Servir et donner, méditation pour le Jeudi saint

Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi,
mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude
(Matthieu 20, 28
)

Voici mon Corps, voici mon Sang

Il y a plusieurs manières de servir les autres et de donner la vie. Par exemple, mettre un enfant au monde, c’est poser un geste de foi et de confiance en l’avenir. Il y a dans chaque naissance un mystère qui nous dépasse, une promesse qui commence. À cet égard, nous n’avons jamais fini de naître, car nous n’avons jamais fini de servir et de donner, de grandir et d’aimer.

Servir et donner à la manière de Jésus, c’est oser la confiance et prendre le pari de la foi, alors que l’avenir semble bloquer par tant d’obstacles : attentats terroristes, changements climatiques, exploitations des plus faibles, chômage… Croire sera toujours un risque, puisque l’amour seul est digne de foi, et cet amour se vit dans le don, le pardon, le service. C’est le pouvoir de l’amour qui nous intéresse, non l’amour du pouvoir. Résistons à la tentation de nous servir du pouvoir pour asservir les autres.

La foi reste une quête et un combat sans cesse repris, une marche à tâtons dans l’attente et l’espérance, le don et le service. La foi chrétienne nous pousse à servir les autres comme Jésus qui a lavé les pieds de ses disciples. Le lavement des pieds est un exemple que Jésus donne pour que nous devenions comme Dieu : décentré, dépouillé, transparent et vulnérable.

Nous ne pouvons pas aimer et croire à la place des autres, mais seulement favoriser une vie qui soit plus humaine, donc plus divine. La foi en la Bonne Nouvelle du Christ nous rappelle que ce n’est pas la capacité de produire qui donne de la dignité à l’être humain, mais le fait qu’il soit créé à l’image de Dieu, sauvé dans le Christ. Les enfants, les malades, les aînés, parce qu’ils sont souvent improductifs aux yeux de la société, nous montrent la primauté de l’être sur l’avoir, du service sur le pouvoir.

Prière

Seigneur Jésus, tu es venu non pour être servi mais pour servir. Je te rends grâce pour toutes les personnes qui servent par amour, qui donnent sans compter. Ne les oublie pas à l’heure de l’épreuve. Soutiens-les par ton Esprit et comble-les de ton amour.


Extrait du Carnet de carême 2018 pour la réflexion et la prière quotidiennes, oser la confiance, Vie liturgique, Novalis, p. 16.

Blog de Jacques Gauthier

Cet article, publié dans Année liturgique, Réflexion spirituelle, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.