Vous ferez ceci en mémoire de moi !

Ce vendredi soir, alors que le Carré à Liège faisait salle comble, si je peux dire, les responsables des antennes de service sociaux se réunissaient dans l’urgence pour pérenniser et sécuriser la distribution des colis alimentaires aux plus démunis de la ville.

Chez nous, l’équipe funérailles et l’équipe de St Vincent de Paul au moins se sont mises dans la même dynamique de service prudent.

Ainsi une foule de bénévoles rejoignent les soignants et professionnels de toute sorte qui vont œuvrer au bien commun de leurs prochains.

Ainsi s’incarne et se manifeste la dimension eucharistique de la vie.

Pour nous catholiques, la célébration dominicale en mémoire du Seigneur mort et ressuscité constitue un sommet de cette vie que Dieu partage avec les hommes de bonne volonté. Sommet et aussi début, fondement et fin…

Souvenons-nous. C’était hier, le carême commençait avec un âcre parfum de sombres affaires. Dès aujourd’hui, un jeûne eucharistique s’impose.

Toutefois, les bontés du Seigneur ne sont pas épuisées ni inaccessibles. C’est le sens de ce message.

Nos églises habituellement ouvertes de Becco, Oneux et Theux le resteront. Peut-être qu’une simple visite au Seigneur, même brève, le dimanche ou un autre jour s’impose plus que jamais pour ceux et celles qui le peuvent ?!

Un autre exemple concret que Jésus ne nous abandonne pas est la disponibilité des clés hebdomadaires pour lire l’Évangile que l’abbé Villers nous offre sur notre site jusque dans notre boîte mail. Saluons au passage sa belle fidélité.

Se nourrir de l’Écriture chaque dimanche est bien communion au Christ qui puisait aux richesses de la tradition biblique au moins le sabbat si pas plus.

Nous, même si nous n’avons pas de support style Magnificat, il est encore temps de rejoindre des initiatives tel que Carême dans la Ville des pères Dominicains.

Citons encore la messe radio et TV de 11h, les retransmissions de RCF ou KTO… bien des moyens sont là pour accueillir d’une manière ou d’une autre la communion que Dieu nous offre encore et toujours.

Au quotidien, vos prêtres et diacres prient l’office divin au bénéfice du peuple de Dieu qui est notamment dans l’UP Saint-Jean-Baptiste. Combien de priants anonymes ne s’associent-ils pas d’habitude à cette communion ? Pourquoi ne pas les rejoindre ? Une prière toute simple comme le chapelet ou une prière de louange spontanée suffit…

Ce jeudi soir (12 mars), à l’issue de l’adoration dans le style de Taizé, nous nous sommes posés la question de créer de petites cellules d’Église domestique. Toutefois une parole de sagesse a vite surgi. De fait des personnes à risque sont présentes parmi nous. Nous ne pouvons ni les mettre en danger ni les écarter. Simple charité. Réel bon sens. Et si les Églises domestiques existaient déjà… nos familles, nos noyaux de voisinage où l’on se connaît bien. Et si l’occasion nous était donnée d’y apporter du soin, un peu plus de place à la convivialité et surtout au Seigneur. Soyons simples et créatifs. Une croix fleurie, une icône, une bougie, une bible sortie du tiroir et ouverte… Mais aussi une simple discussion ou un jeu de société : tout cela visualise et concrétise la communion et le partage.

Oui, la solitude ou l’isolement guettent certains -si pas des difficultés concrètes comme faire des courses en semaine. Alors d’un côté, pas de fausse humilité. La ligne téléphonique de notre UP reste ouverte. Et de l’autre, l’heure est l’écoute et à la bienveillance envers le prochain plus que jamais.

Avec la Parole de Dieu, la prière et le vivre ensemble, la solidarité dans le partage demeure. Le projet de carême d’Entraide et Fraternité doit être soutenu coûte que coûte. Certes notre caisse d’Unité pourra faire un don en place des collectes prévues et suspendues. Reste le virement individuel et pourquoi pas une collecte porte à porte dans les conditions requises ?

À l’heure actuelle, nous ne savons pas avec certitude si nous pourrons célébrer Pâques tous réunis mais une chose en son temps. Si nous vivons la communion en ce carême, elle sera donnée de toute façon dans la joie de Pâques et dans celle des retrouvailles qui auront lieu, le plus tôt possible, espérons-le.

L’espérance, voilà encore un don et un fruit de la vie eucharistique. C’est une lumière forte pour temps de crise.

Temps de crise et si c’était pour habiter une fin des temps ? Le défi climatique, la confusion des repères et des politiques. Maintenant une pandémie à la fois relative et conséquente. La chute énorme des bourses annonce déjà de lourdes difficultés économiques et sociales à venir.

Cependant je reviens au début de ce mot, à ces exemples de dons. Le bien ne fait pas de bruit mais il est déjà là. Et là, le Seigneur passe dans la brise légère de son Souffle d’amour et de force. Il demeure créatif. Il sépare le pur de l’impur, la lumière des ténèbres. Il y a du neuf à accueillir avec radicalité et de l’ancien à bazarder. On ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres, dit Jésus.

Aujourd’hui même des voix de scientifiques s’élèvent en appelant à plus de relation, d’humanité, de spirituel. Comme elles, soyons des prophètes dans notre bien-aimée fenêtre de Theux. En mémoire du Seigneur. Mémoire vive s’entend.

Jean-Marc, votre curé,
en communion avec Jacques, Marcel,
François-Xavier sur le retour et
bien sûr les baptisés, fidèles TLM de tous les jours

2 commentaires sur « Vous ferez ceci en mémoire de moi ! »

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.