Ceux qui nous ont quittés

Depuis le 2 novembre(*), nous avons célébré les funérailles de …

Une nouvelle fois, les restrictions dues à la pandémie affectent la célébration des funérailles : ce fut au cimetière ou dans une église avec une assemblée limitée. Certains de nos amis sont donc partis sans que nous puissions les accompagner ou manifester notre sympathie à leur famille. Nous indiquons ci-dessous les dates et lieux de célébration.

Nous nous souvenons de celles et ceux qui ont vécu leur Grand Passage :

  • Léopold PEREE époux de Gisela SCHULZE, à Theux le 3/11/2020 ;
  • Louis JANCLAES, à Theux le 3/11/2020 ;
  • Georgette GELARD veuve de Marcel POTTIER, à Theux le 4/11/2020 ;
  • Robert FLAUSCH époux de Simone LEGRAND à Jehanster le 6/11/2020 ;
  • Paul CHARRETTE, à Theux (funérarium) le 9/11/2020 ;
  • Raymonde DENOEL, à La Reid le 10/11/2020 ;
  • Marie-Madeleine LION veuve de Jean PAULUIS, à Theux le 15/11/2020 ;
  • Jeannot VILVORDER époux de Nicole DELPORTE, à Juslenville le 18/11/2020 ;
  • Stanislawa POWOLNA, à Theux le 18/11/2020 ;
  • André BOLMAIN, à Juslenville (cimetière) le 25/11/2020 ;
  • Mary COUNET épouse de Mathieu NELLISSEN, à Theux le 25/11/2020 ;
  • Jean-Claude PETERS, à Theux le 26/11/2020 ;
  • Huberte BEDEUR veuve de François DAMBLON, à Theux le 27/11/2020 ;
  • Monique BATTA épouse de Michel SANDRONT, à Juslenville le 30/11/2020 ;
  • Françoise DENIS, à Oneux le 2/12/2020 ;
  • Jeannine HANLET STALMANS veuve de Pol ANDRY, à Theux (funérarium) le 16/12 ;
  • Nicole DELPORTE VEUVE Jeannot VILVORDER, à Juslenville le18/12 ;
  • André HALTER, à Theux le 18/12 ;
  • François (Franz) DUPONT époux de Renée MELAIN, à Theux le 21/12 ;
  • André MORAY époux de Jacqueline VOISIN, à Theux le 28/12 ;
  • Danielle STRUYVEN épouse de Jacques WOLFS, à Theux (funérarium) le 5/01 ;
  • Hélène PARMENTIER veuve de Pierre ONCLIN, à Polleur le 05/01.

Unissons nos prières avec eux et avec leurs familles.

(*) Mise à jour le 05/01/2021

Les fêtes de fin d’année pour les personnes en deuil

Nous approchons des fêtes de fin d’année et nous savons que ce sera un Noël avec des célébrations religieuses limitées et des journées aux contacts très restreints.

Pour des familles en deuil, les fêtes de fin d’année sont souvent des journées de tristesse pendant lesquelles l’absence des défunts se fait plus forte et ravive la peine. Mais, en temps normal, ce sont aussi des moments de retrouvailles en famille qui apportent de l’amitié, du soutien, du réconfort. Pour ceux qui vont à la messe à Noël, cette célébration peut aussi apporter de la confiance, de l’espérance, elle peut aider à retrouver de la paix, rouvrir un regard sur l’avenir.

Cette année, tout cela ne sera pas possible.

Pour les familles qui ont connu des décès et des funérailles depuis le début de la pandémie, à la peine du décès s’est ajoutée de la peine suite aux conditions des décès et des funérailles. Pour certains, la souffrance est importante, avec parfois de la culpabilité, un sentiment d’avoir abandonné le/la défunt/e, de ne pas l’avoir accompagné/e jusqu’au bout, de ne pas avoir fait ce qu’il fallait, et lors des funérailles, le sentiment de ne pas avoir pu dire au-revoir dignement entourés de la famille et des proches.

Pour ces familles, Noël aurait pu être ce moment de retrouvailles et de réconfort qu’il était les années précédentes. Certaines l’attendaient peut-être comme une occasion de vivre ce qu’elles n’avaient pu vivre lors du décès et comme un moment nécessaire dans leur chemin de deuil.

Il n’en sera rien cette année. A nouveau, à la peine s’ajouteront de la peine et de la solitude.

Les médias catholiques et profanes parlent régulièrement de l’importance des manifestations de soutien envers les personnes touchées par la pandémie et par les mesures prises pour lutter contre elle. Il sera important de se rappeler que les familles en deuil en font partie et de chercher des moyens de leur manifester de la sympathie et du soutien. De les porter dans la prière.

Lors de ces fêtes de fin d’année bien particulières, il ne faudra pas oublier que ces familles en deuil font bel et bien partie des victimes du coronavirus et des mesures prises pour le combattre.

Abbé Jean-Marc ISTA, curé,

avec les membres de l’équipe d’accompagnement du deuil.