SAINT CHARLES DE FOUCAULD : 10. Le testament

10. Le testament: l’Union des défricheurs

Le 11 juin 1913, le Père de Foucauld débarque à Marseille avec Ouksem, un jeune Touareg, qu’il connaît depuis sept ans (photo ci-contre). Pendant trois mois et demi, il va lui faire visiter la France et rencontrer sa famille et ses amis. Le père de Foucauld, « en attendant que des laïcs et des prêtres viennent vivre l’existence quotidienne des Touaregs, voulait que l’inverse puisse se réaliser, qu’une hospitalité réciproque s’établisse. » (Six J.F., Le testament de Charles de Foucauld, 2005, p.86) « Ouksem n’a pas cessé un instant d’être en bonne santé, de bonne humeur, sans apparence de tristesse ni de mal du pays. Tous ceux qu’il a vus ont été pour lui de la plus extrême bonté. Il a visité écoles, hôpitaux, couvents, et il en verra d’autres encore ; il a toujours vécu de la vie de famille parmi les miens. » (Lettre au Père Voillard, 13/07/1913)

C’est le troisième (5 premiers mois de 1909 ; 5 mois début 1911) et dernier voyage (7 mois de juin à décembre 1913) en France que le Père de Foucauld effectue depuis qu’il est installé à Tamanrasset. Lui qui avait quitté sa famille et la France pour toujours, qui a toujours voulu la clôture, le voilà qui s’est mis à voyager. Son souci, et c’est ce qui l’amène à faire ces voyages en France, c’est la fondation « d’une confrérie pour l’évangélisation des infidèles de nos colonies » (Lettre à G.Tourdes, 16/08/1913), et qu’il baptise l’Association des Frères et Sœurs du Sacré-Cœur.

Lire la suite « SAINT CHARLES DE FOUCAULD : 10. Le testament »

SAINT CHARLES DE FOUCAULD : 9. Tamanrasset

9. Devenir du pays : Tamanrasset ou l’apprivoisement

Le 23 janvier 1908, Moussa-Ag-Amastane, Aménokal des Touaregs du Hoggar, entre dans la maison du Père de Foucauld. Nous sommes à Tamanrasset. Ch. de Foucauld est au lit, malade, sans force et au bord de la mort. L’inquiétude saisit Moussa, le Père de Foucauld est son hôte, il en est responsable. Sans tarder, il ordonne d’amener du lait. Mais, ce n’est pas simple en cette période de grave sécheresse, qui dure depuis deux ans. « Les chèvres sont aussi sèches que la terre, et les gens autant que les chèvres. » (Lettre à Marie de Bondy, 17/07/07). Un homme arrive enfin avec une petite outre et le marabout – ainsi appelle-t-on le Père de Foucauld – boit le lait. Il se remettra lentement grâce à ses voisins et amis Touaregs. En attendant les vivres demandées, quelques jours avant, par le Père de Foucauld à Laperrine, commandant la zone des Oasis : « Je prie Laperrine de m’envoyer du lait concentré, un peu de vin et quelques autres choses pour tâcher de me remonter. » (Lettre à Marie de Bondy, 15/01/08) Il faudra deux mois pour qu’elles arrivent. En attendant, le lait des Touaregs sauvera Ch. de Foucauld qui, depuis trois ans qu’il est à Tamanrasset, suit un régime alimentaire invraisemblable : une bouillie d’orge et quelques dattes, chaque jour. Pas étonnant qu’il soit atteint du scorbut (« maladie par carence alimentaire, provoquée par l’absence ou insuffisance des vitamines C, et caractérisée par divers troubles : fièvre, anémie, hémorragies, gastro-entérite).

Lire la suite « SAINT CHARLES DE FOUCAULD : 9. Tamanrasset »

SAINT CHARLES DE FOUCAULD : 8. La fraternité universelle

8. La fraternité universelle : la zaouïa de Béni-Abbès

Il est 4h30 du matin, le 29 août 1902, on tambourine sur la porte, quelqu’un appelle le marabout. Celui-ci termine sa messe et sort. « Je célèbre la sainte messe à laquelle personne n’assiste en semaine, avant le jour pour n’être pas trop dérangé par le bruit et faire l’action de grâces un peu tranquille, ; mais j’ai beau m’y prendre de bonne heure, je suis toujours appelé trois ou quatre fois pendant l’action de grâces. » (Lettre à Marie de Bondy, 29/08/1902) Nous sommes dans un autre monde, à Béni-Abbès, où le Père de Foucauld est arrivé le 28 octobre 1901.

Béni-Abbès est la principale oasis d’un chapelet d’oasis sahariennes qui s’étire le long de la frontière du Sud-Marocain. La population de cette région de la Saoura est faite essentiellement de haratins, noirs islamisés qui vivent de dattes et de mil, souvent pillés par des bandes de marocains qui raflent moissons et esclaves.

Béni-Abbès abrite 130 familles au milieu d’une forêt de 6000 palmiers et une garnison de 800 hommes, dont 200 français. On est encore en pleine « pacification » du Sahara, placé sous régime militaire. Il y a encore « deux commerçants espagnols et six à dix juifs marchands ou ouvriers (sans leur famille). » (Lettre à Mgr Guérin, 04/02/1902) Il y a donc une certaine pluralité de religions.

Lire la suite « SAINT CHARLES DE FOUCAULD : 8. La fraternité universelle »

Missionnaires liégeois, témoins de la foi pour notre temps

L’abbé Marcel Villers et l’abbé François-Xavier Jacques
sont les deux auteurs principaux du livre

L’appel missionnaire, prêtres et volontaires liégeois, hier, aujourd’hui et demain

réalisé par l’asbl APLM, Aide aux prêtres liégeois en mission

Ce livre sera présenté le vendredi 20 mai à 18h à Liège,
en présence des auteurs qui vous invitent cordialement
à ce moment de rencontre et de découverte !

Vous vous souvenez sûrement des articles (notamment celui-ci) que l’abbé Villers a publiés sur notre site à propos de l’abbé Pierre Simons : ci-dessous, découvrez le film qui est consacré à ce témoin de la foi de notre diocèse.

 

Informations pratiques :

  • le vendredi 20 mai à 18h
  • à l’Espace Prémontrés à Liège

Voici le programme de la soirée :

  • 18h00 : accueil
  • 18h15 : présentation du livre L’appel missionnaire
  • 18h45 : évocation de la personne de Pierre Simons et projection du film
  • 19h15 : allocution de Mgr Jean-Pierre Delville sur la Mission
  • 19h30 : réception au réfectoire.

Merci d’annoncer votre présence à l’adresse suivante : info@aplm-vic.be !

Pour en savoir plus sur le livre, cliquez ici.