SOURCES : 12. Le puits

Creuser le puits

Ascèse signifie exercice, combat. La vie spirituelle est exercice de la liberté. Elle est combat pour la grande métamorphose, celle vécue par le Christ, et qui fait éclore en nous la personne. Car l’être humain peut transfigurer l’univers où il est né, les conditionnements que le monde lui impose. C’est le combat spirituel.
« Dieu n’a pas créé la mort, il n’a pas créé le mal, mais il a laissé, en tout, la liberté à l’homme comme à l’ange. Ainsi, par la liberté, les uns s’élèvent jusqu’au sommet du bien, les autres se précipitent dans l’abîme du mal. Mais toi, homme, pourquoi refuses-tu ta liberté ? Pourquoi ce déplaisir d’avoir à t’efforcer, à peiner, à lutter, et à devenir l’artisan de ton salut ? Aimerais-tu mieux, peut-être, te reposer dans le sommeil d’une existence paresseuse et d’un éternel bien-être ? « Mon Père, est-il dit, est continuellement à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre » (Jn 5,17). Et il te déplaît d’œuvrer, à toi qui as été créé pour créer positivement.» (Origène, Première homélie sur Ezéchiel, 3)
L’œuvre spirituelle est éveil hors du somnambulisme quotidien. Ce combat, la Tradition le nomme l’ascèse. Le but : se libérer du sommeil, de la pesanteur. Mais surtout, désensabler au fond de l’âme la source des eaux vives.
« Chacune de nos âmes contient un puits d’eau vive. Il y a en elle une image de Dieu enfouie. C’est ce puits que les puissances adverses ont obstrué de terre.
Maintenant qu’est venu le Christ, creusons nos puits, purifions-les de toute ordure. Nous trouverons en eux l’eau vive, cette eau dont le Seigneur dit : « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive jailliront de sa poitrine ». (Jn 7,38)(Origène, Homélie sur la Genèse, 1 )

De grands efforts sont nécessaires. La lutte est toujours pénible ; dans le domaine spirituel aussi. « Celui qui veut allumer du feu est d’abord incommodé par la fumée qui le fait pleurer. Mais, à la fin, il obtient ce qu’il désirait. » (Apophtegmes, Amma Synclétique, 2)

Abbé Marcel Villers


Origène (185-253 ou 254), le plus puissant génie du christianisme antique, dont l’œuvre a nourri la spiritualité et l’exégèse chrétiennes. Né à Alexandrie, dans une famille chrétienne fervente, il fut tôt initié à la connaissance des Écritures. A 18 ans, il est chargé par l’évêque de la catéchèse des candidats au baptême. Il s’installe ensuite, en 231, à Césarée de Palestine où il est ordonné prêtre. Il y enseigne jusqu’en 253 où il subit le martyre sous la persécution de Dèce.