Consultation diocésaine pour la catéchèse – Phase 4

La consultation diocésaine se poursuit…

La foi n’est plus une évidence pour bon nombre de nos concitoyens. Nos communautés sont toujours appelées à témoigner de l’Évangile alors qu’elles se sentent de plus en plus fragiles et pauvres en ressources.

Catéchèse en communauté

C’est le sujet que nous approfondirons 

Mercredi 19 avril à 20h
À la Maison des paroisses, 50 rue de la Chaussée à Theux

Soyez les bienvenus mais annoncez-vous à la maison des paroisses ou auprès de nous afin que nous puissions vous accueillir dans de bonnes conditions !

Monsieur le curé, l’abbé Jean-Marc Ista
Martine Lewis, assistante paroissiale

Dossier 4 : Catéchèse en communauté

La catéchèse est une responsabilité qui relève de toute la communauté chrétienne. [1]

Notre projet catéchétique compte sur la participation active des communautés chrétiennes, car elles sont les sujets de la catéchèse et sont appelées à en être les porteuses. [2]

Sans communauté de foi, pas de communication de la foi. [3]

De la première communauté chrétienne, les Actes disent : Ils étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. (Ac 2, 42)

Nous sommes le corps du Christ. Chacun de nous est un membre de ce corps. Chacun reçoit la grâce de l’Esprit pour le bien du corps entier. (Chant A 14-56)

Introduction

Nous sommes invités à être les membres du Christ, les pierres vivantes de l’Église. L’Église n’est pas un bâtiment préfabriqué et bétonné ; elle est une communauté vivante, de personnes qui entrent en relation. Les évêques de Belgique, en 2006, dans leur lettre Devenir adulte dans la foi, écrivaient déjà : Une communauté ecclésiale est le lieu où la foi est vécue et partagée, où elle peut grandir et porter du fruit. Lieu où l’on se rassemble pour se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu. Où l’on célèbre l’Alliance et rend grâce pour le salut que le Christ nous apporte dans sa mort et sa résurrection. Là où les chrétiens s’aident mutuellement à concrétiser la Parole de Dieu dans leur vie (…) Cela suppose des communautés ouvertes, des communautés dans lesquelles un nouveau venu se sentira accueilli de tout cœur. [4]

Nous ne devons pas oublier que nous sommes des veilleurs, des personnes qui observent le contexte de leur lieu de vie, qui sont attentifs à leurs communautés et qui peuvent ainsi proposer, innover et réfléchir au sens des sacrements et de la catéchèse que nous mettons en place aujourd’hui avec les hommes de notre temps.

La catéchèse aujourd’hui devrait devenir, en priorité, une catéchèse de la communauté chrétienne. La communauté ne doit pas être close en elle-même. Elle est ouverte sur le monde, elle a pour mission d’évangéliser.

  • La catéchèse doit être pensée et proposée à tous les baptisés, sans distinction de pratiques, de situations ou d’âges.
  • Jusqu’il y a peu, la catéchèse était essentiellement destinée aux enfants : à l’âge de l’adolescence, elle s’achevait par la réception du sacrement de confirmation, manifestant que le tout de la foi était acquis, ou que les bases d’une vie personnelle de foi étaient posées avec assurance. En réalité, la foi en Jésus ressuscité est vie avec lui : aussi, la foi ne peut jamais être considérée comme acquise une fois pour toutes.
  • La foi chrétienne se reçoit de ceux qui nous ont précédés ; elle se reçoit des Apôtres et du Christ, La foi sera d’autant plus vivante qu’avec les autres chrétiens le disciple puisera au trésor de l’Évangile : partage biblique, prière,…

Ainsi, quand ensemble les chrétiens se ressourcent et vivent la foi, ils sont cette Église du Christ qui, au-delà de toute stratégie humaine, parle à l’homme et le séduit :  Notre coeur n’était-il pas tout brûlant en nous tandis qu’il nous parlait sur le chemin ? (Lc 24,32)

La catéchèse est un acte essentiellement ecclésial. Elle ne peut être une action confiée à quelques « spécialistes » qui relèverait de leur seule responsabilité et qui situerait « à part » de la vie de la communauté. Elle est « une œuvre dont l’Eglise tout entière doit se sentir et se vouloir responsable. »[5]

Il n’y aura pas de catéchèse féconde si la communauté chrétienne ne se sent pas partie prenante de la catéchèse en se laissant elle-même catéchisée. La communauté chrétienne est le foyer de la catéchèse, « origine, lieu et but de la catéchèse. »[6]

Dès lors, la catéchèse devrait se situer d’emblée dans la communauté. C’est elle qui est catéchiste et catéchisée mettant à profit les dons et les talents de chacun.

L’action catéchétique a besoin d’un « bain de vie ecclésiale », d’un « écosystème », d’un environnement nourricier nécessaire à la croissance de la foi. La communauté elle-même est une catéchèse vivante. En vertu de ce qu’elle est, elle annonce, célèbre, agit et demeure toujours le lieu vital, indispensable et premier de la catéchèse. [7]

Il ne s’agit nullement d’accorder une moindre importance à l’initiation chrétienne des enfants mais de situer celle-ci à l’intérieur d’un dispositif catéchétique global qui concerne l’ensemble de la communauté chrétienne. Il importe, à cet égard, que les plus jeunes perçoivent que la catéchèse n’est pas un temps que l’on quitte avec l’enfance, mais qu’elle est une dimension permanente de la communauté. Ils vivront alors leur propre catéchèse comme une introduction à cette catéchèse permanente et variée de la communauté. [8]

[1] Congrégation pour le clergé, Directoire Général pour la Catéchèse, Rome, 1997, n°220.
[2] Projet Catéchétique Diocésain, Liège, 2004, 6ème orientation.
[3] E. ALBERICH, H. DERROITTE et J. VALLABARAJ, Les fondamentaux de la catéchèse, Bruxelles-Montréal, Lumen Vitae et Novalis, 2006, p. 254.
[4] Déclaration des évêques de Belgique, Devenir adulte dans la foi, La catéchèse dans la vie de l’Eglise, Licap, Bruxelles, 2006, n°63.
[5] Congrégation pour le clergé, Directoire Général pour la Catéchèse, Rome, 1997, n°220.
[6] Congrégation pour le clergé, Directoire Général pour la Catéchèse, Rome, 1997, n°254.[7] Congrégation pour le clergé, Directoire Général pour la Catéchèse, Rome, 1997, n°141.[8] A. FOSSION, Dieu toujours recommencé. Essai sur la catéchèse contemporaine, coll. « Théologies pratiques », Labor et Fides/Cerf, Paris, 1997, p. 47.

Publicités
Cet article, publié dans Mission de notre UP, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s