Horaire et intentions des messes du 21 au 27 février 2020

Vendredi 21 février à 20h à Becco : veillée de prière (pour info 0475 27 88 28).

Samedi 22 février à 16h :

  • à Theux, Sainte-Joséphine : messe pour les résidents et leurs familles ;
  • à 17h30 à Juslenville : messe pour les familles Rogister-Gavage, les époux Gillard-Donneau.

Dimanche 23 février à 10h à Theux : messe pour Ninette et Jean-Jacques Dropsy et famille ; pour les familles Emonts et Schyns ; pour Micheline Meyers épouse de Léon Gillet et les familles Gillet-Snyczerek, Meyers-Bellery, Gillet-Bryan, Brian-Trillet, Gillet-Laurent, Snycerek-Sobiak.

Mardi 25 février à 10h30, à Theux, Sainte-Joséphine : temps de prière et d’adoration.

Mercredi 26 février à 18h à Theux, mercredi des Cendres : messe fondée Hallut-Servais et Pauly.

Mercredi des Cendres et Carême,
c’est quoi, au fond ?

Suivez ce lien vers quelques réflexions !

Cendres et Carême : c’est quoi, au fond ?

Le Carême ? Ce sont 40 jours pour se convertir (= se retourner vers Dieu), prendre conscience à la fois des merveilles de Dieu dans notre vie et de notre difficulté à Lui répondre.

C’est un temps pour… prendre du temps, renforcer notre prière, le partage de nos biens et de notre joie, et le jeûne (de nourriture, d’écrans, de médiocrité, de négativité, …), qui commence le mercredi des cendres.

Mercredi des cendres

On trouve déjà le symbolisme des cendres dans l’Ancien Testament. Il évoque globalement la représentation du péché et la fragilité de l’être. On peut y lire que quand l’homme se recouvre de cendres, c’est qu’il veut montrer à Dieu qu’il reconnaît ses fautes. Par voie de conséquence, il demande à Dieu le pardon de ses péchés : il fait pénitence.

Un symbole de renaissance

Tous, nous faisons l’expérience du péché. Comment s’en dégager ? Jésus nous apprend que nous serons victorieux du péché quand nous aurons appris par l’Evangile à remplacer le feu du mal par le feu de l’Amour. Car le feu qui brûle ce jour détruit d’abord mais, en même temps, ce feu éclaire, réchauffe, réconforte, guide et encourage.

La cendre est appliquée sur le front pour nous appeler plus clairement encore à la conversion, précisément par le chemin de l’humilité. La cendre, c’est ce qui reste quand le feu a détruit la matière dont il s’est emparé. Quand on constate qu’il y a des cendres, c’est qu’apparemment il ne reste plus rien de ce que le feu a détruit. C’est l’image de notre pauvreté. Mais les cendres peuvent aussi fertiliser la terre et la vie peut renaître sous les cendres.

Tout en le marquant, le prêtre dit au fidèle : Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. L’évangile de ce jour est un passage de saint Matthieu –chapitre 6, versets 1 à 6 et 16 à 18– qui incite les fidèles à prier et agir, non pas de manière orgueilleuse et ostentatoire, mais dans le secret de leur cœur :

Quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que te donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais en secret.

Quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret.

Quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement du Père qui est présent dans le secret.

Carême

Le Carême est un temps de préparation de quarante jours à la fête de Pâques, cœur de la foi chrétienne, qui célèbre la résurrection du Christ.

La durée du Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

Merci…

Bon et saint Carême à tous !

Homélie de la célébration du mercredi des Cendres à Oneux

Desert

Homélie de notre curé, l’abbé Jean-Marc Ista

Un jeune rabbin (Avraham Weill, du Consistoire de Toulouse) témoigne : Pour le judaïsme, le jeûne est très présent… Le jeûne est une invitation à réfléchir sur notre condition humaine, à prendre conscience, parfois à se repentir, mais il ne vise pas nécessairement à combattre le mal… nous adoptons une attitude d’introspection et de contrition, sans notion de souffrance. En revanche… une manière de mener un combat spirituel collectivement, c’est d’organiser de grands repas festifs qui rassemblent : en élevant la matière, on la sanctifie.

Écoutons maintenant l’apport d’un musulman (Mohammed Chirani, consultant) : Pour les musulmans, Dieu est à l’écoute de l’invocation de celui qui jeûne. Alors, profitons de l’occasion pour adresser à Dieu une invocation pour que règne la paix… et pour que se construise la fraternité entre tous, quelle que soit leur origine… le jeûne nous ouvre aux autres. Il nous amène notamment à devenir plus généreux… lorsque nous avons faim, nous éprouvons ce que ressentent ceux qui n’ont pas accès à la nourriture.

Le jeûne qui me plait, dit Dieu en Isaïe 58.7, c’est de partager son pain avec celui qui a faim et d’héberger les pauvres sans abri…

Le père Gourier, prêtre catholique, commente : Il ne faut pas concevoir le jeûne comme une privation mais comme une manière de donner, de s’abstenir de toutes les passions qui nous dévorent, pour nouer une relation plus juste avec les autres. Il s’agit de retrouver la joie du partage… le jeûne nous touche au plus intime de notre existence. Le Christ conseille de nous cacher lorsque nous jeûnons. Chez les chrétiens, le jeûne s’arrête à la fin de l’après-midi pour que l’on puisse aller dîner avec des amis sans se vanter de sa pratique ! Lire la suite « Homélie de la célébration du mercredi des Cendres à Oneux »