Les fêtes de fin d’année pour les personnes en deuil

Nous approchons des fêtes de fin d’année et nous savons que ce sera un Noël avec des célébrations religieuses limitées et des journées aux contacts très restreints.

Pour des familles en deuil, les fêtes de fin d’année sont souvent des journées de tristesse pendant lesquelles l’absence des défunts se fait plus forte et ravive la peine. Mais, en temps normal, ce sont aussi des moments de retrouvailles en famille qui apportent de l’amitié, du soutien, du réconfort. Pour ceux qui vont à la messe à Noël, cette célébration peut aussi apporter de la confiance, de l’espérance, elle peut aider à retrouver de la paix, rouvrir un regard sur l’avenir.

Cette année, tout cela ne sera pas possible.

Pour les familles qui ont connu des décès et des funérailles depuis le début de la pandémie, à la peine du décès s’est ajoutée de la peine suite aux conditions des décès et des funérailles. Pour certains, la souffrance est importante, avec parfois de la culpabilité, un sentiment d’avoir abandonné le/la défunt/e, de ne pas l’avoir accompagné/e jusqu’au bout, de ne pas avoir fait ce qu’il fallait, et lors des funérailles, le sentiment de ne pas avoir pu dire au-revoir dignement entourés de la famille et des proches.

Pour ces familles, Noël aurait pu être ce moment de retrouvailles et de réconfort qu’il était les années précédentes. Certaines l’attendaient peut-être comme une occasion de vivre ce qu’elles n’avaient pu vivre lors du décès et comme un moment nécessaire dans leur chemin de deuil.

Il n’en sera rien cette année. A nouveau, à la peine s’ajouteront de la peine et de la solitude.

Les médias catholiques et profanes parlent régulièrement de l’importance des manifestations de soutien envers les personnes touchées par la pandémie et par les mesures prises pour lutter contre elle. Il sera important de se rappeler que les familles en deuil en font partie et de chercher des moyens de leur manifester de la sympathie et du soutien. De les porter dans la prière.

Lors de ces fêtes de fin d’année bien particulières, il ne faudra pas oublier que ces familles en deuil font bel et bien partie des victimes du coronavirus et des mesures prises pour le combattre.

Abbé Jean-Marc ISTA, curé,

avec les membres de l’équipe d’accompagnement du deuil.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.