La chronique de notre Curé du 13 décembre 2020

La joie du Seigneur est notre force

En ce troisième dimanche de l’Avent, il est de tradition dans nos communautés et foyers chrétiens de se laisser sensibiliser par l’action « Vivre Ensemble » menée par Entraide et Fraternité. « Aujourd’hui le monde souffre, le monde est blessé, surtout chez les plus pauvres qui sont rejetés »  criait déjà en mai le pape François. Il est vrai que dans bien des endroits de l’aide sociale, il y a depuis lors une augmentation impressionnante des problématiques. L’hiver risque d’être très dur pour certains. De même des associations s’inquiètent d’avoir à gérer un afflux de demandes alors que la générosité du printemps s’est ralentie pour une part ! La pandémie de la pauvreté est récurrente depuis longtemps au point que nous avons appris à « faire avec ». En cette fin d’année 2020, cette pandémie connaît une énième vague qui n’est pas des moindres. Il faut le dire.

Dans les projets appelés à être soutenus par Entraide et Fraternité, il y a le CLSSS, le Centre Liégeois des Services Sociaux. Qu’est-ce que ? C’est une ASBL outil qui coordonne l’action de terrain des sept antennes qui œuvrent sur le territoire de la Ville de Liège. Dans le concret, cela signifie permanence sociale avec des professionnels, aide aux personnes (colis, logement, vesti-boutique), accompagnement des migrants, soutien à l’éducation et à la santé notamment grâce à des écoles de devoirs. C’est le CLSS qui est l’employeur des assistants sociaux répartis dans  les antennes de quartier, il gère les contacts avec la Ville, le CPAS et autres ministères en charge de l’aide sociale, il soutient très pratiquement la collecte de fonds et l’appel aux dons. Il veille à la formation permanente du personnel et des bénévoles… Bref, il supporte tout ce que chaque antenne serait bien en peine d’assumer seule. Vous comprendrez dès lors que si le projet rentré par le CLSS concerne les moyens de communication (site internet, …), il y a là un essentiel pour tenir et poursuivre une aide de qualité sur le terrain. Une antenne liégeoise, celle de Ste-Walburge, a été aussi retenue par Entraide et Fraternité : séjours détente pour enfants et ados dans un contexte multiculturel. Bref à Liège, il y a une action commune à soutenir pour faire reculer la pandémie de la pauvreté ! Vous pouvez faire un don à Action Vivre Ensemble BE91 7327 7777 7676. Si vous donnez au moins 40€, cette année, la déduction fiscale est de 60 pour cent au lieu de 45 ! Si vous préférez, vous pouvez verser votre don sur le compte de notre Unité Pastorale (mention « collecte d’Avent »)… Lire la suite « La chronique de notre Curé du 13 décembre 2020 »

4 semaines pour préparer Noël 2020 avec Fratelli tutti (3/4)

À la suite de ses commentaires sur l’encyclique du Pape, Fratelli tutti, l’abbé Villers nous emmène en Avent, avec l’aide de héros de la foi. Chaque samedi de l’Avent 2020, un article sera publié, qui nous guidera sur notre chemin vers Noël.

FRATELLI TUTTI – FRÈRES UNIVERSELS

3ème dimanche de l’Avent, 13 décembre 2020

Engagement

Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, annoncer aux prisonniers la délivrance (Isaïe 61, 1).

Face à tant de douleur, face à tant de blessures, la seule issue, c’est d’être comme le bon Samaritain. Toute autre option conduit soit aux côtés des brigands, soit aux côtés de ceux qui passent outre sans compatir avec la souffrance du blessé gisant sur le chemin. La parabole nous montre par quelles initiatives une communauté peut être reconstruite grâce à des hommes et des femmes qui s’approprient la fragilité des autres, qui ne permettent pas qu’émerge une société d’exclusion mais qui se font proches et relèvent puis réhabilitent celui qui est à terre, pour que le bien soit commun (Fratelli tutti, n° 67).

________________________________________________________

Prions

Seigneur, tu nous as créés pour une plénitude qui n’est atteinte que dans l’amour. Apprends-nous à ne laisser personne en marge de la vie, au bord du chemin et à prendre soin de la fragilité de chaque homme, de chaque femme et de chaque enfant de cette terre.


Téléchargez le carnet des 4 semaines

Illustration : Le bon Samaritain, peinture de Van Gogh

Sainte-Joséphine entre en Avent

En ce temps de reconfinement, mobilisation et dynamisme du personnel ne sont pas de vains mots !

Ce temps de reconfinement a fait prendre conscience à Vanessa et Suzanne qu’elles devaient s’organiser et, elles-mêmes, assurer l’animation spirituelle au sein de la Maison Sainte-Joséphine. Nous sommes tous privés de l’Eucharistie, mais bien d’autres manières de se ressourcer, de se nourrir sont possibles pour nous.

Avec quelques conseils et l’aide de services spécialisés, elles ont, au seuil de cet Avent, confectionné la couronne et préparé, avec l’ergothérapeute, la stagiaire et quelques résidents, des cubes de prière pour accompagner les résidents durant les quatre semaines qui nous préparent à Noël.

Dès l’entrée en Avent, une célébration adaptée a été proposée aux résidents. Et chaque semaine qui nous rapproche de la venue du prince de la Paix, un petit feuillet sera remis à chacun afin de les soutenir dans la prière ; des cartes offertes par l’évêché sont annoncées et nous espérons qu’une célébration de Noël sera possible avec, peut-être, le soutien d’un membre de l’Unité pastorale…

Accompagnons les personnes âgées en Maison de repos ou isolées à leur domicile : par notre prière mais aussi pas de petits gestes concrets tout comme les nombreux enfants qui, en ce temps de pandémie, se manifestent par une lettre, une carte, un dessin, un chant derrière les vitres de nos Maisons de repos…

Restons proches !

Martine

Clés pour lire saint Jean 3. Son nom était Jean

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons cette année fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Jean. Il n’y a pas d’année liturgique centrée sur Jean, comme c’est le cas pour Matthieu, Marc et Luc. Nous ferons donc une lecture continue de Jean en tâchant de faire des liens avec l’année liturgique. Au long de l’Avent, nous méditerons le prologue (Jn 1, 1-18) qui ouvre l’évangile et est lu entièrement, chaque année, le jour de Noël. Cette semaine : Jn 1, 6-8.

3.  Son nom était Jean

Il est venu pour rendre témoignage à la Lumière. (Jn 1,7)

Ce Jean qui ne peut être que celui que nous nommons le Baptiste est ici désigné par trois termes positifs : un homme, un envoyé, un témoin ; et une restriction : « cet homme n’était pas la Lumière. » (1,8) Lui qui n’est qu’un homme, bien loin donc de la dimension divine du Verbe, sa mission est de « rendre témoignage à la Lumière afin que tous croient par lui. » (1,7)

Ce n’est pas de lui-même que cet homme, Jean, s’est constitué témoin. En effet, « il est envoyé par Dieu pour rendre témoignage ». (1,6) Il nous est présenté comme le premier témoin, le témoin universel qui s’adresse à tous : il témoigne de la Lumière, celle qui vient illuminer tout humain et donner sens à l’existence. Sa mission est de conduire à la foi en ce Verbe, Jésus, Lumière des hommes. Il prépare, il précède, il annonce, il témoigne. Comme chacun de nous.

Le témoin

Envoyé et témoin, telle est la définition de tout chrétien qui, comme Jean le Précurseur, est appelé à « rendre témoignage à la Lumière afin que tous croient par lui. » (1,7) « Pour qu’ils puissent donner avec fruit ce témoignage du Christ, les chrétiens doivent se joindre aux hommes par l’estime et la charité… découvrir avec joie et respect les semences du Verbe qui se trouvent cachées [dans leurs traditions nationales et religieuses]… Le Christ lui-même a scruté le cœur des hommes et les a amenés par un dialogue vraiment humain à la lumière divine ; de même, ses disciples doivent connaître les hommes au milieu desquels ils vivent, engager conversation avec eux, afin qu’eux aussi apprennent dans un dialogue sincère et patient, quelles richesses Dieu a dispensées aux nations. » (Vatican II, Décret sur l’activité missionnaire de l’Église, n° 11)

Abbé Marcel Villers