Clé pour lire l’évangile de Marc : 1. L’évangile

Clés pour lire l’évangile de Marc

Dans cette (nouvelle) série hebdomadaire, nous voulons ouvrir le texte de l’évangile du dimanche qui suit, pour mieux l’apprécier. Nous soulignerons simplement l’une ou l’autre expression fournissant une clé pour ouvrir à l’intelligence du texte, qui est cité dans la traduction officielle liturgique de 2013 que vous trouvez dans votre missel ou votre Bible.

3ème dimanche du temps ordinaire, 21 janvier 2018 : Mc 1,14-20

1. L’évangile

Jésus partit pour la Galilée proclamer l’évangile de Dieu. (Mc 1,14)
Convertissez-vous et croyez à l’évangile. (Mc 1, 15)

En quelques versets, au tout début de son texte, Marc utilise deux fois le terme « évangile ». C’est un mot grec composé de deux membres (eu – angelion) ; on y trouve le mot « ange ». Le terme grec « ange » signifie messager, annonceur d’une nouvelle.

Évangile se traduit donc par bonne ou heureuse nouvelle ; c’est son sens premier.

Cette nouvelle, c’est l’annonce de la venue de Dieu. Le messager de cette bonne nouvelle, c’est donc Jésus qui la transmet de la part de Dieu (Mc 1,14) et nous invite à y croire (Mc 1,15). Comment se réalise, se manifeste cette venue de Dieu ? par les paroles et les actes de Jésus lui-même.

Le messager devient le message : l’évangile, c’est Jésus ; il est la bonne nouvelle en personne. C’est ce que vont proclamer les premiers chrétiens dans leur prédication missionnaire. Cette bonne nouvelle va prendre par ailleurs la forme d’un livre et d’un genre spécifique que nous appelons « l’évangile » (Mc 1,1) et dont Marc est l’inventeur : Commencement de l’évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu (Mc 1,1). En effet, s’il y a quatre évangiles, quatre versions différentes de la bonne nouvelle, Marc est le premier chronologiquement.

Le kérygme

Jésus proclame (Mc 1,14) l’évangile haut et fort. Il le trompète, traduction littérale du verbe grec kérusso qui donnera le terme technique « kérygme ». Ce mot désigne le message essentiel proclamé par les chrétiens, le noyau dur de la foi en Jésus, mort et ressuscité. Toute la formation chrétienne est avant tout l’approfondissement du kérygme… C’est l’annonce qui correspond à la soif d’infini présente dans chaque cœur humain. La centralité du kérygme demande certaines caractéristiques de l’annonce qui aujourd’hui sont nécessaires en tout lieu : qu’elle exprime l’amour salvifique de Dieu préalable à l’obligation morale et religieuse, qu’elle n’impose pas la vérité et qu’elle fasse appel à la liberté, qu’elle possède certaines notes de joie, d’encouragement, de vitalité (Pape François, La joie de l’évangile, 2013, § 165).

Abbé Marcel Villers

Publicités
Publié dans Année liturgique, Clés pour lire l'évangile de Marc, Réflexion spirituelle | Tagué , | Laisser un commentaire

Voyage apostolique du pape François au Chili et au Pérou (15-22 janvier 2018)

Vivent nos différences ! Écoutons et méditons l’avis du pape François ?

Unité pastorale "Paliseul Saint-Joseph"

« ….L’une des principales tentations à affronter est de confondre unité et uniformité. Jésus ne demande pas à son Père que tous soient pareils, identiques ; puisque l’unité ne naît pas et ne naîtra pas du fait de neutraliser ou de taire les différences. L’unité n’est pas un simulacre d’intégration forcée ni de marginalisation harmonisatrice. La richesse d’une terre naît précisément du fait que chaque partie s’emploie à partager sa sagesse avec les autres. Ce n’est pas et ce ne sera pas une uniformité asphyxiante qui naît normalement de la domination et de la force du plus fort ; non plus une séparation qui ne reconnaît pas la bonté des autres… »

HOMÉLIE DU SAINT-PÈRE, Aéroport de Maquehue (Temuco), Mercredi 17 janvier 2018

View original post

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Entretenir l’intérêt des adolescents pour Dieu : astuces !

De récentes recherches ont montré que la décision de quitter l’Église est souvent prise entre 10 et 17 ans.

Comment aider nos ados à raviver leur foi pendant cette période charnière de leur vie ?

Comment  encourager la foi vacillante de notre enfant à s’épanouir ?

1. Commencer par montrer l’exemple

Vous aurez des difficultés à stimuler la foi et le culte de votre adolescent si vous n’entretenez pas votre propre bien-être spirituel. Alors priez chaque jour et parlez honnêtement à Dieu de vos joies, de vos peines et de vos écueils. Vous avez l’incroyable tâche de guider votre enfant dans la vie et de lui montrer le chemin de la foi, alors pourquoi ne pas Lui demander son aide pour y parvenir ? Discutez fréquemment avec votre conjoint de la responsabilité partagée de guider votre famille.

Asseyez-vous et réfléchissez ensemble aux manières d’approfondir la foi au sein de votre foyer. Vous pouvez tout simplement lire tous ensemble une fois par semaine, ou créer une jolie affiche avec vos versets préférés et la mettre sur le frigo.

Lire la suite

Publié dans Pastorale des Jeunes, Réflexion spirituelle | Tagué , , , , | Laisser un commentaire