Miséricorde, un autre nom du Père – Écho de la récollection 2019 à Oneux

C’est devenu une belle et bonne tradition : le 1er samedi du mois d’août, nous nous retrouvons pour une récollection en Unités pastorales de Spa et Theux.

Ce samedi 3 août, le père Norbert Maréchal nous a conviés à visiter trois paraboles de l’Evangile de Luc : le retour à la vie du fils de la veuve de Naïm (Lc 7, 11-17), la parabole du bon Samaritain (LC 10, 25-37) et celle du Père miséricordieux (LC 15, 1-3 ; 11-32).

Son judicieux éclairage nous a ainsi amenés à découvrir dans l’échange et le partage que la miséricorde de Dieu est sans limite et toujours renouvelée, et combien son Amour est « démesuré » !

Ce fut une rencontre riche dans un climat convivial et fraternel facilité par une maison accueillante, ouverte généreusement par notre ami Pierre.

La journée s’est clôturée par l’Eucharistie célébrée en l’église Saint-Georges d’Oneux au cours de laquelle nous avons pu, ainsi que les paroissiens qui nous avaient rejoints, bénéficier de l’Onction des Malades, signe concret de la Miséricorde et de la Tendresse de Dieu.

Rendez-vous à l’année prochaine !

Jacques Delcour

P.S. Les photos sont aussi de © Jacques Delcour.

Écho de la récollection du 5 août 2017 à Oneux

Une tradition s’installe au fil du temps… des membres de notre Unité pastorale se sont rassemblés cette année encore pour un temps de récollection dont l’animation était confiée cette fois à notre Doyen, M. l’abbé Henri Bastin, sur le thème :

La Parole de Dieu :
une source inépuisable pour notre vie en Église !

Dans un premier enseignement, M. le Doyen a redit la nécessité impérieuse de se nourrir de la Parole de Dieu par la fréquentation régulière de la Bible. Il a mis évidence la Lectio Divina qui permet d’une part de mieux connaître les Écritures, leur contenu et surtout de découvrir ce que Dieu veut révéler à chacun, le message qui lui est personnellement destiné.

Cette pratique de la Lectio Divina –qui a fait ses « preuves » notamment dans l’Unité pastorale de Malmedy– rassemble, convoque, structure le Peuple de Dieu. La Parole est vivante, active et met en route. Cette pratique est accessible à tous, sans exception. La Lectio est écoute attentive de la Parole, méditation, prière et contemplation.

Quelques mots retenus : simplicité, confiance, humilité, imprégnation, rayonnement, savoureuse, cœur à cœur, conversion, engagement…

Le second enseignement détaillait les degrés de l’échelle de la Lectio Divina.

Le degré de la lectio correspond à l’écoute de la Parole (accueil et attention). Celui de la meditatio correspond à celui de la recherche du message que le Seigneur veut donner à travers sa Parole (exploration et creusement). L’oratio correspond au moment de notre réponse priante au Seigneur (simplicité et confiance). Le degré de la contemplatio est celui du moment de la gratifiante union dans le cœur à cœur avec le Seigneur, au-delà de toute parole (intimité).

M. le doyen ajoute une cinquième étape : celle de la conversio qui renvoie tout en même temps à la conversion et à l’engagement : Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et la mettent en pratique ! (Lc 11,28).

Cette belle et riche journée, entrecoupée par des moments de convivialité et de fraternité s’est terminée par l’Eucharistie dominicale, fêtant aussi la Transfiguration, célébrée en l’église d’Oneux.

Jacques Delcour

Te Deum recueilli et sous le soleil

Notre fête nationale
sous le signe de la solidarité et de la reconnaissance

En ce jour de célébration de l’inauguration de la dynastie, notre fête nationale, c’est avec la conviction que donne l’espérance je vous accueille, a commencé l’abbé Jean-Marc Ista, curé de l’Unité pastorale de Theux, en saluant les autorités communales et les participants à cette célébration.

Mesdames, messieurs les représentants des autorités communales, des corps constitués, des anciens combattants et des résistants, vous aussi citoyens, membres de la société civile et des communautés paroissiales de Theux, soyez les bienvenus.

En ces temps où il y a matière à se poser des questions et chercher des repères à l’heure des crises et bouleversements de toutes sortes, nous avons un heureux motif d’être rassemblés. Dans la diversité des convictions, nous pouvons reconnaître notre pays, la Belgique comme un cadeau et une chance ; les chrétiens y voient l’occasion de rendre grâce au Seigneur…

Ce matin, nous prierons, en particulier, pour notre Roi Philippe, qui symbolise, par sa fonction, notre unité et notre histoire commune ; nous confierons encore à la miséricorde de Dieu tous ceux et celles qui assument des responsabilités et rendent des services qui bénéficient au bien commun.

Nous prierons bien sûr pour l’ensemble du peuple belge.

Et comme le soleil était au rendez-vous, voici quelques photos de l’entrée de la célébration.

Un extrait d’évangile a été lu lors de cette célébration, par notre diacre Jacques Delcour, et commenté par l’abbé Jean-Marc Ista dans son homélie :

De l’évangile selon Jean (13, 34-35)

À l’heure du départ vers le Père, Jésus disait à ses amis : Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous vous reconnaîtront pour mes disciples : à l’amour que vous aurez les uns pour les autres.

A succédé le chant du Te Deum, par la chorale du jour accompagnée à l’orgue par Pierre Bodson

Prière pour le Roi

Seigneur, nous te prions pour la Belgique et son Roi.

Aide et soutiens notre souverain dans ses engagements et ses responsabilités : qu’il les assume au bénéfice de tous les Belges.

Qu’avec les responsables politiques, les membres des corps constitués et de la société civile, le roi Philippe travaille particulièrement à la paix, au respect mutuel et la solidarité avec écoute, fidélité et détermination.

Nous voulons te confier aussi la reine Mathilde et la princesse Elisabeth ; que leur présence aux côtés du Roi lui permette de demeurer signe d’unité pour tous.

Cette prière a été complétée par la prière universelle, et suivie du Notre Père, la prière de tous les chrétiens.

La Brabançonne, commencée à l’orgue uniquement et terminée à l’orgue et chantée par une partie de l’assemblée, a clôturé cette belle célébration, avant que tous soient invités à se rendre à l’hôtel de ville pour y écouter l’allocution de M. Didier Deru, bourgmestre faisant fonction, et partager le verre de l’amitié !

 

Découvrez aussi les vidéos mises en ligne par notre radio locale :
merci à Eric Lamblotte pour cette prise de son
et cette réalisation immédiate !