Soutenons les médias d’Église ! – Collecte des 29 et 30 septembre 2018

Je pense que la communication au service de la vérité est très importante. Elle l’est aussi pour tout ce qui est humain et qui rend notre société plus humaine. CathoBel et RCF sont essentielles pour nous en Eglise pour notre société. Merci de les soutenir !

Cardinal Jozef De Kesel

La collecte des messes des samedi 29 et dimanche 30 septembre 2018 sera destinée à aider les médias catholiques dans notre pays : voici le message que nous adresse Mgr Jean-Luc Hudsyn, évêque référent de la Conférence épiscopale de Belgique pour les Médias

Chers amis,

Dans son message diffusé à l’occasion de la journée mondiale des communications sociales, le pape François nous invite à regarder la place de la vérité dans le flot ininterrompu des actualités.

Nous le voyons bien, les fake news, les informations tronquées, le fait de céder à tout prix à la rapidité ou à l’impact émotionnel, peuvent non seulement altérer notre compréhension du monde mais semer aussi le mépris, la peur, la violence. La désinformation n’est pas inoffensive. Aussi donner sa place à la vérité dans les médias veut dire évaluer, pondérer, éduquer à discerner. Le journalisme professionnel a la responsabilité de nous y aider.

Cette belle mission se doit d’être présente au cœur de nos médias d’Église. Par la rencontre des personnes, le décryptage de l’actualité et la participation aux débats de société, ils veulent aider chacun à porter un regard à la fois plus lucide et plus confiant sur le monde.

La plupart de nos médias sont diffusés gratuitement, mais… cette gratuité a néanmoins un prix ! C’est pourquoi nous avons besoin de votre aide. Cette année, la campagne pour le Dimanche des Médias soutiendra CathoBel (tous supports) et le réseau des radios RCF.

Merci d’avance pour votre générosité et votre soutien !

Mgr Jean-Luc Hudsyn,
Evêque auxiliaire pour le Brabant wallon

Pour soutenir les médias d’Église, CathoBel et les radios RCF, faites un don au compte BE05 7320 2908 3075 : merci !

Plus d’infos ici : RCF– CathoBel

Télécharger le dépliant du Dimanche des Médias

Télécharger l’affiche du Dimanche des Médias

Nouvelle traduction du « Notre Père »

Communication de la
Conférence des évêques francophones de Belgique
concernant la prière du Notre Père

Le 9 mars 2017, les évêques francophones de Belgique ont décidé que la version du Notre Père prévue pour la nouvelle traduction du Missel romain en langue française pourra être utilisée dans nos communautés dès le week-end de Pentecôte des 3 et 4 juin 2017.

La sixième demande du Notre Père ne sera plus : Et ne nous soumets pas à la tentation mais Et ne nous laisse pas entrer en tentation.

La formule en usage depuis 1966 –ne nous soumets pas à la tentation– n’est pas fautive d’un point de vue exégétique mais elle pouvait donner à penser que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation, nous éprouver en nous sollicitant au mal. Le sens de la foi nous indique que ce ne peut pas être le sens de cette sixième demande. Ainsi, dans la lettre de Saint Jacques, il est dit clairement que Dieu ne tente personne (Jc 1, 13).

La mise à jour du nouveau missel romain en français comprendra cette version du Notre Père qui a déjà été validée par la Congrégation du Culte divin et les conférences épiscopales des pays francophones. Comme les communautés catholiques néerlandophones de Belgique et celles des Pays-Bas utilisent depuis l’Avent 2016 une nouvelle version du Notre Père, nous avons pris la décision pour la Belgique d’adopter dès la fête de Pentecôte cette nouvelle formulation du Notre Père en langue française.

Concrètement :

  • Une image avec la nouvelle version du texte du Notre Père est disponible via l’évêché ou la librairie Siloë.
  • Vous pouvez télécharger une partition du Notre Père selon la musique de Rimsky-Korsakov : 2017 – NotrePere – Partition

Un accord œcuménique sur cette version du Notre Père (par ailleurs généralement bien accueillie) prendra sans doute encore un certain temps vu le nombre de pays et de confessions concernés. Pour notre part, nous avons informé les responsables des communautés réformées et des Eglises orthodoxes de Belgique des raisons pastorales qui-vu le contexte belge- ont motivé les évêques catholiques d’autoriser son usage dès la Pentecôte.

Mgr Jean-Luc Hudsyn,
Évêque référent francophone pour la liturgie