Clés pour lire l’évangile de Marc : 26. Une question d’identité

Clé pour lire l’évangile de Marc

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Marc. Cette semaine : Mc 6,1-6 du 14e dimanche du temps ordinaire.

26. Une question d’identité

D’où cela lui vient-il ? Quelle est cette sagesse et ces grands miracles ?   N’est-il pas le charpentier, le fils de…, le frère de… ?  (Mc 6,2-3)

Que de questions ! Toutes portent sur l’identité de Jésus qui est la clé de l’évangile de Marc. Rares sont les récits composant cet évangile qui ne posent pas de question sur Jésus. Toutes ces questions, qu’elles viennent des adversaires de Jésus, de ses disciples, de ses concitoyens, de sa famille, contribuent à construire progressivement une image de Jésus. Cette progression au long du récit de Marc correspond au chemin que doit parcourir son lecteur et tout chrétien pour se faire une juste image de Jésus et y adhérer. En ce sens, Marc dessine un véritable parcours initiatique.

Enseignement, sagesse, grands miracles, prophète, telles sont les qualités reconnues à Jésus. Elles sont mises en relation avec des réalités ordinaires : charpentier, fils et frère de personnes bien connues des auditeurs de Jésus. La confrontation des deux séries conduit de l’admiration au scepticisme (Quelle est … ?), à l’opposition (choqués), puis au rejet (manque de foi).

La famille de Jésus

A côté de Joseph et Marie, on mentionne des sœurs et quatre frères dont on cite les noms : « Jacques, José, Jude, Simon » (6,3). L’hébreu n’avait pas de mot pour désigner les cousins. Il emploie le mot « frère » (ah) pour désigner plus largement les membres d’un groupe familial. (Gn 13,8 ; 29,12-13) Et c’est bien ce mot que reprend la Bible grecque des LXX, bien que le grec dispose de mots plus variés. Les évangiles utilisent un vocabulaire conforme à celui de la Bible grecque, c’est-à-dire dans le sens large du mot « frère ». Ce mot désignait tout le clan de Nazareth en un temps où la famille n’était point la petite cellule actuelle, mais un large groupe patriarcal.

La tradition catholique a toujours insisté sur le sens large du mot « frère » en cohérence avec sa foi dans la caractère unique et virginal de la maternité de Marie. La plupart des Protestants s’en tiennent à l’opinion que Jésus a eu des frères et des sœurs, et donc que Marie n’est pas restée vierge après la naissance de Jésus. (Chouraqui André, L’univers de la Bible, tome VIII, Paris, 1985, p.183)

Abbé Marcel Villers

Publicités
Publié dans Année liturgique, Clés pour lire l'évangile de Marc | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Huit clés pour que vos enfants vous obéissent : pour des vacances sereines !

Les enfants doivent obéir
et les parents doivent faire preuve d’autorité.
Si les parents ne font pas figure d’autorité,
les enfants n’obéiront pas.

« L’absence d’autorité parentale, c’est-à-dire l’absence de règles, de limites et de consignes déconcerte les enfants. Ils souffrent car ils ne savent pas quel chemin suivre. Quand l’enfant sait exactement ce que l’on attend de lui, il connaît les limites et les règles auxquelles il doit se conformer. Quand on exige quelque chose de lui avec affection, il se sent en sécurité et a des repères, c’est alors que l’autorité est bien exercée » Maria Bilbao.

En exerçant notre autorité, nous enseignons des valeurs à nos enfants, nous les aidons à mûrir, nous leur donnons les bases sur lesquelles ils construiront leur vie. Si nous sommes comme des voiliers qui vont où le vent nous mène, les enfants prennent le contrôle.

Depuis le berceau, les enfants manipulent leurs parents de manière inconsciente. S’ils demandent quelque chose avec insistance, ils l’obtiennent. Dans ce cas, il s’agit de répondre au besoin de manger, de changer la couche, de soulager une douleur. A mesure que les enfants grandissent, les manipulations réelles commencent, pour ensuite se transformer en abus et même en agression, en fonction de la qualité et de la quantité des concepts autorisés. L’autorité dans l’éducation des enfants doit commencer dès les premiers jours de la vie et durer jusqu’à ce qu’ils quittent le foyer pour former leur propre famille.

Lire la suite

Publié dans Formation | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Horaire et intentions des messes du 6 au 12 juillet 2018

Vendredi 6 juillet à 20h à Becco : veillée de prière et d’adoration.

Samedi 7 juillet

  • à 16h à Theux, Sainte-Joséphine : messe pour Victor Reuchamps ;
  • à 16h à Becco : messe pour Paul Lemaire, les familles Delhaye et Martin, Arlette Delville et les familles Martin-Mersch et Lemarchand, Alfred Labeye-Dejardin et famille, famille Dujardin-Heinen et Heinen-Kreusch ;
  • à 17h30 à Juslenville : messe pour Ernest Scheuren et familles Scheuren-Lenz et Dejozé-Hermann.

Dimanche 8 juillet

  • à 10h à Theux : messe pour les défunts de la famille Charlier-Denooz, Françoise Charlin ;
  • à 11h15 à Jehanster : , messe fondée famille Lange, Kairis, Stoffels, Marcotte, Leloup et Hertay, les époux Edgard Grosjean-Ledent, les familles Vandermeulen et Orban, André Vandermeulen et Catherine Bolette.

Mardi 10 juillet à 10h30 à Theux, Sainte-Joséphine : temps d’adoration et de prière.

Mercredi 11 juillet à 9h à Becco : messe fondée Darchez.

Jeudi 12 juillet

  • à 16h à Theux, Home Franchimontois : messe pour les Fondations Saint-Georges.
  • à 20h à Oneux : veillée de prière, dans le style de Taizé.

Les informations relatives aux calendrier et intentions sont affichées dans les églises de notre UP, à la Maison des Paroisses et sur le présent site et sur Église Info.

Publié dans Intentions de messes | Laisser un commentaire