ART ET FOI : le Christ en croix

CHRIST EN CROIX

La mort du Christ est rapportée par les quatre évangiles : Mc 15,33-37 ; Mt 27, 45-50 ; Lc 23, 44-46 ; Jn 19, 28-30.

Description du panneau

Le Christ a les yeux fermés. Il porte la couronne d’épines. Il est cloué à la croix par les mains et les deux pieds, le flanc droit percé par la lance d’où s’écoule le sang (Jn 19,34). Les jambes ne sont pas croisées. Au-dessus de sa tête, le titulus ou écriteau indiquant le motif de sa condamnation : « INRI » qui sont les lettres initiales des mots latins : Iesus Nazarenus Rex Iudaeorum, c’est-à-dire « Jésus le Nazaréen roi des Juifs », que Pilate avait fait mettre sur la croix selon Jean 19,20.

Lire la suite « ART ET FOI : le Christ en croix »

Art et foi : saint Matthias 24 (25) février

SAINT MATTHIAS

Un des Douze Apôtres, élu après la mort de Jésus pour remplacer Judas. (Ac 1, 16-26) Fêté le 14 mai, anciennement le 24 ou 25 février. Patron des charpentiers et bouchers.

Attributs : Représenté avec une hache, Matthias est traditionnellement considéré comme ayant subi le martyre par décapitation par un soldat romain.

Matthias n’apparaît qu’après l’Ascension et juste avant la Pentecôte. Il fallait alors remplacer Judas Iscariote et compléter le groupe des Douze (Ac 1, 25). Le critère du choix à faire : quelqu’un qui fût l’un des disciples de Jésus tout le temps de sa vie publique, « depuis le commencement, lors du baptême donné par Jean, jusqu’au jour où il fut enlevé d’auprès de nous. » (Ac 1, 21-22) L’objectif clairement exprimé est double. Un : que le disciple choisi devienne, avec les apôtres, témoin de la résurrection de Jésus (Ac 1,22). Deux : compléter le groupe des Douze, ce qui signifie que les apôtres étaient conscients d’appartenir à un collectif, un collège explicitement établi par Jésus pour continuer sa mission. Leur nombre, douze, était sacré, symbole du nouveau peuple de Dieu bâti sur les Douze Apôtres comme Israël l’était sur les douze fils de Jacob. (Ac 1, 25)
La méthode est celle du tirage au sort, réputé équivalent à une désignation par le Saint-Esprit. Deux candidats remplissaient les conditions :  « Joseph appelé Barsabbas, puis surnommé Justus, et Matthias. » (Ac 1,23) Et « on tira au sort entre eux, et le sort tomba sur Matthias, qui fut donc associé par suffrage aux onze apôtres.» (Ac 1, 26)

Abbé Marcel Villers
Illustration : panneau du plafond de la nef de l’église de Theux 1630

2 février : Jésus est présenté au Temple

Art & Foi

Fête de la Présentation de Jésus au Temple – Méditation du 2 février 2021

Dès les premières heures, la vie de Jésus est profondément humaine, inscrite dans les coutumes de son peuple. Joseph et Marie viennent présenter leur petit au Temple, selon ce qui est écrit dans la Loi (Luc 2,23). Ils l’inscrivent dans une tradition, dans une histoire, celle de l’Alliance de Dieu avec son peuple. En effet, il lui fallait se rendre en tout semblable à ses frères (He 2, 17)pour épouser notre condition humaine et qu’en Lui nous soyons tous fils et filles de Dieu. Et dans un même temps, en prenant ce petit dans les bras, Syméon reçoit cette parole venue du plus profond de lui-même (là où Dieu habite) – mes yeux ont vu le salut – Dieu s’est fait homme, lumière qui se révèle aux nations (Lc 2,32)C’est sans doute tout cela que le peintre a souhaité transmettre dans cette œuvre.

Découvrir la suite de la méditation

La peinture commentée est un tableau du peintre hollandais Aert de Gelder (1645-1727) et s’intitule La louange de Syméon (Wikimedia)

25 janvier : fête de la conversion de saint Paul

https://en.wikipedia.org/wiki/File:Jean_II_Restout_-_Ananias_Restoring_the_Sight_of_St_Paul_-_WGA19317.jpg

 

Pour comprendre un peu mieux ce qui s’est passé sur le chemin de Damas, nous vous invitons à découvrir cette réflexion et cette méditation, basées sur le tableau

Ananie imposant les mains à saint Paul
Un tableau de Jean II Restout – 1719 – Musée du Louvre

allez à l’article