Je suis avec toi tous les jours – Fêtons nos aînés !

Ce 25 juillet 2021,
première Journée
des grands-parents
et des personnes âgées

Dans le cadre de l’Année « Famille Amoris Laetitia », le pape François a instauré la Journée des grands-parents et personnes âgées, à célébrer le 4ème dimanche de juillet, proche de la fête des saints Anne et Joachim, parents de la Vierge Marie, donc les grands-parents maternels de Jésus (26 juillet).

En 2021, cette fête sera célébrée le dimanche 25 juillet.

CathoBel a publié un long article à ce sujet et réalisé un beau dossier dans le journal Dimanche du 27 juin dernier.

Épinglons quelques suggestions du Pape pour concrétiser cette journée :
Lire la suite « Je suis avec toi tous les jours – Fêtons nos aînés ! »

Inondations : nouveau message de soutien de Mgr Delville – 23 juillet 2021

Chers Frères et Sœurs,

Vous avez été victimes des terribles inondations qui ont touché notre diocèse de Liège du 13 au 18 juillet 2021. Tous, nous avons été pris par la peur durant cette interminable chute de pluie qui s’est abattue sur notre région et sur notre pays. Avec anxiété, nous avons vu monter les eaux du fleuve, des rivières et des cours d’eau. Beaucoup d’entre nous ont été victimes des inondations, qui parfois se sont répandues à une vitesse inouïe et ont atteint la hauteur d’un étage de maison, emportant tout sur leur passage. Ainsi beaucoup de personnes ont perdu leurs biens et les objets qui leur sont chers. Elles ont vu leur maison dévastée. J’ai pu m’en rendre compte en visitant les zones sinistrées. Plus de trente personnes ont été emportées par les flots ou ont péri dans leur maison. Nous prions pour elles, afin que le Seigneur les accueille dans sa paix. Dans nos Unités pastorales, en outre, de nombreuses églises et locaux paroissiaux ont été atteints et devront être restaurés. C’est aussi une blessure, dont notre Église locale va souffrir longtemps. Il faudra beaucoup de temps et d’énergie pour reconstruire tout ce qui a été détruit dans les maisons et les infrastructures publiques.

Dans ces circonstances, nous avons bénéficié d’une solidarité exceptionnelle. Comme me le disait un confrère, « c’est dans les difficultés qu’une personne se révèle ». En effet, une grande solidarité s’est révélée et s’est déployée, tant chez les professionnels que chez les bénévoles, tant de la part des autorités que de la part des particuliers, tant chez les Liégeois que chez les habitants des autres provinces, tant chez les victimes que chez leurs amis et leurs parents. Des liens se sont créés et des amitiés sont nées ; on est moins indifférent qu’auparavant. Des églises et des bâtiments religieux ont ouvert leurs portes pour accueillir ceux et celles qui sont en difficulté, et je remercie tous leurs responsables, en particulier les curés et les membres des conseils de fabriques, qui se sont dépensés corps et âme dans les régions sinistrées. Je l’ai constaté en parcourant les différentes zones sinistrées, les centres d’accueil et les bâtiments dévastés. De nombreux bénévoles se sont déplacés pour aider les sinistrés : ils ont réalisé concrètement ce que nous propose l’évangile de ce dimanche, dans lequel nous voyons Jésus multiplier les pains pour une grande foule, à partir des cinq pains et des deux poissons, qu’un jeune homme amenait (Jn 6,1-15). Notre société découvre sa fragilité et elle constate que la réponse aux épreuves est le soutien mutuel, au niveau local comme au niveau mondial.

Dans le même esprit, nous célébrons, ce 25 juillet, à la demande du pape François, la première Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées. Celles-ci, par leur fragilité, mais aussi par l’expérience dont elles bénéficient et l’affection qu’elles témoignent, nous encouragent à la fraternité et à l’amour mutuel.

Tous ces événements éclairent notre conscience sur la nécessité de nous serrer les coudes sur terre pour travailler au bien commun de toute l’humanité. Laissons-nous entraîner par la prière à une compassion agissante et à un amour mutuel renouvelé.

Courage à tous ! Et merci à chacun !

Jean-Pierre Delville, évêque de Liège
Liège, le 23 juillet 2021

Pour apporter concrètement votre aide,
voyez cet article qui reprend les demandes

Année Famille Amoris Laetitia n°5

La réalité et les défis de la famille

Cinq traits caractérisent la famille d’aujourd’hui, au moins en Occident. 

  1. La « culture du provisoire ». Je fais référence, par exemple, à la rapidité avec laquelle les personnes passent d’une relation affective à une autre. Elles croient que l’amour, comme dans les réseaux sociaux, peut se connecter et se déconnecter au gré du consommateur… Ce qui arrive avec les objets et l’environnement se transfère sur les relations affectives : tout est jetable, chacun utilise et jette, paie et détruit, exploite et presse, tant que cela sert. Ensuite adieu ! (AL, 39)
  1. Le narcissisme rend les personnes incapables de regarder au-delà d’elles-mêmes, de leurs désirs et de leurs besoins (AL, 39). 

  1. Les couples sont parfois incertains, hésitants et peinent à trouver les moyens de mûrir. Beaucoup sont ceux qui tendent à rester aux stades primaires de la vie émotionnelle et sexuelle. La crise du couple déstabilise la famille et peut provoquer, à travers les séparations et les divorces, de sérieuses conséquences sur les adultes, sur les enfants et sur la société, en affaiblissant l’individu et les liens sociaux (AL, 41). 
  1. Un autre défi apparaît sous diverses formes d’une idéologie, généralement appelée « gender », qui nie la différence et la réciprocité naturelle entre un homme et une femme. Elle laisse envisager une société sans différence de sexe et sape la base anthropologique de la famille. Cette idéologie induit des projets éducatifs et des orientations législatives qui encouragent une identité personnelle et une intimité affective radicalement coupées de la diversité biologique entre masculin et féminin… Il ne faut pas ignorer que le sexe biologique (sex) et le rôle socioculturel du sexe (gender), peuvent être distingués, mais non séparé (AL, 56).
  1. La révolution biotechnologique dans le domaine de la procréation humaine a introduit la possibilité de manipuler l’acte d’engendrer, en le rendant indépendant de la relation sexuelle entre un homme et une femme. De la sorte, la vie humaine et la parentalité sont devenues des réalités qu’il est possible de faire ou de défaire, principalement sujettes aux désirs des individus ou des couples, qui ne sont pas nécessairement hétérosexuels ou mariés. Une chose est de comprendre la fragilité humaine, autre chose est d’accepter des idéologies qui prétendent diviser les deux aspects inséparables de la réalité (AL, 56).

Ces 5 traits constituent autant de défis pour la vision et la pratique chrétiennes de la famille.

Abbé Marcel Villers

Te Deum 2021 en demi-teinte

Ce 21 juillet 2021, à l’invitation de M. le Curé, l’abbé Jean-Marc Ista, le traditionnel Te Deum réunissait, à l’église Saints-Hermès-et-Alexandre à Theux, le Bourgmestre, M. Didier Deru, et autres représentants officiels de la commune de Theux, les associations d’anciens combattants et des fidèles venus célébrer notre fête nationale.

Déjà en 2020, la célébration avait une couleur très particulière en raison de la crise sanitaire. Cette année, la célébration a évidemment été très marquée par les conséquences des dramatiques inondations survenues quelques jours plus tôt dans notre région.

Dans leurs interventions respectives, M. le Curé, le représentant des associations patriotiques et M. le Bourgmestre, ont tous souligné l’extraordinaire solidarité qui s’est mise en place pour faire face aux innombrables défis provoqués par ces inondations.

Lire la suite « Te Deum 2021 en demi-teinte »