Clés pour lire l’évangile de Jean : 30. Nouvelle naissance

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Jean. Après le temps pascal, nous reprenons la lecture continue de l’évangile. Jésus rencontre Nicodème : Jn 3,1-10.

30. Nouvelle naissance

A moins de naître d’en-haut, on ne peut voir le royaume de Dieu.
(Jn 3,3)

Renaître, devenir un être nouveau, mener une vie différente, recommencer à neuf : qui d’entre nous, un jour ou l’autre, n’en a pas rêvé ? Mais combien de rêves se réalisent ? « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » (3,4) Comment, à l’intérieur de l’être ancien que nous sommes, pourrait surgir la vie nouvelle ? C’est que « ce qui est né de la chair est chair » (3,6), c’est-à-dire faible, périssable, mortel, éphémère. « Il vous faut naître d’en haut » (3,7), répond Jésus.

« Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. » (3,8) Dans bien des religions, on appelle deux-fois-nés ceux qui entrent dans le monde de l’esprit, dans la vie spirituelle. Nés une fois du sang et de la volonté de la chair, et une seconde fois nés de l’Esprit, nés de Dieu. Cette naissance nouvelle est une expérience intérieure dont on ne sait la source mais dont on voit l’effet.

Nicodème

Nicodème était pharisien, un notable parmi les Juifs (3,1), membre du sanhédrin. C’est en qualité de docteur de la Loi, un maître qui enseigne Israël (3,10), qu’il appartenait à cette haute assemblée qui était à la fois la cour suprême pour les délits contre la Loi et une académie théologique chargée de fixer la doctrine et de contrôler toute la vie religieuse. Nicodème y prendra la défense de Jésus qu’on cherche à arrêter (7, 50). C’est de nuit (3,2) qu’il vint trouver Jésus. La nuit était propice, au dire des rabbins, à l’étude de la Loi et aux entretiens religieux. Il considère Jésus comme un maître, un Rabbi et entre en débat avec lui en qui il croit à cause des signes (3,2) qu’il produit. On le retrouve lors de l’ensevelissement de Jésus pour lequel il offre baume et parfum précieux (19,39) lors de la mise au tombeau. (ACEBAC, Les Évangiles, 1983)

Abbé Marcel Villers

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.