Clé pour lire l’évangile de Marc : 1. L’évangile

Clés pour lire l’évangile de Marc

Dans cette (nouvelle) série hebdomadaire, nous voulons ouvrir le texte de l’évangile du dimanche qui suit, pour mieux l’apprécier. Nous soulignerons simplement l’une ou l’autre expression fournissant une clé pour ouvrir à l’intelligence du texte, qui est cité dans la traduction officielle liturgique de 2013 que vous trouvez dans votre missel ou votre Bible.

3ème dimanche du temps ordinaire, 21 janvier 2018 : Mc 1,14-20

1. L’évangile

Jésus partit pour la Galilée proclamer l’évangile de Dieu. (Mc 1,14)
Convertissez-vous et croyez à l’évangile. (Mc 1, 15)

En quelques versets, au tout début de son texte, Marc utilise deux fois le terme « évangile ». C’est un mot grec composé de deux membres (eu – angelion) ; on y trouve le mot « ange ». Le terme grec « ange » signifie messager, annonceur d’une nouvelle.

Évangile se traduit donc par bonne ou heureuse nouvelle ; c’est son sens premier.

Cette nouvelle, c’est l’annonce de la venue de Dieu. Le messager de cette bonne nouvelle, c’est donc Jésus qui la transmet de la part de Dieu (Mc 1,14) et nous invite à y croire (Mc 1,15). Comment se réalise, se manifeste cette venue de Dieu ? par les paroles et les actes de Jésus lui-même.

Le messager devient le message : l’évangile, c’est Jésus ; il est la bonne nouvelle en personne. C’est ce que vont proclamer les premiers chrétiens dans leur prédication missionnaire. Cette bonne nouvelle va prendre par ailleurs la forme d’un livre et d’un genre spécifique que nous appelons « l’évangile » (Mc 1,1) et dont Marc est l’inventeur : Commencement de l’évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu (Mc 1,1). En effet, s’il y a quatre évangiles, quatre versions différentes de la bonne nouvelle, Marc est le premier chronologiquement.

Le kérygme

Jésus proclame (Mc 1,14) l’évangile haut et fort. Il le trompète, traduction littérale du verbe grec kérusso qui donnera le terme technique « kérygme ». Ce mot désigne le message essentiel proclamé par les chrétiens, le noyau dur de la foi en Jésus, mort et ressuscité. Toute la formation chrétienne est avant tout l’approfondissement du kérygme… C’est l’annonce qui correspond à la soif d’infini présente dans chaque cœur humain. La centralité du kérygme demande certaines caractéristiques de l’annonce qui aujourd’hui sont nécessaires en tout lieu : qu’elle exprime l’amour salvifique de Dieu préalable à l’obligation morale et religieuse, qu’elle n’impose pas la vérité et qu’elle fasse appel à la liberté, qu’elle possède certaines notes de joie, d’encouragement, de vitalité (Pape François, La joie de l’évangile, 2013, § 165).

Abbé Marcel Villers

Publicités
Cet article, publié dans Année liturgique, Clés pour lire l'évangile de Marc, Réflexion spirituelle, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.