Clé pour lire l’évangile de Marc : 4. Péché et substitution

Clés pour lire l’évangile de Marc

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile du dimanche qui suit.

6ème dimanche du temps ordinaire, 11 février 2018 : Mc 1,40-45

4. Péché et substitution

Saisi de compassion, Jésus étendit la main, le toucha.
À l’instant même la lèpre le quitta.
(Mc 1, 41-42)

Toucher le lépreux devait rendre Jésus impur. C’est l’inverse qui est raconté : Jésus touche le lépreux et celui-ci devient pur. C’est la puissance du corps de Jésus qui est ici signalée. C’est le cœur de Jésus saisi de compassion qui, dans son corps, est la source de sa puissance de purification (F. Belo, Lecture matérialiste de l’évangile de Marc, Paris, 1974, p. 150-151).

Ce qui est ici en question, c’est la subversion, l’inversion de l’ordre social et religieux. En touchant l’intouchable, Jésus transgresse la Loi, lève les excommunications, bouleverse l’ordre établi. Il inverse la relation entre le pécheur et Dieu. Dieu ne rejette pas le pécheur, il va à lui, saisi de compassion, pour le sauver. La pratique de Jésus est subversive : l’exclu est réintégré, le mort est ramené à la vie, le pécheur pardonné, les frontières abattues, l’ordre ancien cède la place devant la Bonne nouvelle qu’est Jésus.

Le lépreux guéri proclame bien haut ce qui lui est arrivé. Quant à Jésus : il ne pouvait plus entrer dans une ville, mais restait à l’écart dans des endroits déserts (Mc 1,45). Il y a inversion des rôles. Le lépreux vivait au désert, il prêche maintenant au centre des villes. Jésus prêchait aux foules, il doit se retirer au désert.

Il y a substitution de l’un à l’autre. Il a pris sur lui nos maladies et nos péchés (Isaïe 53, 4-5). Jésus a pris la place du lépreux, comme il prend la place des pécheurs que nous sommes.

La lèpre

La lèpre est une maladie due à un bacille qui attaque la peau, les muqueuses, et les nerfs. Si les nerfs sont détruits, c’est donc toute ma capacité de sentir et ressentir qui ne fonctionne plus. Le malade ne sent plus ni froid, ni chaud, et se blesse sans s’en rendre compte. Si sa plaie n’est pas soignée, elle s’infecte. Souvent aussi le malade est défiguré et sa peau se couvre de taches, de plaies. On comprend qu’avec un tel visage, le lépreux fasse peur. À l’époque de Jésus, le lépreux est quelqu’un qu’il faut fuir et qui, lui-même, doit se tenir à l’écart. Il doit surtout se signaler aux autres pour qu’on ne l’approche pas, qu’on ne le touche surtout pas. Il doit porter des vêtements déchirés, les cheveux en désordre (Lévitique 13, 45-46), cacher sa figure avec un drap ou un masque, et il criera : Impur, impur. On l’entendra ainsi de loin et on pourra donc le fuir.

Abbé Marcel Villers

Publicités
Cet article, publié dans Année liturgique, Clés pour lire l'évangile de Marc, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.