Clés pour lire l’évangile de Matthieu 13. La règle de vie

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Matthieu. Cette semaine : Mt 5, 38-48 du 7éme dimanche ordinaire.

13. Une règle de vie, l’excès

Vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. (Mt 5, 48)

Qu’est-ce que cela change d’être chrétien ? Quelle est notre différence ? A quoi peut-on nous reconnaître ? Deux indices sont fournis par Jésus. Ils sont signifiés par deux mots : « encore » et « extraordinaire ».

« Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. Si quelqu’un veut prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille. » (5, 39-41) Ici le « encore » signifie « en plus ». On te demande une chose, donnes-en deux. Cet excès est la marque concrète, la signature des disciples de Jésus.

« Aimez vos ennemis. Car si vous aimez ceux qui vous aiment, si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? » (5, 46) « Extraordinaire », voilà qui doit caractériser l’action du chrétien.

« Encore », « en plus », « extraordinaire » : ces expressions indiquent que l’excès est la marque concrète, la signature des disciples de Jésus. Car ils n’ont qu’une règle : « Vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » (5, 48)

Amour des ennemis, une exception chrétienne

« Ultime excès auquel appelle la parole de Jésus, l’exigence de l’amour de ses ennemis, décentre à l’extrême. Dépassement du principe de réciprocité et de représailles, immense provocation, cet amour des ennemis me démarque tout simplement de l’agressivité de l’adversaire et la fait retomber dans le vide ; car, que je le veuille ou non, ces ennemis demeurent des fils et des filles du Père. L’amour tient à ma manière de me tenir devant ces enfants-là : au lieu de me limiter à mes solidarités habituelles, accueillir celles et ceux qui me menacent, les décentrer de leur méchanceté autant que me décentrer moi-même. Au lieu d’une exhortation forcément inatteignable (« soyez parfaits »), la parole de Jésus résonne comme une lumineuse promesse : Vous serez parfaits. » (Isabelle GRAESSLÉ, Prier 7 jours avec l’évangile de Matthieu, 2010)

Abbé Marcel Villers

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.