Lazare, lève-toi. Sors !

Résurrection de Lazare – Duccio di Buoninsegna – XIVème s.

Homélie de l’abbé Marcel Villers
pour le 5ème dimanche de carême (Jn 11,1-45)

Theux et Polleur, 2 avril 2017

Lazare, c’est l’ami de Jésus.
Lazare, c’est donc chacun de nous, chaque être humain.
Tout homme, en effet, a été créé ami de Dieu.
C’est par amour que Dieu a fait l’humain à son image, et pour qu’il vive comme lui, Dieu, vit.
Mais voilà que l’ami bien-aimé de Dieu est détruit, anéanti par la mort.
Tout n’est plus alors que tristesse, lamentation, et larmes.

Et pourtant, pourquoi s’étonner ?
L’histoire de l’homme n’est-elle pas si simple ?
L’homme vient au monde pour mourir. Il naît pour mourir. Oui, l’humain semble fait pour la mort. À peine né, il vieillit déjà et chaque jour le rapproche de la mort qui est le bout de son chemin.
La mort est-elle plus forte que la vie ? N’y a-t-il que la mort qui gagne ?

Depuis la nuit des temps, depuis qu’il y a des hommes, ceux-ci n’ont cessé de mettre en terre ceux et celles qui leur avaient donné la vie : leurs parents.
Rien ne semble plus naturel que la mort.
Et pourtant !

L’homme est devenu un humain lorsque, devant un cadavre, il a chuchoté : Pourquoi ?

À la différence des autres créatures, l’homme sait qu’il va mourir et il ne s’y habitue pas.
La mort est-elle le dernier mot sur l’homme ?
Qui peut dire ce qui vient après la mort ?
Sommes-nous condamnés au silence ?

Le pays de la foi est plus grand que celui des mots. Nos questions sont plus vastes que nous. Nous sommes immergés dans un mystère qui nous dépasse. Alors, il faut s’engager, opter.

Celui qui regarde la mer de loin ne saura jamais que son ignorance. Ceux qui veulent connaître l’océan doivent embarquer.

Heureux ceux qui croient sans voir ! Oui, il s’agit de croire, non de voir.
Je suis la résurrection et la vie. Crois-tu cela ? demande Jésus.
Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra.
Celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais.

Dieu ne permet pas que la mort soit le dernier mot de l’homme.
Dieu ne permet pas que la mort se referme, comme la pierre du tombeau, sur la vie de l’homme.
Dieu prépare quelque part un printemps, une création nouvelle, la résurrection.

Je vais ouvrir vos tombeaux et vous en ferai sortir.
Lazare, lève-toi. Sors !

Cette parole du Christ ne surgit pas de nulle part.
Tout au long de sa vie, Jésus traversa les morts humaines.
Quand il appelait les hommes à s’éveiller,
Quand il leur donnait le pardon de Dieu,
Quand il les disait frères,
Quand il déchirait la fatalité et annonçait le Royaume à venir,
Quand il invitait à aimer sans mesure,
Quand il faisait de l’ennemi un ami,
Jésus était la résurrection et la vie.

Mais alors pourquoi pleure-t-il devant Lazare ?

Il pleure parce qu’il constate le triomphe de la mort, la destruction de la création sortie des mains de Dieu. Au tombeau de Lazare, Dieu rencontre la mort, il est face à face avec son ennemi, celui qui lui a volé sa création pour s’en proclamer le Prince.

Jésus pleure. Jésus pleure parce qu’il aime Lazare. C’est parce que Jésus a pleuré qu’il a le pouvoir de le rappeler à la vie.

La résurrection n’est pas la manifestation d’un pouvoir divin, mais c’est l’amour devenu puissance de vie. Dieu est amour. L’amour pleure sur la tombe. L’amour réveille la vie.

La victoire de la vie sur la mort, c’est la victoire de l’amour.

Seul l’amour est plus fort que la mort. Chaque fois que nous aimons nos frères, comme Jésus nous a aimés, nous passons de la mort à la vie.

Abbé Marcel Villers

Publicités
Cet article, publié dans Homélies, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s