Année liturgique : Assomption de Marie

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie (15 août)

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est assoption-theux.jpg

Malgré la discrétion des Évangiles, les chrétiens ont rapidement voulu célébrer Marie et ses derniers moments, comme ils le faisaient pour honorer leurs saints. Une croyance se répand, celle de son « endormissement » – sa Dormition disent les orthodoxes – qui consiste en son élévation, corps et âme, au ciel par Dieu. « Assomption » ne vient pas du verbe latin « ascendere » (monter, s’élever), qui a donné « Ascension », mais de « assumere » (assumer, enlever). L’étymologie souligne l’initiative divine : Marie ne s’élève pas toute seule vers le ciel, c’est Dieu qui fait le choix de l’assumer, corps et âme, en la réunissant à son Fils.

« Aujourd’hui, la Vierge Marie, la Mère de Dieu, est élevée dans la gloire du ciel : parfaite image de l’Église à venir, aurore de l’Église triomphante, elle guide et soutient l’espérance de ton peuple encore en chemin. Tu as préservé de la dégradation du tombeau le corps qui avait porté ton propre Fils et mis au monde l’auteur de la vie. » (Préface de l’Assomption) Telle est notre foi proclamée de façon solennelle par le Pape Pie XII le 1er novembre 1950. (Constitution Munificentissimus Deus)

Historiquement, la fête de l’Assomption de Marie est beaucoup plus ancienne puisque célébrée déjà dans l’antiquité chrétienne. En effet, une fête liturgique de l’Assomption existe à Jérusalem dès le VIe siècle. Un décret de l’empereur byzantin Maurice (582-602) instaure la fête obligatoire de la Dormition de la Vierge Marie le 15 août. Cette date correspondrait à la dédicace d’une église à cette intention.

La fête est introduite en Occident sous l’influence du pape Théodose, au VIIe siècle, et prend le nom d’Assomption à partir du siècle suivant. Vers l’an 700, le pape Serge 1er institue à Rome une procession lors de la fête de l’Assomption. Enfin la fête de l’Assomption est citée sous ce nom en 813 par le Concile de Mayence (813) parmi les fêtes d’obligation.

Cette fête est donc alors installée en Gaule où elle est célébrée le 18 janvier. En 847, elle est dotée d’une vigile à Rome, ce qui signifie l’importance liturgique et spirituelle qui lui est ainsi accordée.

En 1638, le roi de France, Louis XIII, après la naissance de son fils, consacre son royaume à Marie et fait du 15 août une fête dans toute la France. Napoléon en fera sa fête patronale et un jour férié encore reconnu aujourd’hui en France depuis le concordat de 1801.

Dans l’église de Theux, une représentation de l’Assomption (en tête de l’article) est l’œuvre du peintre allemand Joannes Freesingher qui réalisa, en 1681, les peintures du plafond du chœur de cette église. Il s’agissait alors de répondre à la contestation des protestants au sujet de la dévotion à Marie.

Abbé Marcel Villers

 

 

 

Pèlerinage à Banneux, 14 août 2022

Comme il est de tradition, notre Unité pastorale, à la suite des paroisses des Hauteurs, se rendra à Banneux en pèlerinage le (dimanche) 14 août, en chantant et en priant ; M. le Curé célébrera la messe à Banneux (chapelle du Saint-Sacrement) à 20h.

Si vous aimez marcher (environ 2 heures), départ de la place de Becco à 17h30 : à travers les champs et les bois (par des chemins !), nous nous rendrons à Banneux. Pour prier sur le chemin, nous utiliserons le parcours de « marche priante » intitulé La prière de l’Alliance (me voici – merci – pardon – s’il te plaît) avec des méditations et prières de Soeur Emmanuelle, saint Charles de Foucauld et Mère Teresa, document que vous pouvez télécharger via ce lien.

P.S. Voudriez-vous imprimer l’affiche (en cliquant sur l’image, vous l’aurez en pdf) et la mettre là où elle peut susciter de l’intérêt ? Merci !

P.S. 2 Pour retrouver des échos des pèlerinages des années antérieures, rendez-vous dans la colonne de droite du site ; dans la section « Je cherche », introduisez le mot « Banneux », confirmez (« retour chariot » ou touche « Enter ») et les derniers articles s’afficheront. Au bas de la page, vous pourrez cliquer sur le bouton « Articles précédents » pour remonter dans le temps !

Viens, Marie t’appelle ! et anniversaires des Apparitions à Banneux

Viens, Marie t’appelle !

Tel est le thème de l’année 2022 au sanctuaire de la Vierge des Pauvres à Banneux.

C’est donc une invitation à aller « plonger nos mains dans l’eau » et, pourquoi pas, à l’occasion de l’anniversaire de l’une des 8 apparitions de Marie à Mariette ?

Vous trouverez le détail des célébrations (messe, veillée mariale, rosaire) dans l’illustration ci-dessous : du matin au soir, vous avez des possibilités de vous joindre à la prière des pèlerins.

Lire la suite « Viens, Marie t’appelle ! et anniversaires des Apparitions à Banneux »

Fête liturgique : le Baptême du Christ

Fête du Baptême du Seigneur 

Vers 380, la fête de Noël, célébrée à Rome dès 336, est introduite à Constantinople où on célébrait la fête de l’Épiphanie le 6 janvier. L’introduction en Orient de la fête de Noël, venue d’Occident, va amener en retour la fête de l’Épiphanie en Occident. Ce double mouvement va provoquer des modifications dans l’objet des deux fêtes. En Orient, l’Épiphanie va de plus en plus devenir une fête commémorative du baptême du Christ et donc une fête baptismale.

La fête de l’Épiphanie célèbre les tria miracula : adoration des Mages, baptême de Jésus, miracle du vin à Cana. Ce sont, en effet, les trois épiphanies ou manifestations de la présence de Dieu dans l’homme Jésus. La réception de la fête de l’Épiphanie en Occident va être différente dans les deux espaces chrétiens de l’époque. L’Épiphanie romaine va se concentrer sur l’adoration des mages. L’Épiphanie gauloise va privilégier le baptême.

Lire la suite « Fête liturgique : le Baptême du Christ »