Tous invités à participer au Te Deum !

Quelle est la place des chrétiens lors de la fête nationale ?

Une réflexion et une invitation de l’abbé Eric Mattheeuws,
adjoint de Mgr Jean-Luc Hudsyn, évêque auxiliaire pour le Brabant wallon

Le vendredi 21 juillet, le Te Deum* sera chanté dans la plupart des paroisses de notre pays, en présence des édiles communaux et de délégations d’anciens combattants.

Ce rendez-vous de prière est une belle occasion pour les chrétiens d’exprimer publiquement leur attachement aux valeurs de l’Évangile et à la foi qui les porte, en vue d’un bien-vivre ensemble dans notre pays.

Alors que notre société souffre d’une relativisation de certaines valeurs essentielles, la présence de la communauté chrétienne à cette célébration est un signe qui a beaucoup de valeur. Nous sommes donc attendus nombreux !

Généralement, après le traditionnel dépôt de fleurs devant le monument aux morts de la maison communale, les différents courants de pensée philosophique et religion s’expriment sur un thème commun, avant de partager tous ensemble le verre de l’amitié.

Abbé Eric Mattheeuws

* Le Te Deum est une hymne de reconnaissance datant des premiers siècles chrétiens, qui exprime à Dieu notre louange pour sa création et ses actions bienveillantes envers les hommes.

En voici les premières strophes :

À Toi, Dieu, notre louange !
Nous t’acclamons : tu es Seigneur !
À Toi, Père éternel,
L’hymne de l’univers. (…)

C’est Toi que les Apôtres glorifient,
Toi que proclament les prophètes,
Toi dont témoignent les martyrs.

C’est Toi que par le monde entier
L’Église annonce et reconnaît.
Dieu, nous T’adorons : Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix. (…)

Par ta victoire sur la mort,
Tu as ouvert à tout croyant les portes du Royaume ;
Tu règnes à la droite du Père ;
Tu viendras pour le jugement.

Montre-Toi le défenseur et l’ami
des hommes sauvés par Ton sang ;
Prends-les avec tous les saints
Dans Ta joie et dans Ta lumière.

Participer à ce Te Deum, c’est manifester notre attachement à notre pays, notre respect envers ceux qui le dirigent, et chanter notre action de grâces à notre Créateur, qui nous permet de vivre, libres, dans un pays en paix !

Pour découvrir le commentaire et le texte complet du discours de notre roi, Philippe, à l’occasion de notre fête nationale, cliquez sur le drapeau ci-dessous :

Publié dans Actualité, Cérémonies patriotiques | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Horaire et intentions des messes du 22 au 28 juillet 2017

 

BECCO (Saint-Éloi)
DESNIÉ (Immaculée Conception et St-Lambert) – LA REID (St-Lambert)

Vendredi 21 juillet à 20h à BECCO : veillée de prière.

Samedi 22 juillet à 16h à DESNIÉ : messe fondée H.G. JOB et famille ; pour Joseph LÉONARD, ses parents, beaux-parents et Jean LORNEAU ; à une intention particulière.

Mercredi 26 juillet à 9h à BECCO : messe à une intention particulière ; pour les enfants et petits-enfants de la famille PAGNOULE.

THEUX (Sts-Hermès-et-Alexandre)

Vendredi 21 juillet à 11h à THEUX : Te Deum à l’occasion de la Fête nationale.

Samedi 22 juillet à 16h à THEUX, Maison Ste-Joséphine : messe pour les résidents.

Dimanche 23 juillet à 10h à THEUX : messe pour Laurent BONHOMME et famille ; pour Alex GONAY et les défunts des familles GONAY-CARO et BREDO-GASON.

Mardi 25 juillet à 10h30 à THEUX, Maison Ste-Joséphine : temps d’adoration et de prière.

JEHANSTER (St-Roch) – POLLEUR (Notre-Dame-et-St-Jacques)

Dimanche 23 juillet à 11h15 à JEHANSTER : messe pour les familles VANDERMEULEN et ORBAN, André VANDERMEULEN et Catherine BOLETTE ; pour les époux Edgard GROSJEAN-LEDENT ; pour Maria HELLEBRANDT et Victorine.

JUSLENVILLE (St-Augustin)

Samedi 22 juillet à 17h30 à JUSLENVILLE : messe pour les défunts des familles MARECHAL et HOUYOUX.

Publié dans Intentions de messes | Tagué | Laisser un commentaire

Interdit de se plaindre ! – Vietato lamentarsi!

Un écriteau offert au Saint Père
par un célèbre psychothérapeute a déclenché un joli buzz !

Un article paru sur Aleteia

Depuis quelques jours, un écriteau sur lequel figure la mention Interdit de se plaindre, est accroché à la porte de l’appartement du pape François, à la maison Sainte-Marthe. Sous le message principal, un avertissement : Tout transgresseur est passible de syndrome de victimisation avec pour conséquence une baisse d’humeur et de la capacité à résoudre ses problèmes. La sanction sera doublée dès lors que la violation sera commise en présence d’enfants. Et de conclure par une recommandation : Pour obtenir le mieux de soi-même se concentrer sur son potentiel et non sur ses limites …

Ce petit panneau a été offert au pape François par l’écrivain, psychologue et psychothérapeute, Salvo Noè, le 14 juin dernier, à l’issue de l’audience générale, place Saint-Pierre. Je le mettrai à la porte de mon bureau dans lequel je reçois les visiteurs, lui a dit le Saint-Père, amusé. Finalement, il ne l’a pas accroché à la porte de son bureau du palais apostolique, ce qui aurait peut-être été un peu trop audacieux compte-tenu de l’austérité des lieux, mais il l’a fixé à la porte de son appartement.

Il faut dire que pour un pape qui invite toujours les chrétiens à prendre la vie comme elle est, en avançant avec joie et sans se plaindre, le présent était parfaitement indiqué. À de multiples occasions, l’auteur de l’exhortation Evangelii gaudium (La joie de l’Evangile), a invité les chrétiens à quitter cette attitude de plainte contenue, de victimisation. Tu veux guérir ? Tu veux être heureux ? Tu veux améliorer ta vie ? Alors lève-toi, prends ton brancard, et marche ! avait exhorté le pape François, dans une homélie au cours d’une des ses messes matinales, à Sainte-Marthe.

S’inspirant de l’injonction adressée par Jésus au paralysé dans l’Évangile du jour (Jn 5, 1-16), il avait appelé le chrétien à une vie, quelle qu’elle soit, conduite avec joie, sans se plaindre et tomber dans l’acédie qui paralyse. L’acédie, cette paresse de l’âme qui est pire que d’avoir « le cœur tiède », a dit le Pape, et plonge l’homme dans une sorte de torpeur, lui enlevant toute volonté d’aller de l’avant, de faire quelque chose dans la vie, et lui faisant perdre la mémoire de la joie.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici !

Publié dans Actualité, Réflexion spirituelle | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire