HISTOIRE DES MISSIONS L’envoi par Jésus

1. L’ENVOI EN MISSION PAR JÉSUS RESSUSCITÉ

L’évangile de Matthieu s’achève par l’envoi des disciples à qui Jésus parla en ces termes : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur terre. Allez donc faire disciples tous les peuples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 18-20).

Allez faire disciples tous les peuples
Qu’est-ce qu’un disciple de Jésus ? Quelqu’un qui est dans une relation très personnelle avec Jésus, comme une mère, un frère, une sœur. « Quiconque fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, lui est mon frère et ma sœur et ma mère » (Mt 12,50). Le disciple est dans une communion de volonté avec Jésus car tous deux font la volonté du même Père.
La mission consiste donc à « faire des disciples » parmi tous les peuples. Il y a par le fait même une tension dialectique au cœur même de l’acte missionnaire : il faut, d’une part, annoncer l’évangile à toutes les nations, mais il ne s’agit pas d’une simple proclamation, il faut arriver à « faire des disciples », c’est-à-dire, des personnes qui ont une relation très personnelle avec Jésus, Seigneur du ciel et de la terre. L’évangélisation n’est donc pas conçue comme une activité de masse, quoi qu’elle se fasse au cœur des masses. Mais elle s’adresse à des individus qui doivent prendre une décision très personnelle qui s’épanouit en communion de volonté avec Jésus et son Père.

Baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit
Pour la Bible, le nom, c’est la personne elle-même. Baptiser au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, veut dire que le baptême met en relation vitale avec la personne même de Dieu, relation avec Celui qui est la source de mon être et de ma vie. Par le baptême, on entre dans une communion vitale, celle qui fait le disciple et donc un frère, une mère, une sœur de Jésus.

Apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit
Enseigner est pour le missionnaire poursuivre la tâche même de Jésus, le seul véritable Maître.

Faire des disciples en les baptisant et les enseignant, tels sont les trois piliers de l’acte missionnaire. Il ne s’agit pas de propagande, ni de prosélytisme, mais d’un échange entre deux personnes qui vise à la communion au même Jésus.

Abbé Marcel Villers