Clés pour lire l’évangile de Jean : 30. Nouvelle naissance

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile de Jean. Après le temps pascal, nous reprenons la lecture continue de l’évangile. Jésus rencontre Nicodème : Jn 3,1-10.

30. Nouvelle naissance

A moins de naître d’en-haut, on ne peut voir le royaume de Dieu.
(Jn 3,3)

Renaître, devenir un être nouveau, mener une vie différente, recommencer à neuf : qui d’entre nous, un jour ou l’autre, n’en a pas rêvé ? Mais combien de rêves se réalisent ? « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » (3,4) Comment, à l’intérieur de l’être ancien que nous sommes, pourrait surgir la vie nouvelle ? C’est que « ce qui est né de la chair est chair » (3,6), c’est-à-dire faible, périssable, mortel, éphémère. « Il vous faut naître d’en haut » (3,7), répond Jésus.

« Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. » (3,8) Dans bien des religions, on appelle deux-fois-nés ceux qui entrent dans le monde de l’esprit, dans la vie spirituelle. Nés une fois du sang et de la volonté de la chair, et une seconde fois nés de l’Esprit, nés de Dieu. Cette naissance nouvelle est une expérience intérieure dont on ne sait la source mais dont on voit l’effet.

Nicodème

Nicodème était pharisien, un notable parmi les Juifs (3,1), membre du sanhédrin. C’est en qualité de docteur de la Loi, un maître qui enseigne Israël (3,10), qu’il appartenait à cette haute assemblée qui était à la fois la cour suprême pour les délits contre la Loi et une académie théologique chargée de fixer la doctrine et de contrôler toute la vie religieuse. Nicodème y prendra la défense de Jésus qu’on cherche à arrêter (7, 50). C’est de nuit (3,2) qu’il vint trouver Jésus. La nuit était propice, au dire des rabbins, à l’étude de la Loi et aux entretiens religieux. Il considère Jésus comme un maître, un Rabbi et entre en débat avec lui en qui il croit à cause des signes (3,2) qu’il produit. On le retrouve lors de l’ensevelissement de Jésus pour lequel il offre baume et parfum précieux (19,39) lors de la mise au tombeau. (ACEBAC, Les Évangiles, 1983)

Abbé Marcel Villers

Clés pour lire l’évangile de Luc

Dans cette série hebdomadaire, nous voulons fournir des clés pour ouvrir et apprécier le texte de l’évangile. Cette semaine, nous poursuivons la lecture continue de Luc : Lc 9, 18-22.

30. Et vous, que dites-vous de moi ?

Pierre prit la parole et dit : Le Christ, le Messie de Dieu. (Lc 9, 20).

Le comportement et les paroles de Jésus déconcertent ses contemporains et ne cessent de les interroger. Ainsi pour certains, il était Jean-Baptiste « ressuscité d’entre les morts » ; pour d’autres, « c’est le prophète Élie qui est apparu » ; pour d’autres encore, « c’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. » (9, 7-8)

Tous réduisent ainsi Jésus et son agir à du connu, à des personnages du passé. Ce faisant, pour se rassurer, ils nient la nouveauté qu’est Jésus, sa personne et sa mission. De plus, les personnages cités sont considérés comme des précurseurs du Messie. Faire de Jésus un précurseur, c’est nier qu’il soit celui qui doit venir établir le nouvel ordre du monde, celui de Dieu.

Contre ces interprétations, Pierre affirme que le Christ est venu, que c’est lui, cet homme Jésus. Il est le Messie et avec lui le Royaume de Dieu est déjà là.

Les anciens, les grands prêtres et les scribes

« Il faut que le Fils de l’homme soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes. » (9, 22) A l’époque de Jésus, « le Sanhédrin est le collège suprême qui gouverne le peuple juif. Il est composé de trois classes : les anciens qui sont les représentants de l’aristocratie ; les grands prêtres, celui en fonction et les démissionnaires, ainsi que les membres des quatre familles dans lesquelles on choisissait généralement le grand prêtre ; les scribes ou docteurs de la Loi qui appartenaient le plus souvent au parti des pharisiens. Le Sanhédrin comptait 71 membres, y compris le grand prêtre en fonction qui en était le président. » (Dictionnaire encyclopédique de la Bible,1960) C’est ce collège qui jugea Jésus et le condamna à mort.

Abbé Marcel Villers