La minute liturgique – 26 – Saint, saint, saint !

C’est le prophète Isaïe qui a inspiré ces mots. Au cours d’une vision, éclate devant lui la beauté étincelante de Dieu : sa gloire.

Et des mots jaillissent qui viennent la nommer : Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur de l’univers ! Toute la terre est remplie de sa gloire.

Chaque semaine, redécouvrons le sens d’un mot ou d’une expression de la messe.

Les textes de ces minutes liturgiques, rédigées par l’abbé Olivier Windels, vicaire épiscopal et responsable des services de la Catéchèse, du Catéchuménat et de la Liturgie pour le diocèse de Liège, sont publiés aux Éditions Fidélité.

FÊTES LITURGIQUES : SAINTS PIERRE ET PAUL

Solennité des Saints Pierre et Paul (29 juin)

La fête des Saints Pierre et Paul est la plus ancienne fête inscrite dans le Sanctoral romain, elle est née bien avant Noël. Dès le IIe siècle, les chrétiens se rendent à Rome pour voir et vénérer les tombes de Pierre au Vatican et de Paul sur la voie d’Ostie. Au IVe siècle, le pèlerinage de Rome devient en Occident le parallèle de celui qui, en Orient, conduisait à Jérusalem au tombeau du Seigneur. Dès l’origine, Rome célèbre Pierre et Paul ensemble, voyant dans la prédication des deux saints apôtres un unique fondement de l’Église romaine. Ils sont fêtés à une même date, celle de leur martyre, le 29 juin selon une tradition reprise par le martyrologe romain, dont l’origine remonte au Ve siècle, qui indique au 29 juin : « A Rome, l’anniversaire des saints apôtres Pierre et Paul, qui souffrirent la même année et le même jour sous l’empereur Néron.  Le premier fut crucifié dans la Ville, la tête en bas… Le second eut la tête tranchée et fut enseveli sur la Voie d’Ostie. » Selon les historiens, Pierre, venu à Rome pour y consolider l’Église naissante, est martyrisé en l’an 64 probablement. Paul, lui, arrêté à Jérusalem, fait appel à César et est amené à Rome en 60 pour y être jugé. Il y vivra quelques années avant d’être condamné à mort et décapité, sans doute en 67, sur la route d’Ostie.

La date du 29 juin prévalut de bonne heure sur l’usage de quelques contrées, où la coutume s’est d’abord établie de fixer la fête des Apôtres aux derniers jours de décembre, dans la suite des premiers témoins du Christ. Le fait est que les Orientaux et les Églises franques, au début, ignorèrent absolument la date du 29 juin et solennisèrent Pierre et Paul — ils sont toujours ensemble — soit le 27 décembre, soit le 28, soit après l’Épiphanie le 18 et le 25 janvier, soit le 22 février. Rome s’attacha au contraire à la date du 29 juin, qui finit par prévaloir non seulement en Occident, mais aussi en Orient, en raison de l’influence pontificale.

Au IVe siècle déjà, on célèbre trois messes, l’une à Saint-Pierre du Vatican, l’autre à Saint-Paul-hors-les-murs, la troisième aux catacombes où les corps des deux apôtres furent cachés un certain temps pendant la persécution de Valérien (257-259), pour éviter la profanation de leurs tombeaux. La distance est grande de la basilique Vaticane à celle de la voie d’Ostie ; faute de pouvoir se trouver aux deux messes solennelles, beaucoup de pèlerins doivent choisir. Au VIe s., Grégoire le Grand ((590-604) renvoie au lendemain la Station à Ostie ; la messe de saint Paul est reportée au 30 juin, jusqu’à la dernière réforme du calendrier liturgique. Promulgué en 1969 par Paul VI, à la suite du Concile Vatican II, ce calendrier revient à une seule célébration des deux saints patrons de Rome le 29 juin. Il conserve la messe de la veille au soir que l’on célébrait jadis dans les paroisses romaines au cours de la nuit du 28 au 29, lors d’une vigile.  En effet, à Rome, dès les premiers siècles, « l’eucharistie était habituellement célébrée deux fois : une première fois près du corps du martyr à la fin de la veillée nocturne, en présence des quelques fidèles qui pouvaient tenir dans un lieu exigu, puis, une seconde fois, au cours de la matinée dans la basilique dédiée au martyr, au milieu de tout le peuple. » (A. G. Martimort, L’Eglise en prière, Paris 1961, p.781).

Pour les Romains, au mois de juin, il y a comme une seconde fête de Pâques, celle des deux Princes des apôtres, Pierre et Paul, ou, pour mieux dire, c’était, dans leur personne, la fête de la primauté pontificale, la fête du Pape, le Natalis urbis, le jour natal de la Rome chrétienne. Les évêques de la province métropolitaine du Pape avaient l’habitude de se rendre dans la Ville éternelle, en signe de respectueuse sujétion, pour célébrer avec le Pontife une si grande solennité. De même, dès le VIe s., c’est le 29 juin, que le Pape bénit et remet le pallium, insigne du pouvoir pontifical, à ses vicaires et à des évêques. A partir du VIIe s., la remise du pallium s’accompagne d’un serment de fidélité au pape. Entre le Xe et le XIe s., dans le contexte de la querelle des investitures, le port du pallium est réservé aux archevêques à qui le Pape en concède le privilège comme symbole d’union avec lui et de soumission. En 1978, Jean-Paul Ier choisit de remplacer l’imposition de la tiare par celle du pallium comme symbole du début du pontificat. Les Papes suivants ont fait de même. Le pallium était annuellement béni et imposé par le pape au cours de la messe solennelle de la fête des saints Pierre et Paul, en la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 29 juin. Chaque année, le 29 juin, le pallium est imposé par le Pape aux archevêques qui, avant de le recevoir, prononcent un serment solennel de fidélité au Souverain Pontife devant le tombeau de saint Pierre.

Cette fête n’est pas seulement celle de la Rome chrétienne, mais celle de toute l’Église.
« Tu nous donnes de fêter en ce jour les deux Apôtres Pierre et Paul : celui qui fut le premier à confesser la foi, et celui qui l’a mise en lumière ; Pierre qui constitua l’Église en s’adressant d’abord aux fils d’Israël et Paul qui fit connaître aux nations l’évangile du salut ; l’un et l’autre ont travaillé, chacun selon sa grâce, à rassembler l’unique famille du Christ ; maintenant qu’ils sont réunis dans une même gloire, ils reçoivent même vénération. » (Préface de la messe du jour)

Abbé Marcel Villers
Illustrations : Eglise de Theux, Pierre et Paul au lavement des pieds,  Springels, 1951 ;
Remise du pallium par le pape François (Vatican.va)

Mgr Delville et Amoris Laetitia

Dans le cadre de la clôture de l’Année Famille Amoris Laetitia et de la Xème Rencontre mondiale des Familles à Rome et dans tous les diocèses du monde, Mgr Jean-Pierre Delville est parti à la rencontre d’une famille de notre diocèse.

Nous vous invitons à visionner cette vidéo où, à travers la conversation de notre évêque avec Romain, Cécile et leurs enfants, se disent les joies, les difficultés et les enjeux des familles d’aujourd’hui.

Ne gardez pas ce lien pour vous : envoyez-le aux familles de votre UP, à vos amis et connaissances. Un petit « clic »  et c’est fait sans effort !

Pourquoi ne pas visionner ensemble ces images à la fin de la messe de ce dimanche (ou à un autre moment à votre convenance) ?

Souhaitez bonne fête à toutes les familles… et n’oubliez pas la Journée des Grands-Parents le 24 juillet prochain ! 😉

Et si vous le souhaitez, n’hésitez pas à nous envoyer un commentaire !

Le service diocésain des Couples et Familles

Les pères savent pourquoi… ils marchent !

La prochaine Marche des Pères aura lieu
autour de Banneux les 2 et 3 juillet 2022

Le prédicateur sera l’abbé Eric de Beukelaer,
Vicaire général du diocèse de Liège.
Il nous instruira sur le rôle prophétique auquel est appelé le père de famille.

Être et rester catholique, au sein de sa famille
et dans la société : un chemin prophétique

Pour vous inscrire, c’est ici !

Pour en savoir plus sur la Marche des Pères
et découvrir les Marches précédentes, suivez ce lien

Pour les détails pratiques de la Marche 2022, ici !