De la gratitude pour ré-enchanter la vie

En cette fin d’année, notre doyen, l’abbé Vital nous invite à relire notre année 2018 à la lumière de la gratitude… et à confier l’année 2019 à l’amour du Seigneur : merci, cher Monsieur le Doyen !

Unité pastorale de Malmedy

De la gratitude pour ré-enchanter la vie

Mot du curé-doyen (29 – 30 décembre 2018)

Cher ami, l’interpellation de William-Arthur Ward donne à penser : « La vie t’a offert 86.400 secondes aujourd’hui, en as-tu utilisé une seule pour dire merci ?« 

Il convient de distiller la culture de la gratitude dans l’éducation de nos enfants : savoir dire merci pour ce que la vie nous offre en réalisant que quelqu’un, quelque part, se bat pour avoir ce que nous avons. Dire merci pour un sourire qui nous est destiné et qui illumine notre journée, une écoute empathique dont nous avons bénéficié, une carte ou un sms de vœux reçu, un coup de pouce d’un ami qui vient à point nommé…, pour le royal cadeau du souffle de la vie !

gratitudeLa gratitude n’est pas une simple politesse d’usage, c’est toute une spiritualité, un sentiment frémissant de reconnaissance d’un bienfait reçu. Saint Paul…

Voir l’article original 525 mots de plus

Message de Noël 2018 de notre doyen, l’abbé Vital

Notre doyen, l’abbé Vital, nous souhaite une heureuse fête de Noël !

Unité pastorale de Malmedy

Message de Noël 2018 du curé-doyen

Noël, ce n’est ni un jour, ni une saison… c’est un devenir !

Chers amis, en termes de tempo spirituel, chaque Noël est unique et exceptionnel. Notre foi étant une histoire, un chemin, chaque événement ou célébration liturgique qui vient et revient, est un sursaut de conscience, un éveil et une ouverture de notre cœur à l’inattendu, à la nouveauté, à l’inépuisable richesse de l’amour de Dieu pour nous.

Je me pâme d’émerveillement devant ce fabuleux mystère :

Dieu a planté sa tente parmi nous et en nous !

Demande-toi : pourquoi l’enfant de Noël est-t-il couché dans un berceau qui n’est même pas le sien (une mangeoire), avant d’être couché dans un tombeau qui ne sera pas non plus à lui (Mt 27, 57-61) ? C’est parce que son vrai « chez lui », c’est le mystérieux sanctuaire qu’il y a au fond de toi.

Sais-tu qu’il y…

Voir l’article original 340 mots de plus

Avec Spa, prions pour l’abbé Floribert qui a disparu…

Communiqué de notre évêque, Mgr Jean-Pierre Delville,
publié sur le site du diocèse de Liège,
ce jeudi 6 décembre 2018

L’unité pastorale Notre-Dame des Sources de Spa s’inquiète du sort de son curé, l’abbé Floribert Kaleng Kakez, qui n’est pas revenu d’un séjour au Congo. Il y a quelques jours déjà, Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, s’est adressé aux paroissiens spadois pour les informer des derniers résultats de l’enquête et pour les inviter à prier pour l’abbé Floribert.

Voici le texte de la lettre que Mgr Delville a adressé à l’UP et datée du 23 novembre 2018.

Chers Paroissiens de l’Unité pastorale Notre-Dame des Sources de Spa,

Vous avez appris, comme moi, que l’abbé Floribert Kaleng Kakez, curé de Spa, n’est pas revenu en Belgique le 5 septembre 2018, date prévue pour son retour de vacances en provenance de la République démocratique du Congo. Je me suis alors renseigné auprès des personnes qui le connaissent pour savoir si elles avaient des nouvelles à son sujet : mais personne n’avait reçu d’information. Le 13 septembre, nous avons commencé à nous inquiéter, tout en sachant que Floribert était habitué de revenir en retard de ses séjours en RDC. Le 20 septembre, personne n’avait encore reçu d’informations, ni par téléphone, ni par e-mail. On s’est inquiété fortement. Le 2 octobre, j’ai écrit un mail personnel à l’abbé Floribert, demandant des nouvelles de sa part et exprimant mon inquiétude ; mais je n’ai reçu aucune réponse. J’ai commencé une enquête auprès de l’ASBL Kabamb qui s’occupe de son village natal, Kabamb, au Katanga ; j’ai ensuite demandé à des prêtres katangais de se renseigner. La seule information recueillie est que l’abbé Floribert avait présidé une messe publique début septembre à Kolwezi. Le 7 octobre, j’ai appris par l’abbé Jacques Nawej, de Lubumbashi, que Floribert se trouvait la veille à Lubumbashi, en partance pour la Belgique via la Zambie, et qu’il avait promis de me parler à son retour. Depuis lors, aucune trace de Floribert n’est apparue, ni aucun signe de son retour.

Le 19 octobre, j’ai nommé doyen d’Ardenne, l’abbé Vital Nlandu, comme administrateur provisoire, avec comme adjoints l’abbé Jean-Marc de Terwangne, Mme Marie-Paule Forthomme et M. Henri Wuidar. Je les remercie chacun d’avoir pallié généreusement à l’absence de l’abbé Floribert, d’avoir maintenu l’activité religieuse de l’Unité pastorale de Spa et d’avoir accepté l’administration provisoire de l’UP.

Le 22 octobre 2018, j’ai décidé d’avertir l’ambassade de Belgique à Kinshasa concernant la disparition de l’abbé Floribert. Le 24 octobre, j’ai envoyé à l’abbé Floribert un e-mail avec toutes ces informations, mais il n’a envoyé aucune réponse. Le 20 novembre, sur ma demande, l’abbé Vital Nlandu a fait à la police de Spa une déclaration de disparition de l’abbé Floribert. Le 22 novembre, l’ambassade de Belgique en RDC m’a écrit qu’elle n’avait trouvé aucune trace de l’abbé Floribert. C’est pourquoi, ce 23 novembre, j’ai signifié par e-mail à l’abbé Floribert qu’il était déchargé de sa mission de curé de Spa à partir du 31 décembre prochain et qu’un curé ou un administrateur serait nommé à sa place.

J’espère que la Police, avec les moyens dont elle dispose, pourra nous fournir des renseignements supplémentaires et saura retrouver la trace de l’abbé Floribert. Je vous invite à prier pour lui, quelles que soient les circonstances de sa disparition, et je vous remercie de la patience avec laquelle vous avez supporté cette situation, qui me tracasse énormément, mais qui tracasse aussi le conseil épiscopal du diocèse, les prêtres et les connaissances de l’abbé Floribert. Je vous invite à fournir au doyen l’abbé Vital Nlandu toute information permettant de retrouver la trace de l’abbé Floribert Kaleng Kakez.

+ Jean-Pierre Delville,
Liège, le 23 novembre 2018

P.S. La Meuse Verviers a publié un article à ce sujet, mercredi dernier, le 5 décembre.