Écho de l’office du Vendredi saint à Desnié, le 3 avril 2015

MarieJeanCroix

C’est à Desnié qu’a eu lieu l’office de la Passion pour notre Unité pastorale
(d’autres faisaient, au même moment, le chemin vers la Croix de Chaumont)

Notre diacre, Jacques Delcour, présidait cet office grave, mais pourtant rempli de reconnaissance et de sérénité. On parle bien d’un office, et non pas d’une messe, car il n’y a pas de consécration du Corps et du Sang du Christ le Vendredi saint, puisqu’on célèbre, ce jour-là, la mort du Christ en croix.

Quatre temps constituent cette célébration unique en son genre : la liturgie de la Parole, avec, notamment la lecture de la Passion selon l’évangéliste Jean ; la grande prière aux intentions de l’Église et du monde ; la vénération de la croix ; la distribution de la communion (la réserve a normalement été constituée la veille, le Jeudi saint, jour où l’on célèbre l’institution de l’Eucharistie par Jésus).

La lecture de la Passion a été assurée par Jacques (qui prononce les paroles du Christ), Iwan (le lecteur), Annette & Jean-Louis, Kinette et Françoise (les apôtres, les autres intervenants et la foule). Jacques a ensuite prononcé l’homélie que vous trouverez ci-dessous.

Merci à tous pour la préparation et la participation à cette célébration !

Voici l’homélie de Jacques :

Les Évangiles nous rapportent 7 paroles prononcées par Jésus en croix. L’Évangile de ce jour (selon saint Jean) nous offre trois. Arrêtons-nous quelques instants…

Jésus, voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait
dit à sa mère : FEMME, VOICI TON FILS,
et au disciple : VOICI TA MÈRE.

Avant de quitter notre terre, et comme une anticipation au don de son Esprit, Jésus rend visible par la personne de Marie le lien intime qui nous unit à lui. Marie se voit confier Jean comme son Fils ; en la personne de Jean, le disciple que Jésus aimait, soit l’humanité toute entière dont nous sommes chacun, nous sommes reconnus comme membres de la famille de Jésus. Toutes et tous, nous pouvons dire en vérité : Jésus est mon frère !

Jésus, tu es mon frère, crucifié par amour pour moi !

Peu après, Jésus dit : J’AI SOIF. Sans doute éprouve-t-il une soif physique… mais n’est-ce pas par ces mots qu’il s’est adressé à la Samaritaine, près du puits de Jacob, lui manifestant ainsi la soif d’une rencontre unique et en vérité avec elle ?

Les dernière paroles d’un mourant sont toujours recueillies avec respect et comme des dernières volontés… Ainsi sur la croix, Jésus exprime encore cette soif inextinguible d’une rencontre unique et en vérité avec chacun et chacune de nous, ses frères et sœurs.

Jésus, donne-moi cette même soif
de te rencontrer en vérité et de vivre de ta Parole.

Avant de remettre son esprit, Jésus déclare : TOUT EST ACCOMPLI.

Oui, Jésus a accompli sa mission ; il a mené à son plein accomplissement la promesse de Dieu faite à son Peuple,  dans l’obéissance au Père (Cette parole, c’est aujourd’hui qu’elle se réalise (Luc, 4, 21).

Ajusté fidèlement jusqu’au bout à la volonté du Père, Jésus a accompli sa vie d’homme. Il nous indique ainsi comment accomplir pleinement notre humanité.

Je cite Thimothy Radcliff : Plus je me conforme à toi, Jésus, plus je suis moi-même.

Jésus, aide-moi à me conformer à toi
afin que je devienne de plus en plus moi-même.

Cet article, publié dans Année liturgique, Souvenirs, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.