Sources : 1. Le temps et l’être

Question de sources

Voici une nouvelle rubrique hebdomadaire où il est question de sources, celles qui nous font vivre, celles qui donnent sens à notre action, celles qui contribuent à construire notre identité. Nous nous inscrivons dans une histoire riche et variée. Notre identité relève des Évangiles mais aussi d’un patrimoine spirituel immense exprimé sous diverses formes, monumentales, littéraires, artistiques. Aujourd’hui comme hier, nous avons besoin de boire à ces sources pour vivre et donner sens à notre engagement. Nous irons en particulier à la découverte des Pères de l’Église. Chaque semaine, nous vous proposerons un texte à lire, méditer, prier.
Abbé Marcel Villers


Le temps passe     

L’homme est éphémère. Son existence, un instant dérisoire de l’histoire. Et il le sait. Il sait qu’il mourra. Son angoisse exprime aussi son désir, désir d’être, désir d’éternité.

« Frères, nos années durent-elles ? Elles se défont jour après jour. Celles qui étaient ne sont plus, celles qui viendront ne sont pas encore. Les unes sont passées, les autres n’adviendront que pour passer à leur tour. L’aujourd’hui n’existe que pour l’instant où nous parlons. Les premières heures sont passées, les autres n’existent pas encore, elles viendront, mais pour basculer dans le néant… Nul ne possède en lui-même la stabilité.
Le corps ne possède pas l’être, il ne demeure pas en lui-même. Il change avec l’âge, il change avec le temps et les lieux, il change avec les maladies et les accidents.
Les astres n’ont pas davantage de stabilité ; ils ont leurs changements secrets, ils évoluent dans l’espace, ils ne sont point stables, ils ne sont pas l’être.
Le cœur de l’homme non plus n’est pas stable. Que de pensées, que d’élans l’agitent, que de voluptés le tiraillent et le déchirent. L’esprit même de l’homme, tout doué de raison qu’il soit, change, il n’a pas d’être. Il veut et ne veut pas, il sait et il ignore, il se souvient et il oublie. Personne ne possède en soi l’unité de l’être. » (Augustin d’Hippone, Commentaire du Psaume 121,6 )


Augustin d’Hippone (Carthage)
Né en Numidie en 354. Après une jeunesse tumultueuse, il séjourne à Rome, puis à Milan où il occupe une chaire de littérature. Sous l’influence d’Ambroise, l’évêque de Milan, il se convertit au christianisme, retourne en Afrique, y est ordonné prêtre et choisi par le peuple comme évêque d’Hippone (actuelle Annaba en Algérie). Il meurt en 430.
Son oeuvre immense révèle un théologien et un prédicateur toujours admiré.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.