Les jeunes et l’Église


Homélie de l’abbé Marcel Villers pour le 28e dimanche du temps ordinaire. Année B. Mc 10, 17-30. Theux le 14 octobre 2018.

Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? Cette question est aussi la nôtre, celle de tout homme qui cherche le sens de son existence.
C’est une question personnelle, peut-être la plus personnelle qui soit, car elle met en jeu la qualité de ma vie, de mon agir. Mon existence peut-elle avoir un poids d’éternité ? Que restera-t-il de mes actes ? Bref, que dois-je faire pour donner à mon existence un sens, une valeur d’éternité ? C’est la question que chacun se pose un jour : qu’est-ce que j’ai fait de ma vie ? Et après cette évaluation, vient la conséquence : que dois-je faire ?

C’est la question de cet homme jeune qui tombe à genoux devant Jésus : Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ?
Il ne demande pas ce qu’il faut faire en général. Il interroge sur ce que lui, personnellement, doit faire. Il s’agit d’une quête existentielle et non simplement théorique. Il connaît les règles, il sait ce qu’on doit faire – observer les commandements – et il le fait, mais cela ne le comble pas. Il ne se contente pas de son devoir. Il est en recherche d’autre chose, d’un plus. Il lui faut d’autres horizons, un autre air, monter un peu, un chemin plus étroit, il le sent, il le cherche.

Alors, Jésus posa son regard sur lui et l’aima. Il lui dit : Une seule chose te manque.
Oui, mais quoi ?
Aujourd’hui, les jeunes ont tout : une vie bien encadrée, un certain confort matériel, des assurances contre tous les risques, bref une existence sécurisée. Ils vivent, comme nous, dans un monde paisible et protégé. Mais c’est peut-être paradoxalement ce qui nous enchaîne et réduit notre existence à un train-train sans risque, mais sans élan.

Du coup, que propose l’Église aujourd‘hui ? Quel est son message ? Comment est-il entendu, compris, notamment par les jeunes ?
Pour beaucoup de jeunes, il faut bien constater que la foi n’est plus une question. En cause, la panne de la transmission et donc l’ignorance de ce que sont l’évangile et la foi chrétienne. Le résultat, c’est que « beaucoup de jeunes ne nous demandent rien, déclarait récemment le pape, parce qu’ils ne nous considèrent pas comme un interlocuteur valable pour leur existence. Certains demandent même qu’on les laisse tranquilles, car ils trouvent la présence de l’Église pénible, voire irritante, évoquant leur indignation devant les scandales sexuels et économiques.
Enfin, certains osent nous dire : Vous ne vous apercevez pas que personne ne vous écoute plus, ni ne vous croit ? »

D’où le Synode en cours à Rome, depuis le 4 octobre jusqu’au 28. Des évêques du monde entier sont réunis sur le thème :
« Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Il s’agit d’aider l’Église à devenir « une communauté transparente, accueillante, attirante et joyeuse. » Quatre critères à prendre en compte pour évaluer notre propre réalité d’Église, ici à Theux.
On comprend facilement que les enjeux sont énormes. Il s’agit « d’élargir les horizons, de dilater le cœur et de transformer ces structures d’Église qui aujourd’hui nous paralysent, nous séparent et nous éloignent des jeunes.

Néanmoins, beaucoup de jeunes, comme celui de l’évangile de ce jour, sont en manque et demandent que quelqu’un les accompagne, les comprenne sans juger, sache les écouter, comme aussi répondre à leurs interrogations.
Jésus posa son regard sur lui, et il l’aima.
Le jeune homme de l’évangile n’a pas de nom, il représente tous les jeunes de nos pays, déçus par l’Église et néanmoins en quête d’un plus, d’un horizon de sens à la mesure de leurs aspirations.
Qui répondra à leur attente ?

Abbé Marcel Villers

Cet article, publié dans Actualité, Année liturgique, Homélies, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez-nous un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.