Venez derrière moi ! Être chrétien, c’est suivre quelqu’un: Jésus

Homélie de l’abbé Marcel Villers
pour le 3ème dimanche du Temps ordinaire (Mc 1,14-20),
Theux, le 21 janvier 2018

Les temps sont accomplis : telle est la bonne nouvelle qui retentit ce jour-là, en Galilée, au bord d’un lac.
Voilà des siècles qu’Israël attendait ce moment. Il est arrivé.
Dans le temps des hommes surgit le temps de Dieu.
Jésus apparaît et le temps se fend en deux.
Le monde ancien s’en va. Un nouveau monde se met à naître.
Voilà la bonne nouvelle.
Et Jésus la proclame : le Règne de Dieu est tout proche.
Il vient, le temps presse.
Plus que 40 jours, crie Jonas.
Le temps est limité, affirme St Paul.
Il y a urgence, proclame Jésus : Convertissez-vous.

Il faut se lever et partir, laisser là le monde ancien pour entrer dans le nouveau monde.

Comme les habitants de Ninive se sont détournés de leur conduite ancienne, il est temps de rompre avec le passé car ce monde tel que nous le voyons est en train de disparaître, annonce saint Paul.

N’est-ce pas le même constat que font les meilleurs analystes de l’état dans lequel nous avons mis la planète ?

Nous sommes dans une impasse : épuisement des ressources de la terre et individualisme exacerbé avec comme seul objectif : Moi, je, et mon bien-être.
Et on consomme, on consomme à ne plus savoir que faire de tous nos déchets. On va même jusqu’à programmer l’obsolescence des appareils afin d’obliger à en acheter de nouveaux.
La croissance se construit sur la surconsommation, la destruction de l’environnement et l’accumulation des déchets. En quoi cela est-il facteur de croissance en humanité ?

Il s’agit de modifier radicalement notre mode de vie.

Lire la suite « Venez derrière moi ! Être chrétien, c’est suivre quelqu’un: Jésus »