Installation de notre curé (1) : temps forts liturgiques

La célébration de l’installation d’un nouveau curé se déroule lors d’une liturgie eucharistique. Premières photos… celles des temps forts de cette installation !

Premier moment très symbolique : notre nouveau curé, l’abbé Jean-Marc Ista, frappe à la porte d’entrée de l’église Saints-Hermès-et-Alexandre de Theux : il est accueilli par M. Jacques César qui, au nom des huit Conseils de fabrique de notre communauté, lui souhaite la bienvenue. Chaque Conseil lui remet alors la clé de son église ; toutes les clés sont fixées à un panneau installé devant l’autel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La procession se forme ensuite : notre diacre, Jacques Delcour, en tête, portant le livre de la Parole. Suivent les fabriciens (membres des Conseils de fabrique), puis les célébrants. La procession se termine avec les trois célébrants principaux : notre nouveau curé, accompagné du doyen de l’Ardenne, l’abbé Henri Bastin, et l’abbé Marcel Villers.

Le doyen accueille les participants et remet à l’abbé Ista le premier signe de sa nouvelle fonction : l’étole du célébrant, apportée par Martine Lewis, notre assistante paroissiale. De couleur rouge comme tous les ornements de ce jour, en raison de la fête célébrée en ce 14 septembre, la Croix glorieuse.

Jean-Marc, tu deviens curé de cette communauté que tu rassembleras autour du Christ ressuscité. Du Christ ressuscité, tu seras le signe visible au milieu de tes frères. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui la fait naître et la garde. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui nous invite en eucharistie et nous appelle à ne plus faire qu’un avec lui. Jean-Marc, reçois cette étole. Elle est le signe liturgique de la charge pastorale qui t’est confiée aujourd’hui. Comme un bon pasteur, rassemble dans l’unité les disciples du Christ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre doyen introduit ensuite la préparation pénitentielle en s’adressant à notre nouveau curé et à l’assemblée :

Disciples bien aimés du Christ, nous sommes tous pécheurs. Chaque entrée en célébration nous le rappelle. Jean-Marc, après que nous aurons tous confessé devant le Seigneur notre faiblesse, tu prononceras sur nous la parole du pardon. Veille aussi à proposer régulièrement à tes frères la grâce du sacrement de réconciliation, sous ses différentes formes, et sois, avec l’aide de Dieu, un vrai ministre de la conversion évangélique pour la vraie joie de l’Eglise.

Suivent le chant du Kyrie et du Gloria, la première lecture (Nombres 21, 4-9) proclamée ar Jean-Pierre Deblon (Jehanster), le chant du psaume 77 et l’épitre, extraite de la lettre de saint Paul aux Philippiens (2, 6-11), lue par Micheline Troupin (Theux).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est alors qu’intervient un troisième moment symbolique : notre doyen remet le livre de la Parole au nouveau curé.

Jean-Marc, pasteur de cette communauté, tu la rassembleras à l’écoute de la Parole de Dieu. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui est son guide, qui lui rappelle que ses paroles à lui sont paroles de vie éternelle. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui, en eucharistie, nous parle aujourd’hui, nous interpelle et nous annonce la Bonne Nouvelle du Dieu d’amour. Jean-Marc, reçois le Livre de la Parole : elle est un trésor pour notre vie. Comme un bon pasteur, tu la donneras en nourriture à tes frères.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici le texte de l’homélie de notre nouveau curé, qui clôture cette première partie du reportage :

Frères et sœurs,

Les textes bibliques de ce dimanche nous renvoient à la croix. Cet objet dont nous avons, au minimum, une habitude culturelle et cultuelle est bien le signe des chrétiens, par excellence. Nous la retrouvons dans nos maisons mais aussi aux carrefours de nos chemins ou encore sur la tombe de nos défunts. Et surtout, elle est en bonne place dans nos églises. Elle fait partie des signes et des rites que les chrétiens des générations passées nous ont légués. Sommes-nous toujours bien conscients qu’elle est une lumière de vie et de victoire ? Elle remplace l’antique signe de ralliement du poisson, dont le terme grec renvoie au Christ fils de Dieu Sauveur !

Je ne m’attarderai pas sur le fait que, pour certaines personnes, la croix est devenue un bijou de grande valeur voire de dérision comme sur le cou de la sulfureuse Madonna.

LA CROIX EST GLORIEUSE CAR, D’INSTRUMENT DE MORT, DIEU EN A FAIT UNE MARQUE D’AMOUR ET DE VIE POUR LE CHRIST JESUS ET DANS LA FOULEE, POUR TOUS CEUX QUI SE CONFIENT EN LUI.

Nul n’est monté au ciel, nous dit Jean, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi fautil que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui, la vie éternelle (Jn 3, 13-14).

En d’autres termes, évoquer la croix est toujours parler du Christ et le regarder, comme il s’agit toujours dans le même temps d’évoquer notre destinée. De nos jours, la croix, symbole de la bonté divine, est aussi un signe qui marque douloureusement la vie des chrétiens en Irak, en Syrie et dans bien d’autres pays. Ils préfèrent mourir plutôt que d’adhérer à une religion qui n’est pas celle de Jésus Christ. Cela met en lumière toutes les persécutions du quotidien présentes jusque dans nos démocraties soi-disant spontanément tolérantes. Pensons à tous ceux qui sont tournés en dérision dans leur école, leur lieu de travail à cause de leur foi…

Ainsi dans tout ce qui fait la vie des Églises, dans tout ce qui constitue la peine et la joie des disciples du Christ, la croix est le sceau qui nous marque et nous désigne tous, chacun et chacune, comme les membres d’une même grande famille. L’Église, par la croix glorieuse du Christ, se constitue comme signe efficace, comme sacrement du Christ au-delà des confessions, et de toutes nos œuvres plus ou moins missionnaires.

Par la croix, c’est le Seigneur qui dresse son étendard, non pas signe de croisade ou de conquête mais de rassemblement et d’espérance. Signe de rassemblement car la croix est bien, je le répète, objet de reconnaissance pour tous ceux qui ont fait l’expérience du Christ vivant et veulent se confier en lui.

Signe d’espérance, parce que, pour tout homme de bonne volonté, quels que soient ses convictions et son histoire, elle fait écho à la Bonne nouvelle de l’Évangile où Dieu déclare, en Jésus mort et ressuscité, de manière radicale : Tu es mon enfant bien aimé ; en toi, j’ai mis tout mon amour !

Rassemblés en cette église, c’est d’abord pour communier au sacrifice volontaire de Jésus qui donne sa vie pour nous sauver. Dieu s’est fait homme, en lui, pour assumer notre condition transie par le péché. Dans sa mort, il assume notre mort, notre disparition spirituelle possible, notre dé-vivre, comme notre mort physique. Il est toujours du côté des victimes de la violence, des massacres et des génocides…

Dans l’Évangile, le Christ nous adresse une bonne nouvelle de la plus haute importance : Créateur et Sauveur ne font qu’un, en Dieu. C’est pour cette raison que nous nous tournons vers sa croix. Ce qui en fait la valeur, ce ne sont pas d’abord ses souffrances de Crucifié mais sa Passion dans l’Amour.

Dieu crée et recrée dans la gratuité absolue de l’Amour : c’est un mystère qui nous dépasse!

Cependant, nous, les baptisés, nous pouvons regarder la croix comme un signe de guérison et d’espérance. Comme le disait si bien le Cardinal Marty, la croix devient la clé qui ouvre la prison, qui brise le cercle infernal. C’est de cette espérance que nous avons à témoigner auprès de ceux et celles qui souffrent physiquement et moralement.

Saint Bonaventure écrivait : Debout, toi qui es aimé du Christ, sois donc comme la colombe qui fait son nid sur le bord de l’abîme. Et là, comme l’oiseau qui a trouvé son nid, ne relâche pas ta vigilance…

Le Christ vainqueur veut nous entraîner tous, sans exception, dans son élévation. C’est pourquoi François, notre pape, nous appelle à être Église en sortie. Les bienfaits du Seigneur ne s’enferment et ne se conservent ni dans un coffre-fort -fut-il un tabernacle- ni un bel écrin comme une splendide liturgie ou une église remarquable ! Appelés à la vie, nous sommes convoqués à la faire fructifier !

Chaque dimanche, nous faisons mémoire du Seigneur Jésus mort et ressuscité. Nous nous rassemblons pour l’Eucharistie, si nous le pouvons. C’est LE grand moment de la semaine. Dans certains pays, on fait des heures de chemin à pied pour y participer. Répondre à cet appel du Seigneur, c’est faire honneur aux martyrs d’autrefois et à ceux d’aujourd’hui. Chaque dimanche, nous sommes envoyés pour vivre au monde. Répondre à cet envoi est rendre grâce à Celui qui a livré son Corps et versé son sang pour nous et pour la multitude.

Chaque dimanche, c’est la fête de la Croix glorieuse et du Christ vivant !

En fêtant celle-ci, nous fêtons la résurrection de Celui qui s’y est trouvé suspendu. En fêtant la croix glorieuse, nous dégageons des énergies nouvelles pour être au sein de la création, signe de bonheur et d’espérance !

Gloire à Dieu : l’instrument de torture et d’horreur est devenu Arbre de Vie !

Cet article, publié dans Actualité, Année liturgique, Célébrations, Homélies, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Installation de notre curé (1) : temps forts liturgiques

  1. Ping : Installation de notre curé (2) : suite de la célébration | Le blog de l'Unité pastorale de Theux

  2. Ping : Un nouveau départ pour notre site et notre blog ! | Le blog de l'Unité pastorale de Theux

  3. Ping : 2 ans déjà ! | Unité pastorale de Theux (Liège, BE)

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.