L’homme n’est pas au centre

Homélie de l’abbé Marcel Villers
pour le 2ème dimanche de l’Avent Année C (Lc 3,1-6) Theux, le 9 décembre 2018

Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.
Il faut sortir de nos espaces confinés, du cocon de nos plaisirs. Il faut se mettre en marche pour faire bouger les choses et préparer ainsi l’avènement du salut, salut de tout être vivant, hommes et bêtes, forêts et montagnes.
Comment ne pas évoquer ici la manifestation de dimanche dernier à Bruxelles : la plus grande marche pour le climat jamais organisée en Belgique. 75000 personnes ont traversé la ville, en famille le plus souvent, à pied et à vélo. Ce cortège est une protestation, un cri, un appel pour sauver la terre.

La nature dans toute la variété de ses êtres, les peuples de la terre, l’être humain, tous gémissent dans les douleurs et crie devant la défiguration et la destruction de la création, écrit le pape François. Il faut se mettre en marche, retrouver le dynamisme du mouvement, nous arracher à nos assises, nos retranchements, nos tours d’ivoire. Pour le grand large, celui du désert, des montagnes et des collines, des ravins et des routes.

A la suite d’Isaïe, Jean-Baptiste voit l’avenir, le salut qui vient comme une procession splendide à travers le désert. Le Seigneur Dieu marche à la tête de son peuple qui sort d’exil pour rentrer au pays. Dans le désert par où passe la route, une voix appelle à préparer une chaussée royale. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis.
Le Seigneur vient et toute la nature se réjouit. Car tout être vivant verra le salut de Dieu, écrit saint Luc.

Voilà qui donne une dimension cosmique au salut, à la fête de Noël et à ce temps de préparation qu’est l’Avent. Mais n’allons pas imaginer que seul Dieu a du pain sur la planche. Il ne nous sauvera pas sans nous. A nous donc de reprendre la question et d’y répondre.
« Pourquoi passons-nous en ce monde, pourquoi venons-nous à cette vie, pourquoi travaillons-nous, pourquoi cette terre a-t-elle besoin de nous ? » (Laudato si’,160) C’est à ce niveau que se situe la crise écologique. Elle a sa racine en l’être humain, en chacun de nous.

Il s’agit d’aller au-delà des symptômes jusqu’aux causes profondes de cette dégradation de notre maison commune. La cause principale est humaine, à savoir la démesure de l’être humain qui se place au centre du monde et qui use de tout à son seul profit. (Laudato si’, 116) « Tout ce qui ne sert pas ses intérêts personnels est privé d’importance, écrit le pape. C’est la même logique du “utilise et jette”, qui engendre tant de déchets. » (Laudato si’, 122-123)

Il faut remettre l’homme à sa juste place dans l’univers, celle voulue par Dieu. « A l’homme incombe la responsabilité de cultiver et protéger le jardin du monde (Gn 2,15) en sachant que la fin ultime des autres créatures, ce n’est pas nous. Elles avancent toutes, avec nous et par nous, jusqu’au terme commun qui est Dieu. (Laudato si’, 83) L’homme n’est pas le « patron » de l’univers. Nous sommes immergés au sein d’une communion universelle : « créés par le même Père, nous et tous les êtres de l’univers, sommes unis par des liens invisibles, et formons une sorte de famille universelle. » (Laudato si’, 89), de fraternité cosmique dirait saint François d’Assise.

« Il y a nécessité de se repentir, écrit le pape. Nous sommes appelés à reconnaître notre contribution – petite ou grande – à la défiguration et à la destruction de la création.» (Laudato si’,8« La crise écologique est un appel à une profonde conversion intérieure. » (Laudato si’, 217)

Abbé M. Villers

Cet article, publié dans Homélies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.