Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?

Homélie de l’abbé Marcel Villers
pour le 19ème dimanche ordinaire
(Année A – Mt 14, 22-33)
Theux, le 13 août 2017

Élie, le grand prophète, est au bout du rouleau, découragé, déprimé. Il s’est battu avec toute son énergie contre les idoles qu’adorait son peuple Israël. Mais c’est en vain qu’il a mené le combat. Son Dieu semble l’avoir laissé tomber.

Et maintenant, Élie est menacé par ses ennemis qui cherchent à l’éliminer. Il s’enfuit au désert. Épuisé, désespéré, il se voit abandonné de tous. Il se couche sous un arbre et appelle la mort.

Homme de peu de foi.

Dans l’évangile, la barque remplie des disciples est au milieu de la mer. Elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. De plus, c’est la nuit. Et surtout, Jésus n’est pas avec eux. Il s’est retiré dans la montagne, à l’écart, pour prier.

Les voilà donc sur les flots tumultueux, le vent leur est contraire et ils se voient seuls, abandonnés.

Homme de peu de foi.

Telle apparaît aujourd’hui l’Église à beaucoup d’entre nous. Tout semble lui être contraire. Nos communautés s’amenuisent, les prêtres indigènes se font rare, les jeunes ont disparu. Certains de nos gouvernants cherchent à réduire, avant de supprimer, les cours de religion à l’école. Des églises ne peuvent plus être entretenues et on envisage de les vendre. Bref, qu’allons-nous devenir ?

Homme de peu de foi.

Au cœur de la nuit, un cri retentit : Seigneur, sauve-moi. 

Élie est caché au plus profond de la grotte, tremblant de peur. Où est Dieu ? Pourquoi ce silence, cette absence ? C’est que Dieu n’est pas dans l’ouragan. Dieu n’est pas dans le tremblement de terre. Dieu n’est pas dans le feu. Dieu n’est pas tonitruant, il est murmure d’une brise légère.

Dieu est tout proche, dans la caresse de la brise, à peine perceptible, mais il est là, discret, jusqu’au creux de nos nuits.

C’est la même expérience que font les disciples dans la barque. En effet, vers la fin de la nuit, Jésus vient vers eux en marchant sur la mer. Jésus les rejoint, il est présent, il est vivant, vainqueur à tout jamais de la mort et du mal qu’il écrase en marchant dessus.

Mais les disciples ne le reconnaissent pas, car c’est de nuit.

Et voilà qu’au cœur de la nuit, deux consignes résonnent :

Confiance ! C’est moi. N’ayez pas peur.

Le Seigneur n’est pas là-haut dans la montagne et nous sur les eaux agitées de ce siècle. Il est là, à nos côtés.

N’ayez pas peur.

Car la peur doit faire place à la foi, la confiance. Comme à Pierre, Jésus nous dit : Viens. Alors, nous pouvons, à notre tour, marcher sur les eaux, vaincre les flots tumultueux et les vents contraires. Telle est la puissance de la foi.

Sans elle, nous serions engloutis et disparaîtrions dans les flots. Voyant qu’il y avait du vent, Pierre eut peur et il commença à enfoncer.

Comme quoi la peur est le contraire de la foi.

La leçon est claire. Lorsque le chrétien ne se fie pas pleinement à la parole du Maître, cela veut dire qu’il s’éloigne de Lui et c’est à ce moment-là qu’il risque de s’abîmer dans la mer.

De même, il en est ainsi pour nous : si nous nous regardons uniquement nous-mêmes, nous devenons dépendants des vents et nous ne pouvons plus passer sur les tempêtes, sur les eaux de la vie.

Notre sort, notre avenir, personnel et comme communauté paroissiale, est dans les mains d’un autre. Tournons-nous, chaque jour, vers lui et implorons-le : Seigneur, sauve-moi.

Alors, Jésus étendra la main pour nous saisir et nous empêcher de couler.

Il attend uniquement que nous nous en remettions totalement à Lui, que nous prenions réellement sa main pour que, au milieu de tant de préoccupations, de problèmes, de difficultés qui agitent la mer de notre vie et de notre Église, résonne dans le cœur la parole rassurante de Jésus : Ayez confiance, c’est moi, soyez sans crainte !

Abbé Marcel Villers

P.S. Merci au blog Radio Salve Regina pour l’illustration !

Publicités
Cet article, publié dans Homélies, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s