Année Famille Amoris Laetitia n°8

La pastorale familiale
à mettre en œuvre (suite et fin)

Dans le contexte culturel d’aujourd’hui, face aux défis pour la vision chrétienne de la famille, le Pape énonce les grands axes d’une pastorale familiale nouvelle. Il identifie sept situations délicates et indique comment y répondre. 

  1. Il faut reconnaître qu’il y a des cas où la séparation est inévitable. Parfois, elle peut devenir moralement nécessaire, lorsque justement, il s’agit de soustraire le conjoint le plus faible, ou les enfants en bas âge, aux blessures les plus graves causées par l’abus et par la violence, par l’avilissement et par l’exploitation… (AL, 241) Un discernement particulier est indispensable pour accompagner pastoralement les personnes séparées, divorcées ou abandonnées. La souffrance de ceux qui ont subi injustement la séparation, le divorce ou l’abandon doit être accueillie. D’où la nécessité d’une pastorale de la réconciliation et de la médiation, notamment à travers des centres d’écoute spécialisés qu’il faut organiser dans les diocèses (AL, 242).

Lire la suite « Année Famille Amoris Laetitia n°8″

Burn out parental : l’éviter et s’en sortir

 

Dans le cadre de l’année « Famille Amoris Laetitia », le service des Couples et Familles du diocèse de Liège organise un cycle de conférences en 2021-2022.

Le jeudi 21 octobre à 20h, la première invitée sera Isabelle Roskam, Docteure en Sciences psychologiques, Professeure en psychologie du développement à l’Université de Louvain. Elle a co-écrit avec Moïra Mikolajczak, Docteure en Sciences psychologiques, Professeure en psychologie médicale et de la santé à l’Université de Louvain, Burn out parental : l’éviter et s’en sortir aux Éditions Odile Jacob.

Lire la suite « Burn out parental : l’éviter et s’en sortir »

Année Famille Amoris Laetitia n°7

La pastorale familiale
à mettre en œuvre (suite)

Dans le contexte culturel d’aujourd’hui, face aux défis pour la vision chrétienne de la famille, le pape énonce les grands axes d’une pastorale familiale nouvelle.

3° Accompagner dans les premières années de la vie matrimoniale

Nous devons reconnaître comme une grande valeur qu’on comprenne que le mariage est une question d’amour, que seuls peuvent se marier ceux qui se choisissent librement et s’aiment. Toutefois, lorsque l’amour devient une pure attraction ou un sentiment vague, les conjoints souffrent alors d’une très grande fragilité quand l’affectivité entre en crise ou que l’attraction physique décline. Étant donné que ces confusions sont fréquentes, il s’avère indispensable d’accompagner les premières années de la vie matrimoniale pour enrichir et approfondir la décision consciente et libre de s’appartenir et de s’aimer jusqu’à la fin (AL, 217).

Lire la suite « Année Famille Amoris Laetitia n°7″

Année Famille Amoris Laetitia n°6

La pastorale familiale
à mettre en œuvre

Dans le contexte culturel d’aujourd’hui, face aux défis pour la vision chrétienne de la famille, le pape énonce les grands axes d’une pastorale familiale nouvelle.

1° Annoncer l’évangile de la famille

Rester dans une dénonciation rhétorique des maux actuels, comme si nous pouvions ainsi changer quelque chose, n’a pas de sens. Mais il ne sert à rien non plus d’imposer des normes par la force de l’autorité. Nous devons faire un effort plus responsable et généreux, qui consiste à présenter les raisons et les motivations d’opter pour le mariage et la famille, de manière à ce que les personnes soient mieux disposées à répondre à la grâce que Dieu leur offre (AL, 35).

Cela ouvre la porte à une pastorale positive, accueillante, qui rend possible un approfondissement progressif des exigences de l’Évangile. Cependant, nous avons souvent été sur la défensive, et nous dépensons les énergies pastorales en multipliant les attaques contre le monde décadent, avec peu de capacités dynamiques pour montrer des chemins de bonheur (AL, 38).

Les familles chrétiennes, par la grâce du sacrement de mariage, sont les principaux acteurs de la pastorale familiale, surtout en portant le témoignage joyeux des époux et des familles (AL, 200).

Le divorce est un mal, et l’augmentation du nombre des divorces est très préoccupante. Voilà pourquoi, sans doute, notre tâche pastorale la plus importante envers les familles est-elle de renforcer l’amour et d’aider à guérir les blessures, en sorte que nous puissions prévenir la progression de ce drame de notre époque (AL, 246).

2° Guider les fiancés sur le chemin de la préparation au mariage

Il faut veiller à l’enracinement de la préparation au mariage dans l’itinéraire de l’initiation chrétienne, donc dans la catéchèse (préparation lointaine), en soulignant le lien du mariage avec le baptême et les autres sacrements. De même, la nécessité de programmes spécifiques pour la préparation proche du mariage, afin qu’ils constituent une véritable expérience de participation à la vie ecclésiale et approfondissent les différents aspects de la vie familiale (AL, 206). Il s’agit d’une sorte d’initiation (on avait évoqué au dernier synode l’idée d’un noviciat) au sacrement du mariage (AL, 207).

Aussi bien la préparation immédiate que l’accompagnement plus prolongé doivent assurer que les fiancés ne voient pas le mariage comme la fin du parcours, mais qu’ils assument le mariage comme une vocation qui les lance vers l’avant, avec la décision ferme et réaliste de traverser ensemble toutes les épreuves et les moments difficiles (AL, 211). 

Abbé Marcel Villers