Action de grâce au Seigneur avec et pour Martine !

Ce dimanche 25 juin 2017, nos paroisses réunies ont,
en conclusion de l’Eucharistie,
remercié le Seigneur de leur avoir prêté Martine
pendant de si nombreuses années !

Après la procession d’entrée entraînée par la chorale (sous la double baguette d’Isabelle Bertrand et Paul Pirard) sur le chant Si le Père vous appelle (vidéo ci-dessus), l’Eucharistie a été célébrée par notre curé, l’abbé Jean-Marc Ista, accompagné de l’abbé Marcel Villers et de notre diacre, Jacques Delcour. Cette célébration était aussi l’occasion de réunir les enfants ayant terminé une année de catéchisme.

Le Kyrie a été enrichi de prières lues par l’un de ces enfants.

La lecture de l’extrait du livre de Jérémie a été assurée par Alice Lange, avant le chant du psaume et la proclamation de l’évangile selon saint Matthieu.

Notre curé a alors prononcé l’homélie, au cours de laquelle il a notamment lu un extrait du Prophète de Khalil Gibran.

Être prophète, nous l’avons entendu dans l’Écriture, n’est pas toujours facile… pourtant nous sommes uniques aux yeux de Dieu : Vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux, nous dit Jésus dans l’Évangile.

Cela me fait penser à ceci : un soir, il y a quelques jours, pour vérifier qu’un nichoir du jardin était occupé, j’ai plongé ma main dans l’ombre et mes doigts ont été en contact avec la douceur de plumes et aussi la frêle ossature d’un oiseau… Le lendemain j’ai pu constater, du regard, l’identité de l’oiseau : une mésange dont l’envol a révélé toute la grâce. Mystérieuse association que cette vie faite de fragilité et de beauté !

De même : qu’ils sont beaux les messagers de la Bonne Nouvelle, les prophètes de l’Évangile. Dans la fragilité de leur humanité, ils rayonnent des merveilles de Dieu en qui ils se confient !

Dans toute l’histoire sainte jusqu’à aujourd’hui, les prophètes se sont mis en route au nom du Seigneur qui les choisit et les aime. Jésus les représente tous et nous le représentons de nos jours !

Avec ce que nous sommes, nous portons un trésor dans des vases d’argile. Baptisés, nous sommes au Christ et, avec lui, nous proclamons les merveilles de l’amour de Dieu. Comme lui, nous connaissons l’adversité ; comme pour lui, le Père est notre force et notre espérance !

Évoquer les prophètes est parler de nous, chrétiens, qui ne pouvons être animés que de l’Esprit et de valeurs de l’Évangile, pas ceux de ce monde ! Enfin, nous essayons !

Parler de prophète ce matin, c’est parler discrètement de toi, Martine, qui ne souhaites pas que l’on s’étende sur ce que tu es et que tu donnes. Mais tu voudras bien te reconnaître dans des petites touches de cette homélie et de cette célébration… Lire la suite « Action de grâce au Seigneur avec et pour Martine ! »

25 ans de diaconat, ça se fête !

2016-11-20-jacques-delcour-25-ans-diaconat-1

Quelle agréable journée en ce dimanche 20 novembre !

Oui, un dimanche encore plus beau : une assemblée particulièrement nombreuse, réunie pour une Eucharistie fervente et également festive.

C’est que, tous en chœur, nous fêtions notre cher diacre, Jacques Delcour, et, bien sûr, sa charmante épouse, Anne-Marie.

2016-11-20-jacques-delcour-25-ans-diaconat-53

25 ans de diaconat au service permanent de ses frères et sœurs de ce qui devient l’Unité pastorale de Theux.

Toutes les paroisses de l’entité avaient tenu à être représentées, manifestant leur attachement à un homme aux grandes valeurs chrétiennes, un homme généreux, apprécié, souriant et d’une remarquable simplicité.

Petits et grands avaient rejoint notre belle église de Theux pour manifester à Jacques leur profonde sympathie.

Une chorale particulièrement « en voix » a donné à la célébration un lustre d’une grande qualité.

M. le doyen Bastin avec l’abbé Jean-Marc Ista, curé de notre Unité pastorale de Theux, accompagnés de l’abbé Marcel Villers et du père Norbert Maréchal, ont voulu rehausser de leur présence cette magnifique fête donnée en l’honneur de notre diacre. Tous ensemble, nous avons voulu fêter notre cher ami, l’entourant de nos prières communes et ferventes.

Les intervenants furent nombreux : qui de rappeler le parcours généreux de Jacques ; qui de souligner l’appui constant et fidèle de son épouse Anne-Marie.

L’Eucharistie allait être suivie d’une réunion festive, au cours de laquelle les paroissiens ont dégusté de délicieux zakouskis, préparés par des bénévoles et bu, bien sûr avec modération, ce qu’on nomme le verre de l’amitié.

Et c’est vrai qu’elle était présente l’amitié, celle qui nous unit, nous enchante, nous aide à vivre notre vie de chrétiens.

Micheline Troupin

En ce jour de fête nationale, nous avons de quoi être fiers, de quoi célébrer et aussi de quoi espérer !

2016-07-21 - 21 juillet Theux (27)

Écho du Te Deum,
célébration officielle de notre fête nationale à Theux,
ce 21 juillet 2016

2016-07-21 - 21 juillet Theux (4)

Accueil des autorités civiles par l’abbé Jean-Marc Ista, curé de l’Unité pastorale de Theux, et par Jacques Delcour, diacre

Proclamation de l’évangile par Jacques Delcour

2016-07-21 - 21 juillet Theux (37)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (10, 17-24)

Les soixante-douze disciples que Jésus avait envoyés revinrent tout joyeux. Ils racontaient : Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. Jésus leur dit : Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux.

À ce moment, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m’a été confié par mon Père ; personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.

Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu.

Lire la suite « En ce jour de fête nationale, nous avons de quoi être fiers, de quoi célébrer et aussi de quoi espérer ! »

Installation de notre curé (6) : réception sous le soleil !

IMG_1471

A l’issue de la célébration eucharistique, tous les participants étaient invités à traverser la rue de la Chaussée et à se rendre à la Maison des Paroisses, le presbytère, désormais occupé par les services de l’Unité pastorale

Un buffet salé-sucré préparé par d’innombrables petites mains compétentes, le plus souvent généreusement anonymes, accompagné d’un verre de château de l’Oûrlaine, gentiment offert par M. et Mme de Beukelaer, attendait celles et ceux qui étaient venus entourer notre nouveau curé pour son installation.

Installation de notre curé (1) : temps forts liturgiques

La célébration de l’installation d’un nouveau curé se déroule lors d’une liturgie eucharistique. Premières photos… celles des temps forts de cette installation !

Premier moment très symbolique : notre nouveau curé, l’abbé Jean-Marc Ista, frappe à la porte d’entrée de l’église Saints-Hermès-et-Alexandre de Theux : il est accueilli par M. Jacques César qui, au nom des huit Conseils de fabrique de notre communauté, lui souhaite la bienvenue. Chaque Conseil lui remet alors la clé de son église ; toutes les clés sont fixées à un panneau installé devant l’autel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La procession se forme ensuite : notre diacre, Jacques Delcour, en tête, portant le livre de la Parole. Suivent les fabriciens (membres des Conseils de fabrique), puis les célébrants. La procession se termine avec les trois célébrants principaux : notre nouveau curé, accompagné du doyen de l’Ardenne, l’abbé Henri Bastin, et l’abbé Marcel Villers.

Le doyen accueille les participants et remet à l’abbé Ista le premier signe de sa nouvelle fonction : l’étole du célébrant, apportée par Martine Lewis, notre assistante paroissiale. De couleur rouge comme tous les ornements de ce jour, en raison de la fête célébrée en ce 14 septembre, la Croix glorieuse.

Jean-Marc, tu deviens curé de cette communauté que tu rassembleras autour du Christ ressuscité. Du Christ ressuscité, tu seras le signe visible au milieu de tes frères. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui la fait naître et la garde. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui nous invite en eucharistie et nous appelle à ne plus faire qu’un avec lui. Jean-Marc, reçois cette étole. Elle est le signe liturgique de la charge pastorale qui t’est confiée aujourd’hui. Comme un bon pasteur, rassemble dans l’unité les disciples du Christ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre doyen introduit ensuite la préparation pénitentielle en s’adressant à notre nouveau curé et à l’assemblée :

Disciples bien aimés du Christ, nous sommes tous pécheurs. Chaque entrée en célébration nous le rappelle. Jean-Marc, après que nous aurons tous confessé devant le Seigneur notre faiblesse, tu prononceras sur nous la parole du pardon. Veille aussi à proposer régulièrement à tes frères la grâce du sacrement de réconciliation, sous ses différentes formes, et sois, avec l’aide de Dieu, un vrai ministre de la conversion évangélique pour la vraie joie de l’Eglise.

Suivent le chant du Kyrie et du Gloria, la première lecture (Nombres 21, 4-9) proclamée ar Jean-Pierre Deblon (Jehanster), le chant du psaume 77 et l’épitre, extraite de la lettre de saint Paul aux Philippiens (2, 6-11), lue par Micheline Troupin (Theux).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est alors qu’intervient un troisième moment symbolique : notre doyen remet le livre de la Parole au nouveau curé.

Jean-Marc, pasteur de cette communauté, tu la rassembleras à l’écoute de la Parole de Dieu. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui est son guide, qui lui rappelle que ses paroles à lui sont paroles de vie éternelle. L’Église a besoin de prêtres qui lui rappellent que c’est le Christ qui, en eucharistie, nous parle aujourd’hui, nous interpelle et nous annonce la Bonne Nouvelle du Dieu d’amour. Jean-Marc, reçois le Livre de la Parole : elle est un trésor pour notre vie. Comme un bon pasteur, tu la donneras en nourriture à tes frères.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici le texte de l’homélie de notre nouveau curé, qui clôture cette première partie du reportage :

Frères et sœurs,

Les textes bibliques de ce dimanche nous renvoient à la croix. Cet objet dont nous avons, au minimum, une habitude culturelle et cultuelle est bien le signe des chrétiens, par excellence. Nous la retrouvons dans nos maisons mais aussi aux carrefours de nos chemins ou encore sur la tombe de nos défunts. Et surtout, elle est en bonne place dans nos églises. Elle fait partie des signes et des rites que les chrétiens des générations passées nous ont légués. Sommes-nous toujours bien conscients qu’elle est une lumière de vie et de victoire ? Elle remplace l’antique signe de ralliement du poisson, dont le terme grec renvoie au Christ fils de Dieu Sauveur !

Je ne m’attarderai pas sur le fait que, pour certaines personnes, la croix est devenue un bijou de grande valeur voire de dérision comme sur le cou de la sulfureuse Madonna. Lire la suite « Installation de notre curé (1) : temps forts liturgiques »