Réjouissez-vous ! Heureux êtes-vous !

jesus parle aux foules

Réjouissez-vous. Heureux êtes-vous.
C’est à ses disciples que Jésus s’adresse.
À ceux d’hier, comme à nous aujourd’hui

Homélie pour le 4ème dimanche du Temps ordinaire année A
Jehanster, le 29 janvier 2017

Réjouissez-vous. Heureux êtes-vous.
C’est à ses disciples que Jésus s’adresse.
À ceux d’hier, comme à nous aujourd’hui.

Il s’adresse à tous ceux et celles qui ont obéi à son appel : Viens, laisse tout et suis-moi.

Cet appel fait d’eux, de nous, des pauvres, des gens que l’on combat, des affamés.

Et saint Paul précise : Vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas de gens puissants ou de haute naissance.

Au contraire, ce qu’il y a de fou, ce qu’il y a de faible, ce qui est méprisé dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi. 

Ce serait donc là le critère du choix de Dieu : ce qu’il y a de fou, ce qu’il y a de faible, ce qui est méprisé.

Est-ce pour cela que nous avons été choisis ?
Est-ce pour cela que nous sommes heureux ?

Oui, heureux êtes-vous, confirme Jésus, car le Royaume des cieux est à vous.

Et Jésus de dresser le portrait de ses disciples : des pauvres de cœur, des doux, des affligés, des affamés de justice, des miséricordieux, des cœurs purs, des artisans de paix, des persécutés.

Nous reconnaissons-nous ? Est-ce là notre portrait ?

Et puis, sommes-nous heureux dans ces conditions que tous nous cherchons à éviter et fuir : pauvreté, larmes, faim et soif, persécution et mépris ?

Et saint Paul d’en rajouter avec son éloge des fous, des faibles et des méprisés.

Bien sûr, Jésus et Paul font d’abord un constat ; ils décrivent une situation de fait à leur époque.

Il est clair qu’autour de Jésus, ils n’étaient pas nombreux, les disciples.

Les évangiles parlent de 12 apôtres et de 72 disciples. Et on n’en a plus vu aucun au pied de la croix.

Les communautés suscitées par Paul ne représentent pas non plus la masse, et certainement pas l’élite de la cité. S’adressant aux chrétiens de Corinthe, un des grands ports de l’Antiquité, il constate : il n’y a pas, chez vous, beaucoup de sages, ni de gens puissants ou de haute naissance.

Comment comprendre cette situation ?

Saint Paul a creusé la question, non en sociologue ou historien, mais en croyant, en homme spirituel. Il nous livre le sens, la signification de cette situation.

C’est afin que personne ne puisse s’enorgueillir devant Dieu.

Ce n’est pas parce vous êtes sages, riches, influents, que vous avez été choisis.

Ce n’est pas en raison de vos qualités et de vos mérites.

La seule explication : Vous avez été appelés par Dieu, dit Paul, et c’est grâce à Dieu que vous êtes dans le Christ Jésus.

Bref, c’est le choix de Dieu et son choix est gratuit, libre.

La leçon spirituelle à en tirer : cherchez l’humilité, nous dit le prophète Sophonie.

Heureux les pauvres de cœur, nous dit Jésus. Cette pauvreté, c’est l’humilité de l’homme qui se sait petit et sans rien à faire valoir devant Dieu.

Ce n’est évidemment pas la direction que prend spontanément l’être humain.

Et on retrouve, en contraste de l’intitulé des béatitudes, tous les pièges, les tentations, les aspirations les plus communes de nos contemporains comme de nous-mêmes : la richesse, la puissance, le gonflement du moi, la satisfaction de tous les désirs et leurs instruments : la violence, le mépris, le mensonge.

On comprend alors aisément que nous ne soyons pas nombreux à suivre la voie étroite qu’indique Jésus.

Comme le dit le Seigneur, par son prophète :
Je ne laisserai subsister au milieu de toi qu’un peuple petit et pauvre.
Ce Reste aura pour refuge le nom du Seigneur.
Rien ne pourra l’effrayer.

Aujourd’hui, nous sommes devenus ce peuple petit et pauvre, ce reste qui a pour seul refuge le Seigneur. Nous sommes devenus faibles et souvent méprisés, comme le dit saint Paul, par les sages et les puissants.

Hier, nous avons péché par orgueil et mené par une volonté de grandeur. L’Église catholique a été une puissance politique et économique dans notre pays.

Aujourd’hui, nous comprenons, avec saint Paul, la signification de notre situation.

C’est afin que personne ne puisse s’enorgueillir devant Dieu.

Cherchez l’humilité, nous dit le prophète.

Heureux les pauvres de cœur, nous dit Jésus.

Si nous avons répondu à l’appel de Jésus, et si nous lui sommes restés fidèles, ce n’est pas pour rejoindre un groupe majoritaire ou influent, ce n’est pas par habitude ou tradition, c’est seulement pour Jésus.

Nous pouvons alors rendre grâce, bref être heureux, quand il nous dit : Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux. 

Abbé Marcel Villers

P.S. Merci à Jean-François Kieffer pour son joli dessin !

Publicités
Cet article, publié dans Homélies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s