Clés pour lire l’évangile de Matthieu 51. La lampe allumée

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier l’évangile de Matthieu dont nous suivons la lecture liturgique. Aujourd’hui : Mt 25, 1-13 du 32ème dimanche ordinaire.

51. Garde ta lampe allumée

« Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre. » (Mt 25,6)

Soudain, il est là. Et sa venue provoque la crise, c’est-à-dire, le tri entre les prévoyantes et les insensées, le jugement qui sépare les sages et les fous. Tous attendent l’irruption du Seigneur, mais tous ne le désirent pas, ne le cherchent pas avec ardeur. Nous proclamons à chaque messe : « Nous attendons ta venue dans la gloire. » Mais avec quelle intensité, quel désir ?« La Sagesse, en effet, ne se laisse trouver que par ceux qui la cherchent. Elle devance leurs désirs en se montrant à eux la première. » (Sg 6) Autrement dit, le Seigneur vient à notre rencontre, il fait irruption dans nos vies à mesure de notre désir.

« Au milieu de la nuit, un cri : « Voici l’époux » (25,6) Devant cette voix, ou bien nous prenons la chose au sérieux et nous croyons que le Seigneur est à notre porte ; ou bien nous refusons qu’il vienne déranger notre vie et nous poursuivons le petit jeu de nos affaires. L’enjeu est capital et nous indique le chemin d’une spiritualité du quotidien, où il s’agit de cultiver, chaque jour, la flamme du désir qui ouvre notre cœur à Celui qui vient à nous.

La lampe

« Étant donné que l’intérieur des maisons était toujours sombre, la lampe était indispensable à la vie du foyer. Ce n’était qu’une coupe en poterie avec un bec d’un côté. On y plaçait la mèche, après quoi on versait de l’huile dans la coupe. Toutes les deux ou trois heures, il fallait la remplir à nouveau. A l’époque de Jésus, les potiers avaient appris à couler des lampes dans un moule. Elles étaient complètement couvertes avec une petite ouverture où l’on versait l’huile d’olive et une autre pour y placer la mèche. Ces lampes étaient plus sûres et brûlaient plus longtemps. Les mèches étaient confectionnées avec des fibres de lin ou des chiffons. Les lampes étaient assez petites pour pouvoir être tenues à la main et se déplacer avec. » (Le Monde de la Bible, 1982)

Abbé Marcel Villers

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.