PÂQUES : Il n’est pas ici. Alleluia !

20. Un tombeau, deux femmes et un ange

Vous cherchez Jésus le Crucifié, il n’est pas ici. (Mt 28, 5-6)

Tandis que deux femmes se rendent au tombeau, tout reste enveloppé dans la pénombre du petit matin et la tristesse des cœurs. Mais, au tombeau, un ange de lumière, « il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige. » (28, 3) Comme lors de la mort de Jésus, d’étranges phénomènes se produisent : la terre tremble, la pierre qui scelle le tombeau est roulée, les soldats de garde « deviennent comme morts. » (28, 4)

Le tombeau est ouvert et vide. Reste à voir : un ange assis sur la pierre roulée. Au tombeau où nous ne voyons que décomposition et ténèbres, les femmes voient un ange de lumière. On ne peut voir un ange qu’avec les yeux de l’amour, de la fidélité comme ces femmes restées fidèles à Jésus au-delà de la mort. En chaque être, resplendit un ange de lumière, une beauté que rien, pas même la mort, ne peut éteindre.

Reste à entendre une promesse : « Il vous précède en Galilée, là vous le verrez. » (28, 7) Jésus est le premier, il nous précède dans cette Galilée où tout a commencé. A notre tour de lui emboîter le pas, de parcourir son chemin, depuis la Galilée jusqu’à Jérusalem pour y mourir et ressusciter. Il est le chemin qui conduit à la vie.

« Dieu qui vous a fait lever
comme des vivants revenus de la mort
a le pouvoir de vous faire marcher
dans cette vie nouvelle.»

                    A chacune et à chacun, joyeuses Pâques !

Abbé Marcel Villers