Clés pour lire l’évangile de Matthieu : 47. les noces

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier l’évangile de Matthieu dont nous suivons la lecture liturgique. Aujourd’hui : Mt 22, 1-14 du 28e dimanche ordinaire.

47. Les noces du fils 

« Tout est prêt : venez à la noce. » (Mt 22,4)

Le roi marie son fils et invite à une noce grandiose. Mais les invités refusent d’y aller. Pire. En voilà qui « empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. » (22, 6) Comment est-il possible d’aller jusqu’à tuer ceux qui viennent vous inviter à des noces exceptionnelles ? Comment peut-on refuser une telle invitation, ignorer une si heureuse nouvelle ? Et puis, pourquoi cette haine envers ceux qui ne font que transmettre l’invitation ?

Depuis la nuit des temps, Dieu invite les hommes à partager sa joie et son amour, à entrer dans la fête. C’est la bonne nouvelle dont Jésus est la preuve vivante, celle des noces de Dieu avec l’humanité. Jésus, et après lui, l’Église sont les porteurs de cette heureuse annonce : venez à la fête. Mais, hier comme aujourd’hui, cette invitation suscite plus de refus que de bon accueil. Malgré tout, Dieu persiste et, sans se lasser, relance l’invitation. « Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce. » (22, 9)

Le vêtement de noce

« Comment es-tu entré ici sans avoir le vêtement de noce ? » (22, 12) Il ne faut pas voir là un habit spécial qu’on ne portait qu’exceptionnellement, il s’agit seulement d’un vêtement propre : un habit sale est envers l’hôte un signe de mépris. « Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit d’entrer, par les portes, dans la cité [la Jérusalem nouvelle]. » (Ap 22,14) Ce vêtement propre dont il faut être revêtu pour entrer dans la salle des noces est, dans la pensée de Jésus, celui dont parle Isaïe 61,10 : « Il m’a revêtu des vêtements du salut. » Le fait d’être revêtu de ce vêtement blanc symbolise l’appartenance à la communauté des sauvés. La leçon est claire. Si tous sont appelés par la grâce de Dieu, cela ne libère pas les baptisés de leurs devoirs moraux. Participer à la noce, faire partie de la communauté chrétienne implique de transformer sa conduite, « laver sa robe ». (J. JEREMIAS, Les paraboles de Jésus, 1962)

Abbé Marcel Villers

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.