Clés pour lire l’évangile de Matthieu 18. Couronnement de Jésus

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. En cette période, la liturgie dominicale lit l’évangile de saint Jean. Nous nous intéressons au récit de la passion : Mt 26, 1- 27, 66.

18. Le couronnement de Jésus

Ils s’agenouillaient devant lui : « Salut, roi des Juifs ! » (Mt 27, 29)

Dans le récit de la Passion de Matthieu, les outrages à Jésus roi suivent la comparution de Jésus devant Pilate (27, 11-26), comme les outrages à Jésus prophète suivaient le procès devant le Sanhédrin (26, 57-68).

A Pilate qui lui demande : « Es-tu le roi des Juifs ? » (27,11), Jésus répond : « C’est toi-même qui le dis ». Ce fut la seule parole de Jésus à Pilate qui « le fit flageller et le livra pour être crucifié » (27, 26). Cette prétention à la royauté devient le sujet de moqueries des soldats du gouverneur qui emmènent Jésus pour le torturer avant de l’exécuter.

Ces soldats sont des païens qui organisent la parodie d’une cérémonie de couronnement dont le centre est l’exclamation : « Salut, roi des Juifs ! » (27, 29). Ironiquement, Matthieu annonce ainsi la conversion et l’hommage à venir des païens qu’anticipait l’adoration des mages à l’Enfant roi.

L’hommage au roi

Les soldats de Pilate font de Jésus un roi de mascarade. On le revêt de pourpre, le vêtement pourpre était un vêtement royal ; cela peut désigner simplement un manteau de licteur dont la couleur pouvait évoquer la pourpre royale. « On lui met sur la tête une couronne tressée de plantes épineuses. Matthieu précise qu’on lui met dans la main droite un roseau pour évoquer le sceptre royal. Chacun vient alors présenter ses hommages à ce simulacre de roi ; selon les coutumes orientales, on donnait un baiser au roi après s’être prosterné devant lui. C’est ce rite que décrivent Matthieu et Marc, mais le baiser au roi est remplacé par des crachats injurieux ; Jean dit seulement qu’on lui donne des gifles. » (P. BENOIT et M.-E. BOISMARD, Synopse des quatre évangiles en français, 1972).

Abbé Marcel Villers

Prions le Notre Père ce 25 mars à 12h, à l’invitation du pape François

Notre cher pape François nous invite à prier avec lui et tous les chrétiens
en la fête de l’Annonciation, ce 25 mars

En ces jours d’épreuve, alors que l’humanité tremble devant la menace de la pandémie, je voudrais proposer à tous les chrétiens d’unir leurs voix au Ciel, a expliqué le Pape. J’invite tous les chefs des Églises et les dirigeants de toutes les communautés chrétiennes, ainsi que tous les chrétiens des différentes confessions, à invoquer le Dieu Très Haut et Tout-Puissant, en récitant en même temps la prière que Jésus Notre Seigneur nous a apprise. J’invite donc tout le monde à réciter le Notre Père mercredi prochain, le 25 mars, à midi. Le jour où de nombreux chrétiens se souviennent de l’annonce à la Vierge Marie de l’incarnation du Verbe, que le Seigneur entende la prière unanime de tous ses disciples qui se préparent à célébrer la victoire du Christ ressuscité ! a expliqué François.

Vous pouvez vous unir à la prière du Pape en vous branchant sur KTO TV (en télévision ou par internet) ou en vous rendant sur le site de Vaticannews.va

Ou via les pages Facebook de KTO ou de Vatican News

Une deuxième initiative, que nous relayerons ce jeudi, concerne la bénédiction Urbi et Orbi que le pape François donnera ce vendredi 27 mars à 18h : bloquez déjà votre agenda !

Photo : © AEN

ART ET FOI. L’ANNONCIATION 25 mars

L’ange Gabriel annonce à la vierge Marie la naissance de Jésus conçu de l’Esprit Saint. L’évangile de Luc est le seul à faire le récit de cet événement. (Lc 1,26-38)     
L’Annonciation est fêtée dès le VIle siècle à la date du 25 mars. On voulait ainsi correspondre au jour présumé de la conception de Jésus, neuf mois avant sa naissance fixée au 25 décembre.

Description du panneau
Une inscription sous l’image donne la signification du panneau : Ecce ancilla domini qui signifie : « Voici la servante du Seigneur. » Il s’agit de la réponse de Marie à l’ange telle que nous la rapporte l’évangile (Lc 1,38).
La tête de Marie est penchée vers la gauche, les yeux sont baissés ; ces deux traits expriment l’attitude de foi et d’humilité : « Voici la servante du Seigneur. »
Marie est debout, ce qui se répand dans l’art au moyen âge ; auparavant, dans la scène de l’Annonciation, elle était plutôt représentée assise ou à genoux.
Le « oui » de Marie au projet de Dieu s’exprime aussi par la position des mains. Traditionnellement l’acceptation est signifiée en repliant un ou parfois deux bras sur la poitrine, paume ouverte vers l’extérieur, surtout jusqu’au XIIIe siècle. Au XIVe siècle, on représente plutôt la Vierge posant une seule main sur la poitrine ; à partir du même siècle, elle pose les deux mains croisées sur la poitrine, ce qui accentue son humilité et son abandon au projet de Dieu.

Marie porte un manteau de couleur bleu sombre, sous lequel on entrevoit un vêtement écarlate. Ce jeu entre l’extérieur, qui prend la couleur du ciel et donc du divin, et de l’intérieur qui est rouge et évoque le terrestre, est indicatif de l’alliance entre ciel et terre nécessaire pour l’accomplissement de l’incarnation et, à terme, de la rédemption. Des deux mains, la Vierge semble ouvrir ou refermer son manteau. Ces deux gestes ont au fond une même signification : le caractère d’intériorité ou de secret du processus entamé, celui du mystère de la naissance du Sauveur.

Abbé Marcel Villers
Illustration : plafond de la nef de l’église de Theux (IRPA)

Réflexion sur les lectures du dimanche 22 mars 2020

Ce texte, venant de Fondacio, nous a été transmis par M. le Curé, que nous remercions !

 

Chers tous,

Ce matin en regardant la messe de 11h, retransmise sur France 2 dans le cadre des programmes du Jour du Seigneur, j’étais avec mon fils Alexandre… et nous nous sentions bien seuls… jusqu’au moment où j’ai pensé à vous tous. Je vous ai pris, avec nous, dans la prière… et tout fut illuminé !

Je vous entraîne, si vous êtes d’accord, dans une petite réflexion sur les lectures de ce dimanche… et plus loin vous aurez une proposition de prière… Bien à vous…

Le thème de ce dimanche était : renaître à la lumière de Dieu.

Lire la suite « Réflexion sur les lectures du dimanche 22 mars 2020 »

Les célébrations publiques de la Semaine sainte sont annulées…

La conférence des évêques de Belgique a publié, ce lundi 23 mars, un nouveau communiqué annonçant une nouvelle qui était dans l’air…

Semaine sainte : toutes les célébrations religieuses publiques sont annulées

La propagation du coronavirus contraint toutes les autorités et institutions publiques de notre pays à une extrême prudence. L’Église veut, elle aussi, endiguer la propagation de ce virus. Les évêques de Belgique ont dès lors décidé de prolonger la suspension de toutes les célébrations religieuses publiques et ce jusqu’au 19 avril inclus. Ces dernières reprendront lorsque les autorités tant civiles qu’ecclésiastiques l’auront autorisé. Les évêques prennent ces mesures conformément aux adaptations possibles pour la célébration du temps pascal, telles que le pape François les a proposées et données en exemple.

Tous les services liturgiques de la Semaine Sainte (5-12 avril 2020) sont suspendus. Chaque évêque peut établir une exception pour quelques lieux afin que les fidèles puissent suivre ces services à la radio, à la télévision ou en livestream. Seuls les collaborateurs nécessaires pour l’enregistrement de la célébration pourront se trouver dans l’église. Ils respecteront avec soin les règles de la ‘distance sociale’.

Cette suspension s’applique à toutes les églises et chapelles où se célèbre publiquement le culte, y compris les chapelles ou lieux de prière des monastères, des institutions catholiques ou des lieux de pèlerinage. Elle s’applique également aux communautés non-catholiques qui font usage des églises ou des chapelles catholiques. Les communautés contemplatives ou monastiques célébreront la prière des heures et les offices de la Semaine Sainte en cercle fermé, sans hôtes, ni visiteurs.

L’information sur les services liturgiques diffusés à la radio, à la télévision ou en livestream pendant la Semaine Sainte sera disponible sur le site de CathoBel, ainsi que sur les sites diocésains ou vicariaux.

1. Dimanche des Rameaux
Bien qu’il n’y ait pas de célébrations publiques, quelques célébrations avec seulement quelques personnes sont prévues en vue des diffusions à la radio, à la télévision ou en livestream. Elles se dérouleront en cercle fermé et dans le respect de la distance de sécurité prescrite. Les rameaux bénits ne seront mis à disposition ni à l’intérieur ni à l’extérieur de l’église. Il y a pour cela une double raison. Une raison liturgique : ces rameaux font partie de la liturgie du dimanche des Rameaux. Une raison préventive : éviter tout rassemblement.

Lire la suite « Les célébrations publiques de la Semaine sainte sont annulées… »