Fêtes et temps liturgiques : Nativité de Marie 8 septembre

Fête de la Nativité de la Sainte Vierge Marie (8 septembre)

Marie et Jean-Baptiste sont fêtés par l’Église le jour de leur naissance et non de leur mort, comme les autres saints et saintes. C’est qu’ils sont les seuls à avoir eu une naissance miraculeuse.
Selon un écrit apocryphe du IIe s., le Protévangile de Jacques, les parents de Marie s’appellent Joachim et Anne. Anne est stérile. Affligé, Joachim ne veut pas reparaître devant sa femme ; il se retire au désert où il jeûne 40 jours. Un ange vole vers Anne et lui annonce qu’elle aura un enfant ; ensuite il fait de même avec Joachim. Ainsi, la naissance de Marie est présentée comme miraculeuse. (Protévangile de Jacques, chapitres 1 à 5)
Depuis le début du Ve s., on vénère à Jérusalem, près de la piscine de Bézatha, le lieu où serait née la Vierge Marie, à savoir la maison de sainte Anne, sa mère. Cette localisation comme les événements de la vie de Marie et de ses parents, sont dû à quelques écrits apocryphes dont le Protévangile de Jacques. Sur l’emplacement de cette maison d’Anne, une basilique de la Nativité de Marie est construite et dédicacée un 8 septembre. En 1140, elle est reconstruite par les Croisés qui la dédient à Sainte-Anne.

La fête de la Nativité de Marie est introduite dans la liturgie romaine à la fin du VIIe s. par un pape oriental, Serge 1er (687-701), originaire d’Antioche de Syrie. Il décide d’inclure cette fête parmi les quatre solennités mariales dotées par ses soins d’une procession stationale à Rome.
A partir du XIe s., cette fête connut une ascendance dans la piété populaire. Innocent IV (1245) la pourvoit d’une octave. Grégoire XI (1378) la fait précéder d’une vigile.
Le calendrier liturgique issu du concile Vatican II a réagi à l’inflation de la piété mariale et rétabli un certain équilibre.
« Donne à ton Église, Seigneur, d’exulter de joie, heureuse de la nativité de la Vierge Marie qui fit lever sur le monde l’espérance et l’aurore du salut. » (Postcommunion de la messe de la Nativité de Marie)

Abbé Marcel Villers

Illustration : Sainte Anne, Marie et Jésus ou Sainte Anne trinitaire (XVIe s.) de l’église de Becco

Sources : Pierre JOUNEL, Missel de la semaine, 1973, p. 1678-1679 ; A. G. Martimort, L’Église en prière,1961, p. 758-759 ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Nativit%C3%A9_de_Marie.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.