Horaire et intentions des messes du 25 au 31 mai 2018

20

Vendredi 25 mai à 20h à Becco : veillée de prière.

Samedi 26 mai

  • à 16h à Theux, Ste-Joséphine : messe fondée Spirlet-Georis, Gérardy-Nihon-Rossenfosse, Counet, Gofinet-Pirson, Nagant-Done, Cormeau et Bertholet-Lebeau ;
  • à 17h30 à Juslenville : messe pour les familles Rogister et Gavage.

Dimanche 27 mai à 10h à Theux : messe pour les défunts de la famille André-Dehard.

Mardi 29 mai à 10h30 à Theux, Ste-Joséphine : temps d’adoration et de prière.

Mercredi 30 mai à 9h à Becco : messe pour les époux Houbeau-Englebert, Englebert-Foulon, Jeanine et Alexis.

Publicités
Publié dans Intentions de messes | Laisser un commentaire

Le chrétien est de race communautaire

Homélie de l’abbé Marcel Villers pour le dimanche de Pentecôte (Année B) – Theux, le 20 mai 2018

Avec la Pentecôte s’achève la Pâque du Christ et le renouveau de l’humanité. Ce renouvellement, cette nouvelle création, comment la caractériser ? Le Pape, un jour, a eu cette heureuse formule : C’est d’un tombeau vide qu’est née la fraternité.

Jésus n’est venu que pour annoncer le Règne de Dieu et réaliser autour de lui une ébauche de l’humanité nouvelle. Un des signes qu’il a donné de sa vision de cette humanité nouvelle, c’est le groupe des Douze rassemblé autour de lui. Parmi ces Douze, il y a de tout : des pêcheurs, des collecteurs d’impôt, des collaborateurs de l’occupant, des résistants. En les réunissant, Jésus manifeste clairement que le projet de Dieu, c’est bien de rassembler dans l’unité des hommes de toute condition, de toute langue et de toute culture. C’est bien ce que révèle la Pentecôte : Chacun d’eux les entendait dans sa langue maternelle.  C’est là l’œuvre de l’Esprit : la communion. Non pas uniformité, mais union dans la différence. C’est là le signe que constitue l’Église.

La nouveauté que fait surgir Jésus, c’est du neuf dans les groupes humains. Le premier objectif de Jésus fut de faire naître autour de lui une communauté. Avant sa mort, il y eut celle des Douze. Après, il y a ces communautés de disciples qui furent nommées « églises ». Oui, la vie fraternelle est la première répercussion parmi les hommes de l’action du Christ et l’œuvre de l’Esprit. Tous ceux qui étaient devenus croyants vivaient ensemble et mettaient tout en commun. Voilà ce que réalise l’Esprit à la Pentecôte et depuis la Pentecôte : des hommes de tout pays et de toute culture se comprennent et entendent proclamer, chacun dans sa langue, les merveilles de Dieu.

Cette évocation de l’Eglise n’est-elle pas un rêve ? Avec tout notre bon sens, nous nous rendons compte que la fraternité entre les hommes, on peut y croire, mais pour demain. Nous sommes d’accord avec St Paul quand il écrit que c’est la chair qui nous « mène » et engendre : haines, querelles, jalousie, colère, envie, divisions, sectarisme, rivalités.  Mais alors si la fraternité entre les humains est le signe que doit constituer l’Eglise au cœur du temps, nous devons convenir qu’on en est bien loin. Faut-il désespérer ?

Plus simplement, reconnaissons que le don de l’Esprit est nécessaire pour y arriver. Car voici ce que produit l’Esprit, écrit St Paul : amour, joie, patience, bonté, bienveillance, humilité et maîtrise de soi. Et il ajoute : laissons-nous conduire par l’Esprit. Conscients des difficultés et donc du témoignage défaillant que constituent l’Eglise et nos communautés, nous n’en sommes que plus encouragés à accueillir l’Esprit en ce temps de Pentecôte.

L’Église est bien ce projet de constituer au cœur du temps une assemblée fraternelle où chacun comprend et estime les autres, où l’union entre tous est le fruit de l’amour, comme à la Pentecôte. Le chrétien est, en effet, de race communautaire et c’est le premier témoignage qui lui est demandé. Là est le pourquoi de l’Église : manifester aux hommes que la fraternité est possible, que les hommes sont faits pour vivre ensemble, que l’amour est le fondement du lien social, que les différences ne sont pas des obstacles mais sources de richesse et d’unité.

Oui, nous en sommes loin. Reste à supplier avec ferveur l’Esprit-Saint.

Abbé Marcel Villers

Publié dans Année liturgique, Homélies | Tagué , , | Laisser un commentaire

Collecte de la Pentecôte 2018 : Mgr Delville fait appel à notre soutien !

L’asbl Évêché de Liège prend en charge chaque année de nombreux frais du diocèse de Liège. Je relève d’abord les bâtiments de l’évêché : vous savez combien ils sont importants et au service de tous.

Ensuite, viennent les frais de personnel : celui-ci compte, en particulier, des personnes spécialisées en gestion des fabriques d’églises et en pastorale des jeunes.

À cela s’ajoutent les frais de fonctionnement de chaque vicariat : cette année la catéchèse a été à l’honneur grâce au travail du vicariat Annoncer l’Évangile, mais cela pèse évidemment sur les financements.

Un poste important est la quote-part du diocèse de Liège aux frais généraux de l’Église de Belgique, en particulier le soutien aux mouvements d’entraide (comme Justice et Paix, ou Pax Christi) et la contribution aux Églises sœurs de la République démocratique du Congo, du Burundi et du Rwanda.

C’est ainsi que l’asbl fait face chaque année à des charges d’un montant de l’ordre de 850.000€ alors que ses revenus tournent en général autour de 650.000€. Il y a dès lors un déficit annuel à combler. C’est pourquoi l’évêché demande aux fidèles de le soutenir dans l’exercice de ses missions.

En 2017, une réévaluation importante du patrimoine de l’asbl a permis de clôturer les comptes en boni, évitant ainsi de devoir diminuer le capital existant. Mais cette opération de réévaluation ne pourra pas automatiquement se répéter chaque année !

Pour l’année 2018, il a été demandé à tous les services diocésains de « se serrer la ceinture » dans tous leurs frais de gestion. Grâce à ces efforts, le déficit probable de l’exercice en cours pourra être ramené à un montant de 185.000€.

C’est grâce à l’effort des chrétiens du diocèse que ce déficit pourra être comblé. C’est pourquoi je lance à nouveau un appel à vous tous, frères et sœurs, pour soutenir par votre générosité en ce dimanche de Pentecôte, les services diocésains et la coordination de la pastorale.

Un numéro de compte à retenir : BE93 3631 4768 5267, d’Évêché de Liège ASBL, 25 rue de l’Évêché, 4000 Liège.

Merci de répercuter cette annonce et merci de votre générosité à y répondre !

+ Jean-Pierre DELVILLE,
évêque de Liège

Publié dans Collectes, Communiqués officiels | Tagué , | Laisser un commentaire