Clés pour lire l’évangile de Matthieu 18. Couronnement de Jésus

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. En cette période, la liturgie dominicale lit l’évangile de saint Jean. Nous nous intéressons au récit de la passion : Mt 26, 1- 27, 66.

18. Le couronnement de Jésus

Ils s’agenouillaient devant lui : « Salut, roi des Juifs ! » (Mt 27, 29)

Dans le récit de la Passion de Matthieu, les outrages à Jésus roi suivent la comparution de Jésus devant Pilate (27, 11-26), comme les outrages à Jésus prophète suivaient le procès devant le Sanhédrin (26, 57-68).

A Pilate qui lui demande : « Es-tu le roi des Juifs ? » (27,11), Jésus répond : « C’est toi-même qui le dis ». Ce fut la seule parole de Jésus à Pilate qui « le fit flageller et le livra pour être crucifié » (27, 26). Cette prétention à la royauté devient le sujet de moqueries des soldats du gouverneur qui emmènent Jésus pour le torturer avant de l’exécuter.

Ces soldats sont des païens qui organisent la parodie d’une cérémonie de couronnement dont le centre est l’exclamation : « Salut, roi des Juifs ! » (27, 29). Ironiquement, Matthieu annonce ainsi la conversion et l’hommage à venir des païens qu’anticipait l’adoration des mages à l’Enfant roi.

L’hommage au roi

Les soldats de Pilate font de Jésus un roi de mascarade. On le revêt de pourpre, le vêtement pourpre était un vêtement royal ; cela peut désigner simplement un manteau de licteur dont la couleur pouvait évoquer la pourpre royale. « On lui met sur la tête une couronne tressée de plantes épineuses. Matthieu précise qu’on lui met dans la main droite un roseau pour évoquer le sceptre royal. Chacun vient alors présenter ses hommages à ce simulacre de roi ; selon les coutumes orientales, on donnait un baiser au roi après s’être prosterné devant lui. C’est ce rite que décrivent Matthieu et Marc, mais le baiser au roi est remplacé par des crachats injurieux ; Jean dit seulement qu’on lui donne des gifles. » (P. BENOIT et M.-E. BOISMARD, Synopse des quatre évangiles en français, 1972).

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Matthieu 17. Reniements et repentir

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. En cette période, la liturgie dominicale lit l’évangile de saint Jean. Nous nous intéressons au récit de la passion : Mt 26, 1- 27, 66.

17. Reniements et repentir

Pierre nia devant tout le monde : « Je ne connais pas cet homme. »
(Mt 26, 72)

Entre les deux moments essentiels que sont la comparution de Jésus devant le Sanhédrin et celle devant Pilate, le reniement de Pierre (26, 69-75) tient une place centrale. Pierre est celui qui avait reconnu en Jésus « le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (16,16) Cette profession de foi de l’Église, il la rejette en reniant Jésus par trois fois et de plus en plus vigoureusement.

D’abord, il prétend ne pas comprendre ce que veut dire « Jésus le Galiléen » (26, 69-70). Ensuite, il jure ne pas connaître « cet homme, Jésus le Nazaréen » (26, 71-72). Enfin, « il se mit à protester violemment et à jurer » (26, 74) qu’il n’est pas « l’un d’entre eux » (26, 73). Et Matthieu de souligne l’appartenance de Pierre au groupe des disciples de Jésus : « Tu étais avec Jésus » (deux fois 26, 69. 71) ; « tu es l’un d’entre eux. » (26, 73) Pris de remords et de désespoir, Judas « alla se pendre » (27, 5). Pierre « pleura amèrement » (26, 75).

Les larmes du repentir

« Pierre a oublié l’avertissement adressé à « celui qui reniera Jésus devant les hommes » (Mt 10, 33). Au temps où Matthieu écrit son évangile, ses lecteurs tentés par l’apostasie savent qu’en définitive, Pierre est mort en vrai martyr et ils peuvent reprendre à leur compte la valeur que le Christ attache aux larmes du repentir. Quelle leçon pour ceux qui n’ont même pas l’excuse de la persécution et renient leur foi par simple tiédeur ! » (Claude TASSIN, L’Évangile de Matthieu, 1991)

Abbé Marcel Villers 

Clés pour lire l’évangile de Matthieu 16. Le traître

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. En cette période, la liturgie dominicale lit l’évangile de saint Jean. Nous nous intéresserons au récit de la passion : Mt 26, 1- 27, 66.

16. Le traître

Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? »
(Mt 26, 25)

La trahison de Judas fait l’objet de quatre épisodes qui en structurent le processus et qui sont devenus des expressions emblématiques de la trahison. « Ils lui remirent trente pièces d’argent » (26, 15) ; « celui qui s’est servi au plat en même temps que moi » (26, 24) ; « s’approchant de Jésus, il l’embrassa » (26, 49) ; « jetant les pièces dans le temple, il se retira et alla se pendre » (27, 5).

La problématique du traître est justifiée par deux motifs essentiels : le plan divin ; la mise en garde des disciples. Pour Matthieu, Judas est l’exécutant du plan de Dieu annoncé par les prophètes : « le Fils de l’homme doit être livré comme il est écrit à son sujet » (26, 24).
D’autre part, trahir le Maître reste une menace pour tout disciple ; communier au Christ, partager le pain et le vin eucharistiques ne suffisent pas pour échapper à la trahison. Judas en est l’avertissement. La condition chrétienne est toujours en balance entre trahison et communion.

Pourquoi Judas a-t-il trahi Jésus ?

« La thèse la plus en vogue voudrait que le traître ait été un « zélote », membre d’un mouvement luttant contre l’occupation romaine, et que déçu par le pacifisme de Jésus, il ait tourné casaque. Les meilleurs historiens savent aujourd’hui que le terme « zélote » n’a ce sens de résistance à Rome qu’à partir de l’an 66. » (Claude TASSIN, L’Évangile de Matthieu, 1991). Certains imaginent que Judas ayant adhéré à Jésus parce qu’il en attendait le déclenchement de la fin des temps, a voulu provoquer l’événement en obligeant Jésus à réagir lors de son arrestation. Enfin, les évangélistes évoquent l’avarice de Judas (Mt 26, 15 ; Jn 12, 4-6) ou un état de possession satanique (Lc 22, 3 ; Jn 13, 2. 27).

Abbé Marcel Villers 

Clés pour lire l’évangile de Matthieu 15. Transfiguré

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. Cette semaine : Mt 17, 1-9 du 2e dimanche du carême.

15. Transfiguré sur une haute montagne

De la nuée, vint une voix qui disait : « Écoutez-le ! » (Mt 17, 5)

« Son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la lumière. » (17, 2) D’ordinaire, on peut devenir lumineux si on est éclairé par une puissante lumière extérieure. Ici, la face de Jésus, ses vêtements, l’ensemble de son corps deviennent source de lumière.

« Pierre parlait encore lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre. » (17, 5) Bien que lumineuse, la nuée les plonge maintenant dans l’ombre ! Elle les prive de la vision, la nuée les terrasse, ils sont rendus aveugles. Et par là même, ils sont maintenant mis en situation pour entendre. De la nuée, en effet, vient une voix : « Écoutez-le ! » (17, 5) Ce n’est pas regarder, voir Jésus qui importe, c’est l’écouter, lui obéir, le suivre en actes.

Transfiguration pascale

Alors que les disciples sont à terre et plongés dans la mort par la peur, Jésus les touche, et leur dit : « Relevez-vous et n’ayez pas peur !» (17, 7) Ce verbe : se « relever » est celui qui sera utilisé pour parler de Jésus, relevé ou ressuscité d’entre les morts à Pâques. La Transfiguration prépare le cœur des disciples à surmonter le scandale de la croix. Jésus leur avait annoncé qu’il allait être trahi et mis à mort, qu’il toucherait alors le fond de l’humiliation. Maintenant, sur la montagne, il leur montre l’issue : la glorification lumineuse, la métamorphose de la résurrection. Cette transfiguration est ce qui nous attend aussi : « en ce jour, sur le Thabor, le Christ transforma la nature enténébrée d’Adam. L’ayant illuminée, il la divinisa. » (C. ANDRONIKOFF, Le sens des fêtes, 1970)

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Matthieu 14. Au désert

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. Cette semaine : Mt 4, 1-11 du 1er dimanche du carême.

14. Au désert, le combat du Fils

Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu… » (Mt 4, 3)

La vie chrétienne implique un combat, une lutte. Les tentations de Jésus sont représentatives des épreuves, des combats de l’homme de foi. Ce récit met en scène une réalité intérieure et permanente vécue par Jésus et le chrétien à sa suite.

Le démon cherche à installer la contradiction entre Jésus et Dieu, à placer un coin entre eux, à faire une brèche dans leur communion pour arriver à séparer Jésus et son Père. Le démon installe le doute : « si tu es le Fils de Dieu… » Autrement dit, « en es-tu si sûr ? que Dieu te le prouve ! teste-le ! » Mais Jésus refuse : « Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » (4, 7)

La stratégie du démon avait réussi avec Adam et Ève, elle échoue avec Jésus. L’arme décisive de sa victoire : l’obéissance, la communion à la Parole de Dieu, son Père. Il est bien le Fils dont « la nourriture est de faire la volonté de son Père » (Jn 4, 34). Car « ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (4, 4) C’est dans la communion des volontés de Dieu et de l’homme qu’est le salut.

Tentations de Jésus, tentations d’Israël

 « Jésus est Fils de Dieu en tant qu’il réalise par sa soumission au Père, la vocation d’Israël, fils de Dieu. Aussi, Jésus répond-il au tentateur par des versets du Deutéronome qui font écho à l’expérience d’Israël au désert : expérience d’une manne de misère aiguisant la faim de la Parole (Dt 8, 3), triste expérience du doute à l’égard de la puissance divine (Dt 6, 16), expérience chronique de l’idolâtrie (Dt 6, 13) dont Matthieu semble craindre une reviviscence dans le rêve d’un messie dominateur politique. » (Claude TASSIN, L’Évangile de Matthieu, 1991)

Abbé Marcel Villers