Clé pour lire l’évangile de Marc : 6. Le Fils bien-aimé

Clés pour lire l’évangile de Marc

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile du dimanche suivant.

2ème dimanche de carême, le 25 février 2018 : Mc 9,2-10

6. Le Fils bien-aimé

De la nuée, une voix se fit entendre :
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le. »
(Mc 9,7)

Après la Loi (Moïse) et les prophètes (Élie), voici venir le Fils. On est au sommet de la révélation, de la conversation de Dieu avec les hommes. Désormais, la Parole de Dieu, c’est une personne : Jésus. Écoutez-le.

Le récit de la transfiguration est la reprise de la scène du baptême (1,10-11). Chaque fois, le ciel s’ouvre et une voix proclame : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé. » Marc nous présente ainsi l’investiture de Jésus, accrédité comme Fils par la voix céleste.

L’affirmation comme Fils de Dieu ponctue l’itinéraire de Jésus dessiné par Marc : elle est attestée au début, au milieu et à la fin de son évangile. Au baptême dans le Jourdain, lors de la transfiguration sur la montagne, c’est la voix « venant des cieux » qui proclame Jésus Fils bien-aimé. Le lecteur sait donc qui est Jésus ; encore faut-il qu’il adhère et passe du savoir à la foi. À la fin de l’évangile, au pied de la croix, le centurion déclare : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu. » (15,39)

S’il est allé jusqu’au bout du chemin que fait parcourir Marc à son lecteur, ce dernier se joindra au centurion et confessera sa foi en Jésus, Fils de Dieu.

La littérature apocalyptique

Le terme grec « apocaluptô » signifie : découvrir, dévoiler ce qui est caché. Toute une littérature, dite apocalyptique, s’est développée entre le 2ème siècle avant Jésus et le 1er après. Les évangiles sont nés dans cette ambiance qui cherchait à dévoiler les secrets de la fin des temps, transmis par des anges ou via des visions accordées à tel personnage important. L’annonciation, l’Apocalypse de saint Jean relèvent de ce genre littéraire. Le récit de la transfiguration appartient, lui aussi, au moins partiellement, à cette littérature. En effet, c’est dans une vision qu’est révélée aux apôtres, et aux lecteurs de l’évangile, la métamorphose future de Jésus dont « les vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille » (9,3). Vision anticipée de la résurrection de Jésus, elle est destinée à conforter les disciples face à la passion qui se profile.

Abbé Marcel Villers

Publicités
Cet article, publié dans Clés pour lire l'évangile de Marc, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.