22 juillet

MARIE-MADELEINE

Marie la Magdaléenne, d’où Magdeleine, est un personnage des évangiles.
Patronne des parfumeurs, des gantiers (les gants des dames étaient parfumés), des coiffeurs, des filles repenties.

Fêtée le 22 juillet. Par décret du 3 juin 2016, la célébration de sainte Marie-Madeleine est élevée au grade de fête dans le Calendrier Romain général.

Description du panneau de l’église de Theux

Dénudée, avec les cheveux longs et dénoués de la pécheresse repentante, méditant devant une tête de mort et un crucifix. Elle essuya avec ses cheveux les pieds de Jésus après les avoir oints du parfum contenu dans le flacon posé devant elle. Elle annonçait ainsi la mort et l’ensevelissement de Jésus.

« Jésus apparut d’abord à Marie de Magdala dont il avait chassé sept démons » (Mc 16,9). Cette pécheresse pardonnée s’était attachée à Jésus et faisait partie du groupe de femmes qui accompagnaient et soutenaient financièrement Jésus et ses disciples (Lc 8,2). Elle se trouva près de la croix avec trois autres femmes dont Marie, la mère de Jésus (Jn 19,25). Quand le corps de Jésus fut mis au tombeau, elle resta « assise en face du sépulcre » (Mt 27,61). Elle se présente, le matin de Pâques, « avec des huiles parfumées pour embaumer Jésus » (Mc 16,1). C’est à elle que Jésus apparaît dans le jardin (Jn 20, 11-18 ; 16,9) et à qui il confie la première annonce pascale (Jn 20,17-18 ; Mc 16, 10 ; Lc 24, 9-10 ; Mt 28, 9-10), ce qui fait de Marie-Madeleine l’apôtre des Apôtres.

A ce personnage, la tradition a assimilé la pécheresse anonyme qui baigne de ses larmes les pieds de Jésus et les parfume (Lc 7, 36-50 ; Mt 26, 6-13 ; Mc 14, 3-9). De même, on l’identifia à Marie de Béthanie, sœur de Marthe et de Lazare, « qui avait oint de parfum le Seigneur et lui avait essuyé les pieds avec ses cheveux » (Jn11,1-2). La réunion de ces trois personnages en un seul est dû à un trait commun : le parfum.

La dévotion à Marie-Madeleine ne prit racine en Occident qu’au Xe s., ce dont témoigne la basilique de Vézelay (1050) qui prétendait posséder le corps de la sainte. La légende dorée (XIIIe s.) en fit celle qui évangélisa la Provence. Les Provençaux fondèrent trois pèlerinages : à Saint-Maximin où se trouvait le sarcophage de la sainte ; à la Sainte-Baume où elle aurait fait pénitence dans une grotte ; en Camargue, où depuis le XIIe s., sont honorées les Trois « Saintes-Maries de la Mer ».

Dans l’iconographie, deux types apparaissent : la myrrophore dont le vase de parfum de grand prix est le principal attribut ; la pénitente que le pardon de Jésus a fait passer de la prostitution à une vie nouvelle et qui exhorte à la repentance : « memento mori ». La courtisane myrrophore et son vase de parfum est majoritairement représentée jusqu’au Concile de Trente. Après la Contre-Réforme, c’est la pénitente qui l’emporte.

Abbé Marcel Villers
Illustration : plafond de la nef de l’église de Theux (1630)

ART ET FOI : Saint Barnabé

BARNABÉ
Né à Chypre, apôtre, compagnon de Paul dans un de ses voyages missionnaires. Fêté le 11 juin.

Attributs
Portant la pèlerine du marcheur, il tient en main une lance (qui devrait être un bâton de marche) et le livre de l’Évangile.

Ce panneau, œuvre de Helbig (1821-1906), fut ajouté en 1871, au plafond de l’église de Theux, pour remplacer un autre détérioré

Chypriote de naissance, Barnabé s’appelait en réalité Joseph. « Membre de la colonie juive de Chypre à Jérusalem et attaché comme lévite au service du Temple, Joseph se convertit dès les premières années du christianisme. Il vendit son champ et en apporta le prix aux apôtres (Ac 4, 36-37) qui le surnommèrent Barnabé, c’est-à-dire « fils du réconfort, de l’encouragement ». Ce curieux surnom laisse supposer que Barnabé était reçu tout autant dans les communautés d’origine juive que dans celles qui venaient de l’hellénisme. Durant sa vie entière, il sera le conciliateur entre les tenants des deux cultures. » (Missel de l’Assemblée chrétienne, Bruges, 1964, p.1401)

Ainsi, c’est lui qui accueille Paul dont on se méfiait encore et l’introduit dans les cercles judéo-chrétiens (Ac 9, 26-27) de Jérusalem. Barnabé est ensuite envoyé à Antioche où il est à l’origine de l’épanouissement de la communauté (Ac 11, 22-30), avec Paul qu’il était allé rechercher à Tarse. Antioche est le premier exemple d’une Église rassemblant plus de Grecs que de Juifs (Ac 11,19-21).

Avec Marc, son cousin, Barnabé accompagne Paul dans son premier voyage missionnaire en Asie Mineure (Ac 13-14), mais la personnalité trop forte de Paul l’obligea à poursuivre seul son apostolat, Paul refusant la compagnie de Marc (Ac 15, 36-40). C’est Chypre que Barnabé et Marc vont alors évangéliser. C’est là qu’il devait subir le martyre.

Le martyrologe romain rapporte : « A Salamine, en Chypre, l’anniversaire de saint Barnabé apôtre, cypriote d’origine. Il fut avec saint Paul institué par les disciples apôtre des Gentils, et parcourut avec lui de nombreuses régions, remplissant le ministère de la prédication évangélique qui lui avait été confié. Revenu enfin dans l’île de Chypre, il couronna son apostolat par un glorieux martyre. A l’époque de l’empereur Zénon, son corps fut découvert sur la révélation qu’il en fit lui-même, et avec lui fut également trouvé un exemplaire de l’évangile de saint Matthieu, écrit de la main de Barnabé. »

Abbé Marcel Villers
Illustration : plafond de l’église de Theux © KIK-IRPA, Bruxelles