ART ET FOI. SAINT JOSEPH. 1er mai

SAINT JOSEPH
Joseph est cité 14 fois dans les évangiles. Il est l’époux de Marie (Mt 1,19.24), gardien de la sainte Famille (Mt 1,18-20), le père de Jésus (Lc 3,23 ; 4,22 ; Jn 6,42), père nourricier ou putatif, c’est-à-dire réputé légalement comme le père de l’enfant. Etant de la lignée de David (Mt 1,20 ; Lc 1,27), Joseph est nécessaire pour donner son nom à Jésus (Mt 1,21.25) et l’inscrire ainsi dans la lignée messianique. Joseph habite Nazareth (Mt 2,23) où il est charpentier (Mt 13,55).
Son culte apparaît en Occident au XIe s. avec les reliques ramenées par les Croisés. Le culte public ne commence vraiment qu’au XIVe s. où les Servites de Marie le fêtent le 19 mars dans la proximité de l’Annonciation. Le XVIe s. répand cette fête surtout honorée en Espagne.
Il est fêté aujourd’hui le 19 mars en tant qu’époux de la sainte vierge Marie et, depuis 1956, le 1er mai comme saint Joseph Travailleur.
Saint patron des familles, des pères de famille, des artisans (menuisiers, ébénistes, charpentiers, charrons, bûcherons), des travailleurs, des voyageurs et exilés, des fossoyeurs et patron de la bonne mort car mort âgé et entouré de Jésus et Marie.
Patron de la Belgique depuis 1679 et de bien d’autres pays. Patron de l’Église catholique depuis 1870.

Description et analyse du panneau au plafond de l’église de Theux
Ce panneau, œuvre de Helbig (1821-1906), fut ajouté, en 1871, pour remplacer un autre détérioré. Le saint, à la barbe abondante, tient une fleur de lys, symbole de chasteté, et un livre. Ce livre pourrait être la Bible qu’il consulte pour trouver réponse à ses incertitudes concernant Marie et l’origine de l’enfant Jésus. D’un côté est affirmée, par la fleur de lys, sa non intervention dans la conception de Jésus ; de l’autre, le questionnement, la méditation de ce fait auxquels répond le livre des Écritures qu’il tient en main.
Ce caractère méditatif fera de Joseph un maître de vie intérieure pour bien des ordres religieux et auteurs spirituels du XVIIe s., spécialement carmes et jésuites.
La présence du lys en fleur apparaît au XVIe s. lorsque Thérèse d’Avila fixe pour ses carmels le type de Joseph avec un lys et Jésus enfant. (Michel PASTOUREAU et Gaston DUCHET-SUCHAUX, La Bible et les saints, Paris, 2017, p.366) Ce type a inspiré la représentation figurant au plafond mais où l’enfant Jésus est remplacé par un livre. Il semble que le lys se soit substitué au bâton de Joseph qui, selon un récit apocryphe, est le seul à avoir fleuri parmi les prétendants à la main de Marie.

Abbé Marcel Villers
Illustration : photo « © KIK-IRPA, Bruxelles »

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.