La chronique de notre curé du 23 mai 2021

Voyez comme ils s’aiment

« Dieu qui fais toutes choses nouvelles quand passe le vent de l’Esprit, viens encore accomplir tes merveilles aujourd’hui. N’as-tu pas sanctifié les prémices du Peuple choisi par amour ? Illumine tous ceux que l’Église met au jour. Dans la brise ou l’éclat du tonnerre, l’Esprit nous entraîne en son chant ! C’est ta voix, ô Seigneur, sur la terre, maintenant » (Hymne de l’office divin).

En un bref chant, tout est dit. Le Dieu qui renouvelle vient en ces jours encore agir par son Esprit. Il veut nous accompagner comme il l’a fait pour le Peuple élu et pour l’Église dès ses fonts baptismaux. Ce n’est pas un hasard si la fête juive du don de la Loi coïncide avec le don de l’Esprit : c’est de la Providence… Aujourd’hui, encore, que nous soyons en période de bonheur ou de difficultés, le Seigneur veut nous parler par son Esprit. Mais savons-nous bien entendre ce qu’il nous dit ? A Theux, dans notre unité paroissiale, notre charte commence par ces mots : « Passionnés de l’Évangile du Christ, nous voulons confier au Père le soin de guider notre communauté par son Esprit »De cette demande inaugurale qui est en fait une remise entre les mains du Seigneur, « notre constitution pastorale » nous amène à déclarer en finale : « Ensemble, nous voulons créer une communauté animée par l’Esprit qui crée et recrée dans la ligne de l’incarnation, de Pâques et de Pentecôte ». La semaine dernière, Jésus nous a fait part de sa prière inclusive (Jn 17), ce partage s’est poursuivi lors des messes de semaine. Qu’en est-il de sa joie qu’il voulait voir demeurer en nous ? La charte citée plus haut évoque une rencontre, une communion de désirs. Celui de Dieu et le nôtre ? Qu’en est-il dans les faits ? Comment allons-nous vivre cette Pentecôte ? Nous y sommes-nous même préparés ? Lire la suite « La chronique de notre curé du 23 mai 2021 »

La chronique de notre Curé du 9 mai 2021

Comme je vous ai aimés

Il y a peu, quelqu’un me demandait comment cela se passait avec les messes avec inscriptions. Dans ma réponse, je disais que ce n’était pas trop mal mais qu’il avait fallu du temps à certains pour comprendre qu’ils pouvaient céder leur place de temps en temps pour permettre à d’autres de participer à une célébration. J’ai alors reçu la réaction suivante : « S’il fallait compter sur ceux qui vont à la messe pour faire attention aux autres, cela se saurait ! » Réaction péremptoire qui m’a surpris chez cette personne en général positive. En communication, je discerne que dans ce jugement, la personne pouvait sûrement faire référence à une expérience personnelle, sans doute désagréable mais je n’ai pas creusé. En fait, je ne voulais pas en arriver à défendre l’indéfendable. Certes, la majorité des pratiquants sont attentifs et bienveillants envers les autres. Mais jusqu’à quel point ?

Lire la suite « La chronique de notre Curé du 9 mai 2021 »