Clés pour lire l’évangile de Luc : 15. Après l’ennemi, le frère

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Luc. Cette semaine, Lc 6,39-45 du 8ème dimanche du temps ordinaire.

Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil. (Lc 6,42)

« Ne jugez pas, ne condamnez pas, pardonnez. » (6,37) Voilà ce que Jésus vient de commander à ses disciples. Mais ne pas juger, cela ne signifie pas que tout se vaut. Le disciple doit se former à vivre et agir comme son maître dont la miséricorde pour les pécheurs le rendait apte à guider ses frères. « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? » (6,39)

Prétendre corriger un frère, enlever la paille de son œil, n’est possible qu’à celui qui a d’abord balayé devant sa porte, enlevant la poutre de son œil. Ce que produit chacun révèle le fond de son cœur. « Chaque arbre se reconnaît à son fruit. » (6,44)

Ces trois paraboles mettent en garde contre la tentation de juger nos frères. « Le disciple n’est pas au-dessus du maître. » (6,40) Reste à faire nôtres les actes et le cœur de Jésus car le véritable disciple est comme son maître.

                            Le mot crochet

On appelle « mot crochet » celui qui a servi à « accrocher » les uns aux autres des paroles ou des récits dans un passage des évangiles. C’est un procédé facilitant la mémorisation d’une série de sentences grâce à un mot qui revient à plusieurs reprises, ainsi « œil » revient cinq fois dans les versets 41-42. De plus, on accroche ces versets à d’autres (39-40) qui évoquent le même thème puisque parlant des aveugles.

Divers éléments, indépendants les uns des autres au niveau du Jésus historique, se retrouvent assemblés en un « bloc » liés par des mots agrafes autour d’un même thème : œil, voir, aveugle… Cela facilitait leur reproduction en chaîne d’abord au niveau oral des transmetteurs de l’enseignement de Jésus, puis au niveau de leur mise par écrit dans les évangiles. Cela signifie que les discours de Jésus tels que présentés par les évangélistes « ne redonnent pas les paroles dans leur enchaînement originel, telles que Jésus les aurait prononcées. Ils présentent plutôt, d’une part, des péricopes que la tradition pré-synoptique avait déjà rassemblées. Ils témoignent aussi, d’autre part, d’un travail rédactionnel accompli par l’évangéliste sur les sources dont ils disposaient. C’est dire qu’il est difficile parfois, sinon impossible, de retrouver leur contexte primitif. » (Lucien DEISS, Paroles sur le chemin, Année C, 1979)

Abbé Marcel Villers

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.