Clés pour lire l’évangile de Marc : 32. A sa suite

Clé pour lire l’évangile de Marc

Dans cette série hebdomadaire (parution le mercredi matin), nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Marc. Cette semaine : Mc 1, 16-20.

 32. A sa suite

Venez à ma suite. Je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. (Mc 1,17)

Avec Jésus, les personnages les plus importants dans l’évangile de Marc sont les disciples. Tout au long du récit de Marc, Jésus est toujours accompagné de ses disciples qui forment corps avec lui. L’unique endroit où Jésus est laissé seul, c’est Gethsémani. Seul, Jésus vivra sa passion, les disciples s’étant enfuis. Du moins les hommes, car lorsque Jésus meurt, « il y avait, qui observaient de loin, des femmes qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée. » (15,40-41) Il n’y avait donc pas que des hommes à suivre Jésus, et ses disciples n’étaient pas seulement douze.

Être disciple, c’est accompagner Jésus, marcher à sa suite car il est le chemin, recevoir son enseignement car il est le maître. Bref, être disciple, c’est être avec Jésus, vivre et agir comme lui. Alors, nous deviendrons « pêcheurs d’hommes ». Cette image a souvent pris la forme d’une sorte de prosélytisme, synonyme de gagner des âmes. Elle signifie au contraire que notre style de vie attirera et conduira d’autres hommes à Jésus, tout comme nous avons été « pris » par lui, ainsi que le pêcheur « prend » des poissons.

La pêche

« La pêche est peu pratiquée en Israël. Au temps de Jésus, un commerce florissant se développe autour du lac de Galilée. On y salait du poisson et le mettait en conserve. La vie des pêcheurs est décrite dans les évangiles : ils pêchaient la nuit, à plusieurs bateaux et au filet. Ce n’était pas sans danger en raison des vents qui pouvaient souffler en tempête.

Les pêcheurs utilisaient les hameçons en os ou en fer, mais surtout la pêche se faisait au filet. Il en existait deux sortes : celui qu’on jetait à la main depuis la rive et celui qu’on suspendait entre deux barques, lesté de poids au-dessous et garni de liège au-dessus pour qu’il avance verticalement dans l’eau, entraînant les poissons vers les barques ou les eaux peu profondes. On triait le poisson sur le rivage avant de l’envoyer au marché. » (Le monde de la Bible, 1982, p.238).

Abbé Marcel Villers

Cet article, publié dans Année liturgique, Clés pour lire l'évangile de Marc, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.